• BATI TRADITIONNEL

    Toitures du Czallier cantalien

    Les toitures des constructions du Cantal racontent la fois la tradition, le climat et les caractristiques gologiques et gographiques du territoire. A dcouvrir toutes les originalits de ce (...)

  • EGLISE DE VEZE

    Retable de la crucifixion : aspect gnral (1)

    Depuis la belle restauration de 2006-2007, le retable de la Crucifixion de l’glise saint Pancrace Vze a retrouv une couleur blouissante rouge et or, des tonalits de la fin du 17me (...)

  • EGLISE DE VEZE

    Retable de la crucifixion : le riche tabernacle (2)

    Le tabernacle est d’une trs belle facture. Il est form de trois panneaux en saillie accot de deux panneaux pauls eux-mmes par des consoles volutes bien dveloppes. Un galerie  (...)

  • VEZE

    Fouilles archologiques la Croix de Baptiste (2002)

    Le tumulus du col de la Croix de Baptiste (Vze) a t fouill minutieusement l’t 2002,par une quipe de l’universit de Toulouse-Mirail. Les travaux ont permis de rcolter des (...)

  • AURIAC-L’EGLISE

    Ncropole protohistorique de La Rochette

    La ncropole protohistorique de la Rochette rassemble une trentaine de tumulus sur un peron basaltique qui domine le hameau de la Rochette. Il s’agit de tertres funraires de l’ge (...)

  • CHAPELLE DU BRU (Charmensac)

    Saint-Jacques le Vieux

    Saint Jacques le Vieux intgre au retable de la chapelle du Bru tait la statue qui tait porte autrefois en procession le 25 juillet, fte de la saint (...)

  • CHAPELLE DU BRU (CHARMENSAC)

    Retable de Saint-Jacques le vieux

    Le retable de la chapelle du Bru (Charmensac) est le plus beau et le plus original du Czallier bien qu’il ne soit pas complet. On est surpris en entrant dans la petite chapelle du hameau (...)

  • BATI ANNEXE DE LA FERME

    Typologie de soues cochons

    Malgr sa petite taille le btiment d’levage des porcs est l’une des parties constituantes les plus importantes d’une ferme aprs la grange-table. Les loges porcs taient (...)

  • VEZE

    Le baptme d’une cloche en 1957 (2)

    Le dimanche 20 octobre 1957, Monseigneur Franois Marty, vque de Saint-Flour (et qui deviendra Archevque de Paris), vint Vze pour bnir la nouvelle cloche qui remplaait une plus ancienne (...)

  • LUSSAUD/LAURIE

    Les cloches de l’glise Sainte-Madeleine

    Si l’on entend que trs rarement la sonnerie des cloches de l’glise Sainte-Madeleine, c’est que peu de crmonies s’y droulent et que l’actionnement des deux (...)


Patrimoine Le Sacré
A+  A-    Imprimer

Les vitraux

A l’exemple de ce qui s’est pass dans toute la France aprs les bouleversements et les destructions des la Rvolution, les glises du Czallier ont bnfici de restaurations au 19me sicle. Peintures murales et vitraux sont alors labors sur un modle en vogue : le gothique et le no-roman. Toutes les baies des glises vont tre dotes de verrires peintes. Comme les moyens sont limits les vitraux des diffrentes glises seront copis ou rorganiss selon le cadre architectural environnant et en rfrence la thologie mise en avant comme l’Immacul Conception ou le Sacr Coeur, les saints patrons des paroisses...

EGLISE DE LUSSEAUD/LAURIE
Vitrail de sainte Madeleine
Vitrail de sainte Madeleine

La verrire centrale du choeur de l’glise du hameau de Lussaud (ancienne glise paroissiale avant son rattachement la paroisse de Laurie) reprsente sainte Madeleine. Cette œuvre date de la restauration de l’glise vers la deuxime moiti du 19me sicle, poque durant laquelle l’art du vitrail a connu une vritable renaissance, y compris en Haute-Auvergne.

Peu d’informations nous sont parvenues sur le choix du vocable de l’glise sainte-Madeleine qui a justifi le thme de l’une des trois verrires du choeur. L’on sait toutefois que l’glise primitive servait de chapelle du chteau des Comtes de Lusseaud qui ont particip aux Croisades pour librer le tombeau du Christ Jrusalem.

Marie Madeleine tait une femme proche de Jsus et qui selon les vangiles lui lava les pieds et les essuya avec ses cheveux. Elle fut aussi l’une des femmes qui vint visiter le tombeau du Christ aprs sa mort et tmoigna de sa rsurrection.
La dvotion sainte Madeleine est par ailleurs un thme rcurent en Auvergne qui s’explique notamment par l’implication de la rgion dans les Croisades.

Une composition classique

Mais le vitrail de Lusseaud est d’une facture assez banale. La femme aurole pourrait tre n’importe quelle sainte catholique puisque l’iconographie traditionnelle qui donne chaque sainte ses attributs pour la reconnatre n’existe pas (longue chevelure, vase onguent notamment) . Seule la mention au bas du vitrail indique que le personnage reprsent est sainte Madeleine. On a donc l probablement une composition simple achete sur catalogue.

Le personnage est en pied sous un dais architectural, prsentation classique du 19me sicle. Le visage de la sainte, aurole, est sombre, en mditation, une figure de mlancolie. Elle porte une robe au plis lgants recouverte d’un manteau bleu. La silhouette est lance, vtue comme une grande dame, une prsentation vestimentaire classique de sainte Madeleine depuis le Moyen-Age.
Les mains sont jointes comme un geste de pit.

Le vitrail est peu visible par les fidles dans la nef, en partie cach par l’autel en marbre blanc de la mme poque.

PEYRUSSE
Les vitraux de l’glise de Peyrusse
Les vitraux de l’glise de Peyrusse

L’glise de Peyrusse reconstruite au 19me sicle a t dote de verrires classiques. Les personnages et les draperies des vitraux sont peu chargs en couleur. Les fonds sont ornements et en couleur. Ce qui donnent ces verrires un ton lger et une certaine transparence bnfique la clart intrieure de l’difice.

Les sujets traits par les verrires cot gauche lorsquon est face lautel) :
-Saint-Michel, larchange terrassant le dmon
-Saint-Antoine et son compagnon oblig (un chien)
-Sainte Catherine et son visage mystique

Prs de l’autel de la Vierge

Vitrail de l’immacule conception                         (dogme de lImmacule Conception dfinit dans la bulle du Pape Pie IX Ineffabilis Deus le 8 dcembre 1854)

Le vitrail de lglise de Peyrusse est dans un style qui scarte de ce quon trouve habituellement. La Vierge est reprsente avec les mains jointes, alors quhabituellement elle a les bras largement ouverts. Il comporte le traditionnel symbole de Marie crasant le serpent.
-Situation dans lglise:Prs de lautel de la Vierge

Dans le sanctuaire :
-Sainte Agns avec un air naf et candide
-Saint-Joseph

Fentres de labside :
- Saint-Roch situ derrire lautel parce quil est le titulaire de lglise
-Saint-Louis, vitrail trs color
-Sainte Marguerite, avec le dragon terrible qui la caractrise

Cot droit :
-le Sacr Coeur de Jsus
-Sainte Jeanne de Valois dans le costume de lordre des Annonciales dont elle est la fondatrice.
-Saint-Blaise, entour danimaux, patron secondaire de la paroisse
-larchange Raphal accompagn du jeune Tobie, tirant du fleuve le poisson qui la effray (situ l, car il fait le pendant avec larchange Saint-Michel.

La partie suprieure :
Ldifice est claire par cinq rosaces cot midi (gauche), et quatre autres rosaces cot nord (une de moins cause du clocher).
Ces rosaces sont alternativement ornes par une simple grisaille ou par des sujets divers :
Cot gauche : Notre-Dame de Lourdes et la Fuite en Egypte.
Cot droit : lapparition de Jsus la bienheureuse Marguerite-Marie, sous le noisetier de Paray-le-Monial et Marthe et Marie recevant le corps de Jsus crucifi.

Au dessus de la porte dentre de lglise :
une double baie tincelante comporte les armoiries du Pape Lon XIII et celle de Monseigneur Baduel, vque de Saint-Flour qui fixent ainsi la date de lglise et de ses verrires.

Sur chaque vitrail est indiqu son donateur, sauf sur ceux de Saint-Roch et Saint-Blaise

------------------
Source : Bulletin paroissial Saint-Jean-Baptiste dAllanche (juillet 1910)

PHOTOS A VENIR

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les retenues travers la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitire

Modes de vie

Manger en commun

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Maisons paysannes du Czallier

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les plerinages Laurie et au Bru de Charmensac

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire des glises

Les bannires
de procession

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit

Des pratiques religieuses collectives

Les autels en marbre blanc