Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283 Cézallier: le patrimoine de la vallée de la Sianne en Auvergne (Cantal/Haute-Loire)
  • TRADITIONS

    Types de chemines sur la maison paysanne (2)

    Pour tre efficace une souche de chemine doit dpasser le fatage d’au moins cinquante centimtres. Dans le Czallier elles peuvent largement dpasser cette hauteur. La souche comporte (...)

  • MULTIFONCTIONS

    L’pi rose des vents (5)

    L’pi rose des vent arbore toujours un axe pourvu d’une croix directionnelle indiquant les quatre points cardinaux. Gnralement mtallique, la girouette rose des vents est constitue (...)

  • EPI POPULAIRE

    La girouette mtallique (4)

    Popularise au 19me sicle l’pi girouette en mtal orne principalement les btisses bourgeoises du dbut du XXme sicle et s’est durant tout le 20me sicle tendu de nombreuses (...)

  • ESTHETISME

    Les pis de fatage mtalliques (3)

    L’pi de fatage en mtal, fer, zinc ou fer blanc, plomb, n’est pas antrieur au 19me sicle. Le socle de cet objet utilitaire comprend une pyramide tronque ou un cube surmont (...)

  • LA POSE

    Les deux modes de fixation de l’ardoise (3)

    Pour bien fixer les ardoises et assurer une bonne tanchit, rsister au vent, protger de la neige, ont t utiliss deux modes de fixations, le clou fixation traditionnelle en Auvergne et le (...)

  • ECAILLE OU OGIVE

    Avec l’ardoise, le bti a chang (2)

    Au 19me sicle la toiture en ardoise a conquis tous les types de btiments paysans, bourgeois, religieux. Une cohabitation plus que centenaire qui perdure encore pour les fermes, les granges, (...)

  • APPARENCE ET FONCTIONNALITE

    La grande harmonie du toit en lauze (2)

    La lauze de schiste, la plus employe dans le nord Cantal, taille en caille ou en ogive, mesure gnralement de 15 60 cm et se distingue facilement sur les toitures par son irrgularit et (...)

  • EN ATTENDANT MIEUX

    Le gent, l’autre toiture vgtale

    Ressource vgtale abondante dans le Massif Central, le gent ne couvrait pas seulement quelques btiments usage d’habitation, il tait aussi employ pour de petits difices ruraux (...)

  • EPOQUE

    Causes de la disparition du chaume dans le Czallier (4)

    Plusieurs facteurs expliquent la disparition progressive de l’utilisation du chaume pour couvrir les habitations paysannes dans le Czallier:nouvelles pratiques agricoles, nouveaux (...)

  • TRACES

    Chaume : le tmoignage prcieux de la photographie (5)

    La photographie offre un tmoignage visuel, dat, des anciens hameaux de la valle de la Sianne. Deux sources sont dsormais prcieuses pour visualiser l’tat du bti au cours du 20me (...)


Patrimoine Le Sacré
A+  A-    Imprimer

Les chapelles

FEYDIT/ALLANCHE
Chapelle Saint-Julien de Chanet
Chapelle Saint-Julien de Chanet

La chapelle Saint-Julien de Chanet (Feydit/Allanche) est trangement solitaire, gare dans les herbages au bord d’un plateau balay par le vent, 1100 mtres d’altitude, au-dessus de la Valle de la Sianne. Un petit bijou au milieu de nul part.

La chapelle et son mur de l’ancien cimetire

Cette glise somnole dans le silence des hauteurs, plus d’un kilomtre du hameau de Chastres, l’extrmit d’un chemin rocailleux sans issue.

Selon le Dictionnaire statistique du Cantal (1869), l’glise aurait t consacre en 924, sous le titre de Saint-julien. Elle relevait de l’Abbaye de Blesle.

L’glise est oriente du nord-est au sud-ouest. Au XIe sicle, qui est l’poque probable de la construction actuelle, elle comportait seulement une nef a deux traves et une abside en hmicycle. Au XVe ou au XVIe sicle, une chapelle furent ajouts au nord tandis qu’au midi une chapelle et un porche s’accolaient toute la longueur de la nef.

