Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283 Cézallier: le patrimoine de la vallée de la Sianne en Auvergne (Cantal/Haute-Loire)
  • ENERGIE HYDRAULIQUE

    Canaliser la force de l’eau pour les moulins

    La plupart des moulins taient construits l’cart de la Sianne ou de ses affluents, ils captaient l’eau par un bief d’amont. L’nergie hydraulique mettait en oeuvre les (...)

  • ELEVAGES COMPLEMENTAIRES

    Les loges porcs

    Indpendantes ou attenantes au buron ou au vdlat, les loges porcs spares en plusieurs compartiments indpendants taient de vritables petites maisons difies avec soin, toujours bien (...)

  • SALLE COMMUNE

    Pole et cuisinire remplacent le cantou (4)

    L’arrive du pole la fin du 19me sicle qu’on ne cherchait nullement camoufler pris place dans le cantou ou devant celui-ci. Plus tard il sera supplant par le fourneau et (...)

  • SALLE COMMUNE

    Le cantou, l’espace des vieux (3)

    Au milieu du 19me sicle, avec l’amlioration des conditions de vie des paysans et l’organisation de la salle commune, trs vite va se gnraliser l’habitude de disposer un (...)

  • SALLE COMMUNE

    La tablette du cantou (2)

    L’tre de la maison paysanne du Czallier tait toujours surmont d’une tablette en bois massif gnralement couverte d’un volant de tissu color ou de dentelle. Cet espace (...)

  • SALLE COMMUNE

    Le cantou, le coeur de la maison traditionnelle (1)

    On ne pouvait pas vivre sans feu dans la maison, y compris en t, pour la cuisson des aliments et la production de chaleur l’hiver. Le cantou tait donc le coeur de la vie familiale, (...)

  • MOLEDES

    La tour carre de Colombine : aspects intrieurs (3)

    La tour de Colombine possde quatre niveaux intrieurs. Malgr ses proportions modestes et l’exiguit des pices, la tour tait habite au XIIme sicle, un espace de vie spartiate, (...)

  • MOLEDES

    La motte castrale de Colombine (1)

    La motte de Colombine sur laquelle se dresse encore firement une tour carre en pierre se trouve plus de 1000 mtres d’altitude et domine la valle de la Sianne. La partie ouest (...)

  • PEYRUSSE

    Chteau de Peyrusse-Haut

  • VEZE

    Le chteau des Fortuniers

    Le chteau des Fortuniers non loin du bourg de Vze a compltement disparu depuis plusieurs sicles. Sur son emplacement un oeil exerc peut remarquer encore les traces de son (...)


Patrimoine Le Sacré
A+  A-    Imprimer

Les glises

Nos petites glises rurales ont t et sont encore facteur de lien social. Aucun autre difice, en effet, ne cristallise autant des moments forts partags. Elles rythment depuis des sicles les grands passages de la vie des communauts rurales tout en signant les paysages de leurs clochers.
Les glises sont dans la valle de la Sianne les difices en pierres les plus anciens. Outre leur vocation cultuelle catholique, elle portent en elles le tmoignage de la spiritualit et de la ferveur populaire de nos anctres. Malgr leur modestes proportions, elles gardent galement les traces de savoir-faire artistiques qui patent encore. Elles mritent donc toute notre attention que nous soyons croyants ou non chrtiens car elles demeurent pour beaucoup de personnes un emblme d’identit locale.

AURIAC-L’EGLISE
Eglise romane de Saint-Nicolas
Eglise romane de Saint-Nicolas

L’glise Saint-Nicolas, construite au 12me sicle, tait selon les spcialistes de l’archologie le type parfait du roman auvergnat. Si l’difice a beaucoup t transform et subit les assauts du temps, il conserve des lments architecturaux romans d’origine comme le choeur, la coupole sur pendentifs et l’abside. Sa prochaine restauration complte devrait lui redonner tout son clat.


L’INTERIEUR DE L’EGLISE
JPEG - 11.4 ko
Plan de l’glise avec les ajouts de chapelles

La nef de l’glise mesure 10,50m de longueur sur 5,35m
de largueur et culmine 8,62 mtres. Elle est claire par un oeil de boeuf pratiqu dans le pignon ouest au-dessus de la tribune.

Le choeur : d’une longueur de 5,65m sur une largeur de 6m, il est surmont d’une coupole sur pendentifs, spcimen assez rare en Haute-Auvergne.

L’abside roman en cul-de-four mesure 3,90m de long par 4,40 de large. Sa hauteur est de 6,25m.

La chapelle de la Vierge : droite mesure 5,40m de long par 4,40m de large. Cette chapelle gothique fut longtemps appel chapelle du rosaire.

La chapelle Saint Joseph : gauche mesure 3,82m de long par 3m de large. Elle fut appelle longtemps chapelle de Chavagnac o furent enterrs les seigneurs de Chavagnac.

La chapelle du Sacr Coeur situe sur le cot du choeur mesure 2,82n de long par 2,60m de large. C’est la plus petite des trois chapelles
rajoutes la partie de l’difice roman.


LA COUPOLE SUR PENDENTIFS
JPEG - 21.5 ko
Gravure ancienne sur le choeur et la coupole sur pendentifs

L’une des particularits architecturales de l’glise romane d’Auriac, c’est sa coupole au-dessus du choeur. En gnral en Haute-Auvergne, les coupoles des difices religieux sont majoritairement montes sur trompe, une maonnerie spciale qui permet de passer du plan carr ou rectangulaire au plan circulaire.

La coupole sur pendentifs de l’glise d’Auriac est le signe de la qualit des ateliers de maons et de l’envergure de l’architecte qui a conu l’difice.
La coupole sur pendentifs, mode de vote l’honneur dans les provinces du sud-ouest de la France, a fait dire aux spcialistes de l’architecture romane auvergnate, que l’glise romane d’origine devait tre l’un des plus beaux difices de la rgion avant ses ajouts gothiques.

Les pendentifs, ce sont les parties triangulaires qui reportent le poids de la coupole sur les arcs, qui leur tour les renvoient sur les quatre piliers. La coupole d’Auriac en est un bel exemple.


QUELQUES DATES SUR L’EGLISE D’AURIAC

12me sicle
- Construction de l’glise dans le pur style roman auvergnat : une nef rectangulaire, un chœur carr surmont d’une coupole en pendentif, une abside en cul-de-four circulaire.

15me sicle
- Les murs de droite et de gauche sont ventrs pour ajouter deux chapelles votes d’ogives

- Construction d’une tour-escalier l’extrieur de l’difice accole au clocher

16me sicle
- Cration d’une troisime chapelle mridionale dans le chœur

17me sicle

- 1703 : baptme de deux cloches. La cloche Saint Nicolas pour parrain Franois de La Vernde, Comte d’Auriac. Marraine : Anglique Dubos, douairire du Conte de la Vernde.
- 1755 : le clocher de l’glise s’effondre entranant une partie de la vote
- 1791  : les biens de la paroisse sont vendus pour 275 151 livres. Il y eu 10 acheteurs
- 1793  : la paroisse est dservie par l’Abb Bouniol, cur constitutionnel
- 1794  : sous la pression des rvolutionnaires la hauteur du clocher est rduite de moiti, conformment l’arrt du 22 pluviose qui ordonnait la dmolition des clochers jusqu’ hauteur des btiments.
- 1796 : les cloches ne sonnent plus pour la messe, leur usage est interdit depuis une loi du 11 avril

18me sicle
- Pose d’un retable dor dans la chapelle sud avec une vierge portant l’enfant et tenant un sceptre dans la main droite

19me sicle

- 1854  : dmolition de la sacristie qui bouchait la baie septentrionale du chevet. Construction d’une nouvelle sacristie sur le ct sud de l’glise.
-1861  : le 15 octobre, baptme de la cloche « Anne Jeanne Marie ». Parain Etienne Escalin du hameau de La Bastide. Marraine Anne Vigouroux du hameau de Riol.
-1869  : la Congrgation des Enfants de Marie offre la paroisse le vitrail de la chapelle de la Vierge.
-1880  : rfection du pavage en pierre de Volvic dans la chapelle de la Vierge
- 1882 : mise en place d’un autel de style no-roman en marbre blanc dans la chapelle Saint-Joseph.
-1888 : rfection de la toiture de la nef de l’glise sur charpente aprs surlvation des murs gouttereaux ainsi que celles des chapelles de la Vierge et de Saint Joseph sous la direction du cur dservant l’Abb Dauriac et entirement finance par le Conseil de Fabrique. Le bois fut offert par les paroissiens.
-1889 : crpissage de l’glise et redressement des murs, travaux non prvus financs par l’Abb Dauriac.
-1894 : fabrication de l’autel en bois pour la chapelle du Sacr Cœur avec des lments de l’ancien autel de la chapelle de Saint-Joseph.
-1895 : le cur prend en charge le rafrachissement des peintures qui dcorent l’glise par monsieur Peuch de Saint Flour. Peintures faites par monsieur Martin dans le courant du 19me.

20me sicle

- 1903 : les peintures de l’abside et du chœur sont refaites par monsieur Salvador, peintre de Murat.
-1988 : inscription de l’glise l’inventaire des Monuments historiques par un arrt du 30 dcembre

LAURIE
Eglise Notre-Dame de l’Assomption
Eglise Notre-Dame de l’Assomption

La construction de l’glise primitive date de la fin du XIIme sicle. Suivant la rgle gnralement admise pour les glises, elle est oriente de l’Est l’Ouest et le choeur se trouve plac ct de l’Orient. La modeste glise de Laurie a une forme originale pour la rgion puisqu’elle comporte deux nefs parallles termines leurs extrmits par des murs droits.

Les murs extrieurs, trs pais car ils supportaient autrefois des couvertures en lauzes, sont caractriss par une teinte rougetre qui s’explique par les pierres utilises issues de la dernire priode d’activit des volcans de la rgion. Le clocher de type carr sans originalit particulire, comprend une tour monte en dehors de l’glise dans toute sa hauteur.

Comme la plupart des glises de Haute-Auvergne, elle fit l’objet au 19me sicle d’une fiche descriptive tablie par un grand spcialiste de l’art roman, Monsieur de Rochemonteix. Il considrait l’glise de Laurie comme un difice « intressant par la forme rectangulaire de ses chevets, par ses deux nefs parallles et ses archivoltes murales reposant sur des colonnettes dgages ».

Aprs avoir t laisse sans entretien pendant la priode rvolutionnaire, l’glise s’croula peu avant 1800, sauf le chevet sur lequel s’appuyait le retable et la nef du ct nord o se trouvait la statue de la Vierge.

En Juillet 1803, la municipalit de Laurie tablit une imposition extraordinaire pour entreprendre les travaux. Une inscription au-dessus de la porte d’entre rappelle la fin de la reconstruction en 1809. Sept colonnes romanes furent remployes avec leurs bases et leurs chapiteaux. Ce qui restait de la dcoration intrieure de la chapelle romane primitive disparut.

Par la suite, de nouveaux travaux de restauration furent entrepris afin d’embellir le sanctuaire. Vers l’anne 1860, le sol de l’glise fut recouvert d’un pavage en pierre volcanique. Durant les travaux, on dcouvrit que la source qui alimentait la fontaine publique passait sous l’glise, la traversant en diagonale.

Un peu plus tard, on dgagea le mur nord directement appuy la terre ce qui occasionnait beaucoup d’humidit, en pratiquant une tranche de deux mtres de large. A une date inconnue, on avait prfr monter un mur disgracieux l’intrieur de l’glise pour viter les infiltrations. Il fut abattu et l’on redcouvrit de merveilleux chapiteaux historis. La nef romane retrouvait son aspect d’origine.

Les dernires restaurations de l’glise ont eu lieu au dbut des annes cinquante.

LES EMBELLISSEMENTS DE 1886

Durant l’hiver 1886 l’embellissement de l’glise marquait la volont de rendre plus clatant le sanctuaire de Notre-Dame de Laurie conformment au got de l’poque.
L’autel en bois sur lequel tait expose la Vierge, adoss au mur nord face la porte d’entre, fut enlev et remplac par un autel en marbre blanc de style roman. Autel fastueux, richement dcor et accompagn de girandoles, de lampes...
Financ entirement par souscription, il fut inaugur par Mgr Baduel, vque de Saint-Flour. C’est la chapelle du village d’Escrouzet (Moldes) qui rcupra l’autel en bois o il se trouve toujours.

L’embellissement ne s’arrta pas l. Comme beaucoup d’glises romanes d’Auvergne restaures au 19me sicle, on leur a rendu une polychromie intrieure, ce qui correspondait une pratique du moyen-ge.
A Laurie, ces peintures plus que centenaires ont perdu l’clat de leurs couleurs mais sont encore bien visibles. La vote de la premire trave fut peinte en azur avec un semis d’toiles d’or. Les murs furent orns de fleurons et prsentaient les armoiries de la ville de Blesle avec une inscription en latin du voeu de 1318.
Le mur plein de la seconde trave, en face de la porte d’entre, fut couvert par une reconstitution d’une draperie dont le fond bleu sem d’toiles portait les armoiries de l’vque de Saint-Flour. La vote fut peinte en rouge ple avec des fleurs de lys. La vote de la dernire trave disparut sous des feuillages romans et les murailles furent azures. Aux murs on fixa des plaques votives en marbre blanc. La plus grande en souvenir des deux principaux donateurs : l’vque de SaintFlour et le Chanoine Pau.


L’glise de Moldes
L’glise de Moldes

L’glise de Moldes est un difice roman agrandi au XVIme et au XIXme sicle. Elle a t inscrite l’inventaire supplmentaire des Monuments Historiques par arrt du 9 juin 1992. (Voir prochainement sur cet emplacement notre fiche sur l’glise.

L’glise de Vze
L’glise de Vze

Fiche de prsentation de l’glise en prparation























La dcouverte du sicle...

RETABLE EN FAUX-SEMBLANT DATANT DU 15EME SIECLE RECOUVRANT LE MUR DU FOND DE L’EGLISE DECOUVERT LORS DE LA DEPOSE POUR RESTAURATION DU RETABLE BAROQUE

JPEG - 243.5 ko
La fresque est de nouveau cache la vue depuis la repose du retable baroque restaur.


La restauration du grand retable de l’glise romane de Vze a permis la mise jour d’un dcor peint dat en partie du 15me sicle. On n’avait pas connu d’vnement patrimonial de cette importance Vze depuis fort longtemps.
Une opration de sauvetage des statues anciennes de l’glise tait en cours depuis deux ans. Compte tenu de l’tat du retable de la crucifixtion, le service de la conservation des antiquits et objets d’art du Cantal et la municipalit avaient dcid la restauration de la structure de ce bel ensemble baroque du XVIIme sicle en trs mauvais tat. La peinture centrale par exemple, reprsentant la crucifixion, tait dteriore, ainsi que les statues en bois dans les niches latrales.

Au moment de la dpose du rtable en juin2005, diffrents dcors peints sur le mur et la vote sont apparus au grand jour. Selon Benoit Henri Papounaud, Conservateur des antiquits et objets d’art du Cantal, il s’agirait d’une scne du martyr de saint Caprais,le patron de la paroisse, datant du 15mr sicle. Sur la vote se dtache aussi un christ de la mme poque bnissant d’un main six doigts.

Mais le plus spectaculaire est la prsence d’un retable en faux-semblant datant du 17me sicle qui recouvre l’ensemble du mur du fond de l’glise.
Cette dcouverte vient donner un intrt supplmentaire la petite glise romane dj bien restaure il y a quelques annes. Il a t dcid de confier une entreprise spcialise la restauration des diffrentes peintures dcouvertes, la DRAC, le Conseil Gnral et la Rgion Auvergne ayant accept de participer financirement aux travaux.

Aprs la restauration du retable, celui-ci a retrouv sa place dans le choeur avec les statues d’origine retrouves dans le grenier de la sacristie o elles avaient t entasses sans protection.

Et les fresques ? La repose du retable sa place d’origine risquant de cacher totalement les fresques, celui-ci a t avanc d’un bon mtre afin de permettre au public d’admirer ces temoignages du Moyen-ge.

JPEG - 33.8 ko
Scne du martyr de Saint Caprais, patron historique de la paroisse
JPEG - 33.7 ko
Sur la vote, Christ bnissant d’une main six doigts
JPEG - 32.1 ko
Dtail de la fresque du 15me sicle
L’glise de Feydit
L’glise de Feydit

Fiche de prsentation de l’glise en prparation

L’glise de Charmensac
L’glise de Charmensac

Un document de 1637 relatif aux fondations faites par le seigneur local en faveur des prtres de la communaut paroissiale signale une glise « collgiale et paroissiale ddie Saint Cirgue ». De cette ancienne glise il ne reste plus aujourd’hui que les deux chapelles latrales, signales comme une augmentation de l’glise existante. Selon le document la premire chapelle aurait t construite en 1437 par les soins de Braud de Lotoing, seigneur de Charmensac. La seconde chapelle aurait t rige en 1602 par Robert de Lotoing, seigneur de Charmensac et par son pouse Madeleine de Serre Lou. Ils lui donnrent pour patron Saint Laurent.
Ces chapelles ont t quelque peu modifies lors de la construction de la nouvelle glise en 1861-1862. Toutefois, leur aspect tranche avec la majeur partie de l’glise actuelle.
Les deux chapelles qui se font face s’ouvrent dans l’glise par deux arcades en ogive. Elles mesurent sept mtres de long sur trois mtres de large.

L’glise actuelle de Charmensac a t construite sur l’emplacement de l’glise primitive durant les annes 1861 et 1862. Les raisons de la construction d’un nouvel difice sont expliques dans une dlibration du Conseil de Fabrique du 18 janvier 1846. Cette glise « prsentait de l’intrt au point de vue de l’art, mais tait devenue trop petite par suite de l’accroissement de la population… », prcise le texte. Dans les dlibrations des annes suivantes, entre 1846 et 1861, il est indiqu que l’glise tait en trs mauvais tat et menaait mme de s’crouler. Pour ces raisons, une nouvelle construction fut dcide et longuement prpare la fois par le Conseil de Fabrique et le Conseil Municipal.
C’est la commune de Charmensac qui prit sa charge la construction de la nouvelle glise, mais s’assura toutefois du concours financier de la Fabrique qui donna toutes ses conomies et quelques legs faits par des paroissiens dans ce but.
La municipalit obtint une aide de l’Etat. Les sommes recueillies s’levrent environ 16000 francs de l’poque. Tous les transports des matriaux pour l’glise et le clocher furent assurs par la population qui donna galement en grande partie les fournitures comme le bois, les pierres, les tuiles… Pour l’ornementation et l’ameublement du nouvel difice il fallu trouver d’autres ressources

L’architecte fut l’Abb Magne, alors cur de Saint-Victor de Massiac. Il participa la restauration et la construction d’un grand nombre d’glises du Diocse de Saint-Flour pendant la seconde moiti du 19me sicle.L’glise fut solennellement bnie par Monseigneur de Pompignac
Pour la reconstruction du btiment on employa de la pierre du pays provenant en grande partie des petites carrires du Hameau du Bru. La pierre de taille employe aux ouvertures provient galement de ces petites carrires, compltes par des pierres de la rgion et des ruines de l’ancien chteau.

L’glise forme un vaisseau sur lequel sont appuys de chaque ct les deux chapelles et les deux sacristies. Les murs sont soutenus l’extrieur par des contreforts. Le chœur se termine par un pan coup.Le portail est de style gothique.Le clocher carr domine la porte d’entre.
La nef mesure 12 mtres de long sur 4,50 mtres de large. La vote culmine 6,50 mtre. Le chœur a une profondeur de 6mtres par 4,50 de large.

JPEG - 15.9 ko
L’intrieur de l’glise rnove

LA RESTAURATION DU XXI EME SIECLE

Le 8 septembre 2007, Monseigneur Bruno Grua, Evque du diocse de Saint-Flour inaugur officiellement les restaurations de l’glise du bourg. Depuis sa construction au 19me sicle sur l’emplacement d’une glise plus ancienne, l’difice souffrait d’une humidit constante qui avait fini par endommager les dcors peints de style no-roman ainsi que certaines structures.
Aussi, des travaux trs importants ont t entrepris qui ont consist assainir les fondations du btiment, puis reprendre l’ensemble des murs et une partie de la charpente avant de terminer par les enduits intrieur, la restauration des dcors peints plus que centenaires, ainsi que la refection des autels des chapelles latrales.

Dbuts en 2002 grce la volont du Conseil Municipal et de son maire monsieur Roger Merle, appuys par l’Association des amis de l’glise cre pour la circonstance, les travaux ont dmarr en 2002 pour se terminer en 2007.
Le cot des travaux de 125 000 euros a t couvert par les subventions de l’Etat (DGE), du Dpartement (FEC), de la rserve parlementaire de monsieur Alain Marleix, dput et Conseiller gnral, auxquels sont venus s’ajouter 16.000 euros provenant des collectes et actions de l’Association des amis de l’glise.

L’glise, dsormais proprette, est une belle restauration dont les habitants de Charmensac peuvent tre fiers.

JPEG - 21.2 ko
L’autel de la Vierge restaur
JPEG - 21 ko
Une restauration extrieure minutieuse
L’glise de Lussaud (Laurie)
L’glise de Lussaud  (Laurie)

Fiche de prsentation de l’glise en prparation

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

Chenevrires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

La vie dans la maison traditionnelle

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Cantal

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse