• NATURE ET GRANDS ESPACES

    Sur les Estives du Czallier

    Sur les Estives du Czallier proches du Signal du Luguet, l’histoire des pturages d’altitude se confond avec l’histoire humaine depuis plus de 600 ans. A dcouvrir et mieux (...)

  • PALHAS 2019/AURIAC-L’EGLISE

    Rencontre indite, souvenirs et photos sur la vie d’autrefois

    Venez voquer vos souvenirs sur la vie d’avant avec une photo qui a du sens pour vous dans une rencontre conviviale et indite dimanche 20 octobre (15h) la salle polyvalente (...)

  • VIE PRATIQUE

    Les objets utilitaires qui habitaient la maison

    Chaque objet avait sa place en fonction de son utilisation dans la vie quotidienne de la famille. Un grand nombre d’entre eux s’entassait dans la salle commune. Et au fil des (...)

  • S’ECLAIRER

    Du feu de l’tre l’lectricit

    Pendant trs longtemps les anciens se contentaient des flammes de l’tre du cantou pour clairer la salle commune, autant dire une faible lueur plus on s’loignait de la chemine. (...)

  • IMAGIER FAMILIAL

    Quand la famille se raconte dans toute la maison

    Le dcor de la maison paysanne marquait durablement la fiert familiale en affichant joliment sous cadre, principalement dans la salle commune, des souvenirs intergnrationnels des membres de la (...)

  • VIVRE AU QUOTIDIEN

    La salle commune, pice de vie traditionnelle

    Jusqu’ la seconde guerre mondiale la vie de famille tait concentre dans la salle commune et devait donc satisfaire tous les besoins de la vie quotidienne. C’tait la pice o (...)

  • UNE LOGIQUE D’AGENCEMENT PRATIQUE

    Le buffet intgr

    La disposition comme l’agencement de la pice commune de la maison traditionnelle rpondaient une logique dicte par le mode de vie des habitants et le souci de ne laisser vacant aucun (...)

  • UNE HABITATION PRATIQUE

    Le plafond de la salle commune, un espace utilitaire

    Aucun endroit de la pice commune de la maison rurale n’tait perdu, pas mme le plafond soutenant l’tage suprieur. Dans le Cantal le plafond tait aussi un espace utilitaire (...)

  • LE TEMPS QUI COURT

    L’horloge Comtoise adopte dans le Cantal

    Droite ou violon, d’origine franc-comtoise, l’horloge tait quasiment prsente dans tous les intrieurs anciens, place gnralement face la porte d’entre de faon pouvoir (...)

  • MANGER EN COMMUN

    Caractristiques de la table tourtire Cantalienne (3)

    La table tourtire tait un lment incontournable de la salle commune. Au fil des dcennies elle a tenu un rle bien particulier dans la vie quotidienne.


Patrimoine Le Sacré
A+  A-    Imprimer

Les cimetires

La diversit des tombes, leur simplicit,leur caractre monumental, font des cimetires des communes de la valle de la Sianne des lieux mouvants, ou se dcline l’histoire de femmes et d’hommes qui nous ont prcd.
A travers les personnes inhumes, le traitement particulier des tombes, c’est l’histoire sociale et conomique de la valle qui peut ainsi tre rsume.
On doit donc s’intresser aux cimetires, ils tmoignent de l’volution des mentalits au mme titre que l’habitat ou les pratiques culturelles.

MEMOIRES
Les cimetires de la valle de la Sianne
Les cimetires de la valle de la Sianne

Les cimetires des cinq communes du secteur datent de la fin du 19me sicle. Ils ont remplac des cimetires anciens tablis autour des glises. Seul, le petit cimetire au pied de l’glise de Chanet est le tmoin de cette pratique.

Cimetire du hameau de Lussaud, commune ratache Laurie en 1836

On doit s’intresser aux cimetires car ils tmoignent de l’volution des moeurs au mme titre que l’habitat ou les pratiques culturelles.
Hier l’on vendait des concessions perptuit, et si son rang le permettait on rigeait un monument funraire. Aujourd’hui, les nouvelles pratiques devant la mort ont chang : dsormais on choisi sa tombe de son vivant avec une courte dure de concession, environ trente ans, l’enlvement des tombes anciennes et l’uniformisation des tombes. Les cimetires risquent donc l’avenir de ne plus tre ces lieux chargs de l’histoire ancienne d’un terroir.

Les cimetires des cinq communes du secteur datent de la fin du 19me sicle. Ils ont remplac des cimetires plus anciens tablis autour des glises. Seul, le minuscule cimetire au pied de l’glise de Chanet est le tmoin cette pratique. La dernire inhumation a eu lieu en 1953.

Etabli l’cart du bourg et clos par un mur d’enceinte, le cimetire moderne est un lieu consacr qui a reu la bndiction chrtienne de son sol. Mais l’Eglise n’a plus la propit de ces lieux de spultures. Le dcret du 20 septembre 1872 affirme le principe de la « neutralit
idologique ». Ce ne sont plus les prtres qui garantissent la spulture mais la puissance civile. Les cimetires appartiennent donc aux communes.

Les premiers symboles se remarquent sur le portail d’entre et le mur d’enceinte. A Feydit, le portail en fer forg d’origine arbore l’insigne JHS, le monograme du Christ. Celui de Moldes est encadr par deux poteaux surmonts de boules.
Historiquement la croix capitulaire, principal symbole chrtien, est place au centre des cimetires. Modeste croix de bois Moldes, mais croix de marbre place dans la perspective de l’alle centrale Auriac, abritant l’ossuaire, croix de fer forg Vze

En parcourant les six cimetires de la Valle (le hameau de Lussaud ratach Laurie a son propre cimetire), on constate une diversit trs marque des tombes. Les plus anciennes,pas au-del de 1870, offrent quelques croix de fer forg ou de vieilles stles en pierre volcanique ouvrage entoures d’une balustrade. Les inscriptions sont presque illisibles.

Le caractre monumental de certaines tombes traduit comme partout la procupation d’affirmer le statut des personnes inhumes.
A Auriac, trois tombes cossues en forme de chapelle ont une forte emprise au sol. Les familles ont fait appel des tailleurs de pierre pour marquer leur distinction. Des vnements de la vie des dfunts ou les circonstances de leur mort sont parfois voques par une plaque, un objet ou une reprsentation sculpte :.

Mais le plus souvent, c’est un symbolisme traditionnel qui a t choisi, plus par got que par connaissance vritable de sa signification.

Au symbole de la croix et du coeur d’mail, s’ajoutent des symboles mtaphysiques comme la pense fleur du souvenir, le lys symbole de la jeune fille et de la puret, le lierre symbole de la vivacit.

INVENTAIRE DES TOMBES EN COURS

Cimetire de Moldes
Cimetire de Moldes

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitire

Modes de vie

Manger en commun

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit

Des pratiques religieuses collectives