Le porche est d’une conception insolite dans le Cantal. Deux bancs de pierre rgnent sur les cots. Au fond du porche, la porte en arc fortement bris est orne de quatre archivoltes.

L’glise de Chanet a t abandonne son sort depuis 1842. La dernire inhumation a eu lieu en 1953. Elle n’a survcu sous un dur climat, que grce son systme de couverture, qui est celui des burons de la montagne. Toute pice de bois est exclue. Les votes sont constitues par un assemblage de pierres plates verticalement disposes qui travaillent comme des claveaux. Sur leurs reins, de la terre glaise a t foule, et ce lit impermable porte directement la toiture, de lourdes et larges lauzes. 

La souplesse de la toiture lui a permis de porter chaque hiver des tonnes de neige et de suivre sans se disloquer les mouvements du gel. Basse et longue sous sa toiture aplatie, l’glise s’efface ainsi pour rsister aux coups de l’hiver. 


CHARMENSAC
Chapelle Saint-Jacques du Bru
Chapelle Saint-Jacques du Bru

La chapelle Saint Jacques au hameau du Bru, sur la commune de Charmensac, est situe sur le bord de la route Massiac-Allanche au centre du village 1073 mtres d’altitude. De l’difice rig en 1389 il ne reste rien, si ce n’est qu’une partie d’un magnifique retable polychrome dans lequel figurent Saint-Jacques et Sainte-Anne.

La chapelle actuelle, un vaste salle rectangulaire, a remplac en 1831 le btiment primitif qui tombait en ruines. La dernire restauration de la chapelle remonte 1963. Les fentres ont t remplaces en 2008.

On doit la fondation de la chapelle au voeu du puissant seigneur Jacques de Mercoeur qui combattait les hordes anglaises dans la rgion. Etant sur le point d’tre cras il demanda, selon la tradition, l’intercession de Saint-Jacques.

Le 25 Juillet, fte de la Saint- Jacques, il gagna la bataille non loin du Bru. Sur les lieux-mmes, il fit construire une chapelle en l’honneur du saint protecteur.

Depuis cette poque, on honore aussi la chapelle du Bru Sainte-Anne, la mre de la Vierge Marie. La tradition rapporte qu’au plus fort de la bataille contre les anglais que menait son poux, Jacques de Mercoeur, Anne de la Tour d’Auvergne supplia sa patronne de rendre vainqueur l’arme de son mari. Exauce, elle contribua l’embellissement de la chapelle.

Voir le diaporama su le retable.

MOLEDES
Chapelle d’Escrouzet
Chapelle d’Escrouzet

Nous savons trs peu de chose sur la chapelle du hameau d’Escrouzet. Selon la tradition locale, elle fut la chapelle d’une demeure seigneuriale et daterait du 17 o 18me sicle.

La chapelle qui tait dans un trs mauvais tat au 19me sicle, a t restaure grce l’abb Vachs, cur de Moldes de 1870 1889. Elle est ddie la Vierge Marie.

Deux fois par an,au mois de mai et au mois d’aot,le cur de Moldes disait une messe la chapelle en prsence des habitant du hameau. Jusqu’ ces dernires annes, une messe avait toujours lieu au mois d’Aot.
Selon les informations recueillies par l’abb Rouet,en 1912,
deux versions circulaient pour expliquer l’origine des statues prsentes dans la chapelle. Pour certaines personnes elles proviendraient d’une chapelle de Molompize et auraient t mises l’abri Escrouzet par un certain monsieur Chantefort durant la Rvolution et y seraient restes depuis.
Pour d’autres, elles taient auparavant dans la chapelle du village disparu de Gironde, dans le fond de la valle de la Sianne, face au hameau d’Allagnon.

La cloche aurait t achete d’occasion Marseille par monsieur Chantefort.

L’on sait par contre avec certitude d’o vient l’autel en bois. C’est celui qui supportait la Vierge en Majest dans l’glise de Laurie, et qui a t tranfr l lors de la mise en place de l’autel en marbre en 1889.



PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

Chenevrires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit