• NATURE ET GRANDS ESPACES

    Sur les Estives du Czallier

    Sur les Estives du Czallier proches du Signal du Luguet, l’histoire des pturages d’altitude se confond avec l’histoire humaine depuis plus de 600 ans. A dcouvrir et mieux (...)

  • PALHAS 2019

    Grand succs pour la rencontre-souvenirs sur la vie d’autrefois

    Une centaine de personnes ont particip la rencontre-souvenirs sur la vie d’avant dimanche 20 octobre Auriac-l’Eglise. Photos et tmoignages ont donn lieu des moments (...)

  • PALHAS 2019/AURIAC-L’EGLISE

    Rencontre indite, souvenirs et photos sur la vie d’autrefois

    Venez voquer vos souvenirs sur la vie d’avant avec une photo qui a du sens pour vous dans une rencontre conviviale et indite dimanche 20 octobre (15h) la salle polyvalente (...)

  • VIE PRATIQUE

    Les objets utilitaires qui habitaient la maison

    Chaque objet avait sa place en fonction de son utilisation dans la vie quotidienne de la famille. Un grand nombre d’entre eux s’entassait dans la salle commune. Et au fil des (...)

  • S’ECLAIRER

    Du feu de l’tre l’lectricit

    Pendant trs longtemps les anciens se contentaient des flammes de l’tre du cantou pour clairer la salle commune, autant dire une faible lueur plus on s’loignait de la chemine. (...)

  • IMAGIER FAMILIAL

    Quand la famille se raconte dans toute la maison

    Le dcor de la maison paysanne marquait durablement la fiert familiale en affichant joliment sous cadre, principalement dans la salle commune, des souvenirs intergnrationnels des membres de la (...)

  • VIVRE AU QUOTIDIEN

    La salle commune, pice de vie traditionnelle

    Jusqu’ la seconde guerre mondiale la vie de famille tait concentre dans la salle commune et devait donc satisfaire tous les besoins de la vie quotidienne. C’tait la pice o (...)

  • UNE LOGIQUE D’AGENCEMENT PRATIQUE

    Le buffet intgr

    La disposition comme l’agencement de la pice commune de la maison traditionnelle rpondaient une logique dicte par le mode de vie des habitants et le souci de ne laisser vacant aucun (...)

  • UNE HABITATION PRATIQUE

    Le plafond de la salle commune, un espace utilitaire

    Aucun endroit de la pice commune de la maison rurale n’tait perdu, pas mme le plafond soutenant l’tage suprieur. Dans le Cantal le plafond tait aussi un espace utilitaire (...)

  • LE TEMPS QUI COURT

    L’horloge Comtoise adopte dans le Cantal

    Droite ou violon, d’origine franc-comtoise, l’horloge tait quasiment prsente dans tous les intrieurs anciens, place gnralement face la porte d’entre de faon pouvoir (...)


Patrimoine Les Activités
A+  A-    Imprimer

Les fours chaux

Au 19me sicle et jusqu’au dbut du 20me, la plupart des maisons villageoises de la valle ont t construites avec de la chaux provenant de deux sites d’exploitations locales sur la commune d’Auriac l’Eglise : aux hameaux de La Rochette et de Villeneuve.

AURIAC-L’EGLISE
Le four chaux de La Rochette
Le four  chaux de La Rochette

Au dbut du 20me sicle, monsieur Edouard Boudon, un habitant du hameau de La Rochette, faisait encore de frquents voyages avec son attelage de boeufs pour y apporter le prcieux calcaire pour sa transformation en chaux.

Le petit four chaux de La Rochette, dgag de ses ronces par l’Association Czallier-valle de la Sianne en 2001,(depuis la nature a repris ses droits) reste un tmoin de cette petite activit locale jadis indispensable.

Sous le village, non loin du four selon l’usage, il y avait bien une petite carrire de calcaire accessible par une petite galerie, mais la pierre de la Rochette avait la particularit d’tre plus dre cuire que celle de Villeneuve, un site situ deux kilomtres de l. Les chaufourniers prfraient donc un petit voyage pour un travail moins pnible par la suite. C’est ce qu’on racontait dans le pays.

Le chaufour de La Rochette est tomb dans l’oubli collectif depuis des dcennies. Son dgagement des ronciers a rvl une activit pratique durant de nombreuses annes Auriac-l’Eglise : la calcination des pierres calcaires et leur transformation en chaux vive.

La chaudire cylindrique (la partie en meilleur tat de conservation) de deux mtres de diamtre par trois de profondeur est totalement enveloppe dans la terre. On l’appelait "la chambre de chauffe". Ouverte en surface pour l’enfourchement des pierres cuire et du combustible, elle porte le nom de "gueulard".
On garnissait la chaudire de paille ou de fagots pour faciliter la mise feu. Puis, on dversait des couches alternes de pierres calcaires et de combustibles, essentiellement du bois. Lorsque les pierres du fond taient calcines, leur vacuation s’oprait par la bouche de dfournement situe sous la vote en plein cintre. A la sortie du four l’on avait une chaux vive qu’il fallait arroser pour la transformer en chaux teinte. Aprs un broyage par des meules, la chaux en poudre pouvait tre commercialise dans le pays pour la construction ou comme badigeon.

L’activit chaufournire de La Rochette a progressivement t remplace par l’utilisation du ciment.


PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitire

Modes de vie

Manger en commun

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit

Des pratiques religieuses collectives