Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283 Cézallier: le patrimoine de la vallée de la Sianne en Auvergne (Cantal/Haute-Loire)
  • SOMMEIL ET RELATIVE INTIMITE

    Un couchage standard pour toute la famille

    Le couchage dans un alcve au fond de la salle commune est caractristique la fois de l’intrieur de la maison paysanne des 19me et de la premire moiti du 20me sicle, mais aussi (...)

  • FOIRE DES PALHAS 2017

    Succs considrable de notre exposition

    L’association Czallier valle de la Sianne proposait l’exposition sur l’intrieur ancien des maisons paysannes du Czallier. 1260 visiteurs en deux jours. Un grand succs et (...)

  • COUCHOIR RUDIMENTAIRE

    Le lit-clos du vacher

    Le lit des vachers, bergers et valets de ferme tait situ en dehors de la salle commune. C’tait la couchette spcifique de l’homme charg du btail.

    Ce lit-clos est l’un des (...)

  • L’ALCOVE D’ESCALIER

    La couchette du domestique ou d’un enfant

    Frquemment appel le lit du vacher cette couchette rideau a la particularit d’tre encastre dans la monte d’un escalier. Son positionnement peu confortable a dtermin son (...)

  • OUVERTE OU CACHEE

    La couchette en alcve ferm

    On retrouve encore dans les villages du Czallier plusieurs types de couchage en lit ferm dont certains sont encore utiliss aujourd’hui : alcve ou lit-clos placard ferms par une porte (...)

  • PRESERVATION DE L’INTIMITE

    Alcve et lit-clos ferms par des rideaux

    Le lit-clos rideau gnralement trs color avec un bandeau en cantonnire est le lit le plus reprsent dans les anciennes salles communes du.nord Cantal. Les spcialistes parlent de lit-wagon (...)

  • ALCOVE ET LIT-CLOS

    Le couchage dans la salle commune

    Le fond de la salle commune de la maison paysanne traditionnelle, moins bien claire durant le jour servait la nuit comme lieu de repos en ces temps de cohabitation sous le mme toit de (...)

  • L’ESPACE DE L’EAU

    L’ayguire, un dispositif commode et astucieux

    L’ayguire reprsente une extension fonctionnelle autant qu’un lment dcoratif. Seul point d’eau l’intrieur de la maison cet vier gnralement situ sur l’axe (...)

  • PRATIQUE DE LA PROPRETE

    La fontaine-lavabo

    L’usage de la fontaine-lavabo dans le Cantal est systmatique dans la plupart des demeures anciennes depuis la fin du 19me sicle. Place prs de la porte d’entre (au plus proche du (...)

  • UN ESPACE UTILITAIRE

    L’quipement habituel du cantou

    L’quipement du cantou refltait la richesse ou la pauvret de la maison. Le fond de la chemine comprend une dalle de pierre dure ou une plaque en fonte sans ornement ou habilement orne. (...)


Patrimoine Le Bâti
A+  A-    Imprimer

Les symboles sur le bti ancien

La dcouverte des symboles sur le bti de la valle de la Sianne et du versant oriental du Czallier est une invitation entrer dans la pense symbolique des populations qui ont vcu au 18me et au 19me sicles.
Les symboles ont t utiliss toutes les poques car ils ont la proprit exceptionnelle de synthtiser dans une expression toutes les influences de l’inconscient et de la conscience, ainsi que les forces instinctives et spirituelles.

EVOCATION
Comprendre le sens perdu des symboles
Comprendre le sens perdu des symboles

Les symboles qui ont rsist aux transformations modernes des habitats font dsormais partie de notre patrimoine. Ces images rituelles encore visibles aujourd’hui appartiennent la mmoire de nos campagnes et mritent d’tre conserves et protges.

.

Le regard sur les rites et les symboles dans le bti ancien veut donner l’occasion d’largir l’vocation des caractristiques patrimoniales de la valle de la Sianne et du versant oriental du Czallier.

Les diffrents thmes qui ont t rpertoris ces derniers annes permettent de se familiariser avec les symboles utiliss par les populations des sicles passs, d’en comprendre le sens, d’tre capable par soi-mme de dchiffrer quelques nigmes sur le bti du pays. En tout cas, connatre certains aspects du sens perdu de la pense symbolique du monde rural d’hier.

Quand on comprend le sens cach des choses anciennes, il est plus ais d’agir pour le protger. Cette prsentation veut nous y encourager.


MEDIATION
Entrer dans la pense symbolique des anciens
Entrer dans la pense symbolique des anciens

Dans cette rgion de Haute-Auvergne, sous la diversit de leurs formes et de leurs interprtations, les symboles sur le bti ancien de la valle de la Sianne remplissent une fonction mdiatrice entre le ciel et la terre, le rel et le rve.


Les symboles sur les maisons traditionnelles tablissent des rapports extra-relationnels, imaginatifs entre les diffrents mondes, cosmique, humain et divin.
C’est pourquoi, le propre du symbole est de rester indfiniment suggestif. Chacun y voit ce qu’il veut. Les symboles disent ce qui ne peut tre apprhend autrement.

Partout sur les anciennes maisons rurales d’habitation figurent en dcor es thmes de la protection et de la scurit, le respect des tres suprieurs, la relation entre le ciel et la terre, la lumire et les tnbres, le bien et le mal, Dieu et le diable.
Grce aux symboles, les anciens ne se sentaient pas en dehors de l’univers, ce monde inconnu et inquitant. Mais le facteur le plus puissant du dcor symbolique sur le bti ancien reste sa fonction socialisante car il met en communication avec le milieu social.

A toutes les poques les symboles ont eu la proprit de synthtiser visuellement les influences de l’inconscient et de la conscience, ainsi que les nombreuses forces instinctives et spirituelles.

Protection des granges et des tables aussi

Dans la socit rurale des sicles passs, protger ses rcoltes et ses btes tait aussi important que le bien tre de sa famille. Les mmes dcors protecteurs, les mmes codes se retrouvent donc sur les portes des granges et des tables, annexes faisant trs souvent bloc avec la maison d’habitation en Haute-Auvergne/ petites pattes d’animaux, buis bnit le jour de la fte chrtienne des Rameaux, croix graves ou peintes la chaux, losange symbole de la fcondit...


DONNER DU SENS
Des maisons charges d’intersignes
Des maisons charges d’intersignes

Les populations d’autrefois taient convaincues qu’un monde inquitant se cachait derrire le monde visible. Elles mettaient d’emble les demeures l’abri des forces mauvaises par une srie de procds magiques et religieux.

La socit rurale vivait en communion permanente avec le milieu naturel qui lui fournissait matriaux et subsistances. Mais ce milieu tait trs mal matris, difficillement compris, souvent dangereux.
Il fallait donc trouver les moyens de se prmunir contre toutes les menaces ambiantes, neutraliser les malfices et les forces obscures qui rodaient. La maison traditionnelle s’est ainsi charge d’intersignes dont certains ne laissent aucun doute sur leurs fonctions et leurs significations.

Tous les dcors encore visibles aujourd’hui sur le bti ancien du Czallier sont ainsi le produit d’une mentalit, d’motions, de croyances. Impuissants expliquer et contrler les phnomnes naturels, assaillis par leurs peurs, les populations rurales se sont rfugies dans un mode de pense souvent irrationnel qui ont imprgn durablement les dcors des constructions.

Les anciens pensaient qu’il tait possible de se prserver du malheur et des forces qu’ils ne matrisaient pas. Face aux dangers qui les entouraient, ils ont dvelopp un ensemble de croyances.

L’paisseur des murs des maisons ne suffisait pas pour protger la famille, la plupart des dcors et signes protecteurs ont t placs proximit des ouvertures. En ayant ces pratiques, les populations rurales poursuivaient ce que faisaient depuis la nuit des temps les humains de toutes les civilisations de la plante.

 La quille renverse et sa fonction symbolique de la croissance et de la prosprit

AFFIRMATION DU DROIT
Les marques de proprit
Les marques de proprit

Pour affirmer son droit sur la maison d’habitation ou sur les btiments d’exploitation, les constructeurs faisaient figurer dans la pierre leurs initiales dans un endroit bien visible de tous. Gnralement celles-ci figuraient prs des ouvertures principales de la maison d’habitation.

Cartouche sur le linteau d’une porte d’entre avec le nom, prnom et date de construction (Hameau Le Bru, Charmensac)

Sur ces marques de proprits, les propritaires indiquaient parfois leur nom ou le plus souvent les initiales du couple avec la date de construction. 

Par ailleurs, lorsqu’une famille construisait sa maison, elle n’imaginait pas d’autres occupants que sa propre descendance. Autrefois on ne bougeait gure, et la transmission du patrimoine tait inscrite dans l’ordre des choses. On n’hsitait donc pas mettre en avant son patronyme sur son habitation ; une signature en quelque sorte.


 Marque de proprit avec nom, prnom du chef de famille, symbole de la croix (hameau de Rezonzou, Charmensac)


.

Initiales des propritaires places entre la date de construction et entoures de plusieurs symboles forts : le coeur, la croix et le soleil rayonnant (hameau de Lussaud, Laurie)

CONSTRUIRE POUR DURER
Les dates de construction (1)
Les dates de construction (1)

La pratique de dater sa maison, qui n’est pas spcifique la Haute-Auvergne, a pratiquement disparu depuis le premier quart du XXme sicle. Mais les dates de construction sont encore extraordinairement nombreuses sur le bti le plus ancien dans la valle de la Sianne et plus gnralement dans tous les hameaux du Czallier.


.


.

La datation visible sur sa maison avait pour objectif dans la tradition des anciens d’inscrire son foyer dans le temps. On trouve donc encore sur le bti ancien des marques diverses pour indiquer aux passants, de manire durable la date de construction de l’difice, parfois celle de son agrandissement.

Les restaurations et agrandissements intervenus dans la seconde partie du XXme sicle ont souvent consist largir les ouvertures des portes et des fentres. Ces travaux ont ncessit le changement des linteaux d’origine devenus trop courts pour prendre appui sur les jambages et frquemment remplacs par une barre en bton.

Attestant de leur anciennet, de nombreux btiments conservent des dates dont la gravure est devenue presque illisible, trop expose depuis plus de 150 ans aux intempries.
Sur certaines maisons, les occupants actuels ont voulu bien faire apparatre ce tmoignage lapidaire par une mise en peinture de la date.

Mais le bti ancien du Czallier conserve encore beaucoup d’inscriptions diverses dcouvrir.


INSCRIRE LA MAISON DANS LE TEMPS
Les dates de construction (2)
Les dates de construction (2)

Sur notre territoire peu de btiment possdent des dates de construction antrieures au 19me sicle. On remarque toutefois ici et l sur de trs vieilles btisses paysannes quelques inscriptions de la fin du 18 me sicle.

.

Si beaucoup de maisons anciennes ont aujourd’hui disparu, l’on sait toutefois que l’explosion de la construction en pierre lie l’enrichissement des campagnes a suivi la Rvolution, comme l’a dcrit avec brio le capitaine Boudon dans son livre "La terre sacre" sur le hameau de Fraissinet et la Bastide sur la commune d’Auriac-l’Eglise.

On constate gnralement que la date mise en valeur sur la maison d’habitation (maison bloc) n’est pas la mme que celle de la porte des curies, btiment souvent construit ds que les propritaires en avaient les moyens. Quand la diffrence de date est importante, il peut s’agir alors d’une rutilisation ou d’une construction tardive due un rallongement ou agrandissement successif de la proprit.

Ou sont places les dates de construction

Si certaines dates sont discrtes, la plupart s’imposent au regard par son emplacement sur la maison ou ses dpendances. Ces dates de construction sont places gnralement sur les faades principales . Les chiffres sont de style romain. Quelques exceptions en chiffres gothique. Elles figurent sur
- linteau de la porte d’entre
- linteau de fentre
- cl de vote en anse de panier des curies et des granges

Dans la majorit des cas la pierre qui porte la date de construction se situe sur la partie haute de l’encadrement, centre sur le linteau ou dcale sur le ct lorsqu’elle est associe un anthroponyme ou des initiales.

La cl de vote, pierre pour dater l’table

Sur les grands arcs des portes de grange, la date figure systmatiquement sur le voussoir autobloquant, technique significative des grandes portes de granges du 19me sicle.



Techniques de gravure

Plusieurs types de gravures ont t rpertoris sur le bti ancien de la valle de la Sianne :

-gravure en creux sans fioriture
- gravure en creux avec cartouche contour grav ou sculpt,
- gravure simple en creux sur la face aplanie de la pierre
- date et nom gravs dans deux cartouches diffrentes
- cartouche souligne par un liseret obtenu en gravant en creux une fine rainure lgrement en retrait du bord.
- gravure accompagne de symboles (coeur, feuillage, soleil, croix latine, rouelle...)


PIERRES TRAVAILLEES
Les linteaux historis
Les linteaux historis

Rites chrtiens et rites ancestraux se sont mlangs pour marquer les habitations d’une srie de signes bien visibles pour toute la communaut villageoise. Nous avons encore la chance de pouvoir admirer ces pierres travailles avec talent dans la plupart des hameaux.Ils tmoignent de l’art populaire de la Haute-Auvergne

JPEG - 38.7 ko
L’un des plus beaux linteaux historis de la valle de la Sianne
Hameau de La Tour (Vze)

DES LINTEAUX TRES BAVARDS
Les linteaux de portes sont de vritables livres ouverts qui racontent les rites et les croyances laisss par les populations d’autrefois. Ils tmoignent aujourd’hui encore de tout un ensemble d’lments sur l’identit culturelle de la valle de la Sianne depuis 200 ans, ainsi que des informations directes sur les occupants des plus anciennes maisons.

DES MARQUES DE PROTECTION
Les propritaires des maisons ne se sont pas contents d’inscrire leurs noms sur le linteau de la porte d’entre principale, mais ils ont souvent complt cet espace par des lment dcoratifs et surtout par des signes religieux et profanes : la croix, le coeur, le laurier, la rouelle, le soleil rayonnant, la marguerite, la spirale...

Les symboles que l’on retrouve encore sur certaines maisons, marquaient la volont des anciens de protger leurs habitations, d’opposer un rempart au mal, d’attirer la prosprit, la fcondit, l’abondance des rcoltes, la vigueur du btail...

- Le laurier : symbole de l’immortalit et de la puissance. Il passait autrefois pour protger de la foudre.
- La croix : signe fort pour carter le danger, symbole protecteur contre toutes les forces malfiques.
- Le coeur : symbole universel de la fidlit et du bonheur du foyer. Porte-bonheur.
- La spirale : symbole du mouvement permanent de la vie et la fcondit, l’accomplissement de soi, la croyance dans la vie ternelle
- Le soleil rayonnant : source de vie qui rpand son nergie fcondante, symbole de la dure, de la rsurrection et de l’immortalit.
- L’querre : symbolise l’espace, l’quilibre et le respect des lois et des rglements.

CYCLE DE LA VIE
La spirale
La spirale

La spirale est un symbole de continuit. Elle reprsente les rythmes rpts de la vie, le caractre cyclique de l’volution. Motif ouvert, elle manifeste l’optimisme. Il n’est donc pas tonnant de la retrouver sur les linteaux de porte d’entre des habitations et des tables.

Prsente dans de nombreuses cultures anciennes, la spirale tait souvent grave par les celtes sur les monuments mgalithiques.

FECONDITE
Le losange
Le losange

Sous son apparence insignifiante, le losange cache en fait une proccupation essentielle des anciens, celle de la fcondit de la famille et celle du troupeau. Symbole de cette richesse dsire, le losange apparat sur de multiples panneaux et linteaux de porte d’entre des anciennes maisons de la valle.

La porte, lment indispensable de la maison a aussi valeur de symbole. Elle reprsente la fois protection du foyer et ouverture sur le monde. Elle s’est donc enrichie de motifs dcoratifs et de symboles forts comme le losange qui orne de nombreux panneaux de portes d’entre.

Figure protectrice la plus rpandue sur les portes, le losange exprime la recherche d’une protection magique. En effet, symboliquement le losange c’est la porte d’entre et de sortie du monde. Il peut donc tre interprt comme une naissance ou comme une mort, comme passage, comme symbole du sexe fminin...

LA FECONDITE DU TROUPEAU : UN ENJEU EXISTENTIEL


Dans le monde rural d’autrefois, il n’y avait pas que la descendance humaine qui reprsentait une richesse.

L’importance du troupeau tait une proccupation permanente.
Le symbole du losange s’est tout naturellement tendu aux portes des tables, toujours mis en vidence sur le linteau de l’entre principale.
Voici un bel exemple au hameau de La Tour (Vze) o le losange est l’lment central sur la cl de vote d’un linteau appareill en arc.

LA SOURCE DE VIE

La figure du losange, signe fort de fcondit bien marqu sur le bti ancien, et d’une manire plus gnrale porte-bonheur, est parfois accompagne d’autres symboles. Ici, le losange est renforc en son centre par un cercle, deuxime symbole fondamental.

Vivre, mourir, renatre, tel est le grand principe de ce cercle, sorte de roue du destin ou de la chance, d’o partent des rayons semblables au soleil source de vie.

Tout dans l’agencement de cette sculpture sur un panneau de porte d’entre d’une habitation convergne vers le symbole de la fcondit.

En passant devant cette porte d’apparence banale, on est loin d’imaginer tout son sens.

QUAND LA FERRONNERIE
PARTICIPE AU RENFORCEMENT DU DISPOSITIF
SYMBOLIQUE DE LA FECONDITE

Participant au dcor de la porte, il est logique de trouver des ferronneries prolongeant le dispositif symbolique de la maison traditionnelle.
La poigne, lment stratgique de la porte facilitant son ouverture, renforce ici le rle magique du losange. Dcor, trs frquent sur de nombreuses portes anciennes.

BOUCLIER MAGIQUE
La croix
La croix

La croix surmontant le toit des maisons couvertes en lauze est l’un des grands thmes traditionnels de protection que l’on trouve en Haute Auvergne. Mais les dernires croix de pierre ont tendance disparatre petit petit lors des modifications des vieilles toitures en lauze.

Toutefois, on repre encore ici et l ce symbole de protection sur des maisons traditionnelles des bourgs et de leurs hameaux Moldes, Lussaud, Fournial, Charmensac, Peyrusse, Escrouzet, Serre, Le Bru, Vze...

JPEG - 12.5 ko
Double croix sur une maison
du hameau d’Escrouzet

UN REMPART PROTECTEUR
Malgr les apparences, les croix sur les vieux toits taient avant tout considres comme un signe fort pour carter le danger et non pas comme on pourrait le croire d’emble comme le symbole d’affirmation de la foi des propritaires. Frustres ou sophistiques, les croix de pierre taient dresses comme un rempart protecteur contre la foudre et l’incendie, les maladies et les pidmies.


CROIX REPOUSSE DIABLE

Pour les populations d’autrefois, toutes les ouvertures taient considres comme des endroits sensibles.
Malgr sa taille modeste, le symbole de la croix sur une poigne de porte (hameau d’Escrouzet, Moldes), o sur un heurtoir (Vze), n’avait comme d’autre fonction que d’assurer un cran efficace contre toute intrusion dmoniaque dans la maison.

Sur les modestes demeures, la protection espre tait assure par une simple croix trace la peinture directement sur la porte (Hameau du Bouchet, Auriac-l’Eglise).

La croix protectrice ne se trouve pas uniquement sur les toitures. Elle figure galement grave de diffrentes faons sur les linteau de portes, de fentres, de portes de granges... On la trouve aussi insre directement sur la faade de certains btiment (Le Bru et Serre).


LA CROIX UN SYMBOLE TRES ANCIEN
Mettre un croix sur sa maison n’tait pas une dmarche anodine. Depuis la haute-antiquit, la croix est le troisime de quatre symboles fondamentaux, avec le centre, le cercle et le carr. Elle tablit une relation avec les trois autres. Elle est donc le symbole de la totalit du monde.

La croix est l’un des symboles les plus beaux et les plus anciens. Avant de devenir le signe de reconnaissance des chrtiens, puis leur symbole, la croix fut utilise par les hommes pour reprsenter une orientation dans l’espace. Elle symbolisait aussi la runion de deux fois deux points, deux mondes ou deux forces opposs et croiss : le haut et le bas, ciel ou l’enfer.

L’iconographie chrtienne s’en est empare pour exprimer la mort du Christ aussi bien que sa prsence, enrichissant ainsi la symbolique de la croix en condensant dans cette image pour les croyants « l’histoire du salut et de la passion du sauveur ».

ENTRE TERRE ET CIEL
Les pis mtalliques
Les pis mtalliques

Dans les traditions anciennes, le symbole gnral de l’pi fut la croissance et la fertilit. Outre leur fonction symbolique, les pis de fatage sont devenus un lment d’embellissement, un vritable art populaire.

L’pi de fatage trouve son origine dans la protection du pourrissement du poinon qui dpasse ncessairement des charpentes « en croupe ». Traditionnellement depuis la dernire moiti du 19me sicle, on a habill le fatage des toitures d’ardoises des maisons bourgeoises l’aide d’pis en plomb, cuivre ou zinc.



DECORS TYPIQUES DES EPIS METALLIQUES
DANS LA VALLEE DE LA SIANNE

- Le socle est gnralement fait d’une pyramide tronque ou d’un cube surmont d’un balustre sur lequel reposent pommeaux ou bulbe ctele.

- Certains pis reproduisent des tiges garnies de fleurs stylises au calice ouvert.

- Beaucoup d’pis sont surmonts du symbole astral de la boule aux couleurs varies.

- La complexit de l’pi est toujours directement lie la richesse de la construction qui le porte.

ENTRE TERRE ET CIEL
L’pi de pierre
L’pi de pierre

L’pi est une sorte de « pierre leve » miniaturise, dresse par les occupants des maisons pour loigner le malheur, attirer la prosprit et la fertilit, marquer les relations indissociables entre le ciel et la terre.

Par sa forme particulire, la pierre taille par l’homme peut prendre un caractre magique ou mystique.
Souvent rudimentaire, sans aucune valeur esthtique, simple bloc dgrossi, l’pi coiffe les pignons redent des anciennes maisons couvertes en chaume. Il prend parfois la forme d’une quille renverse, place l’extrmit du fatage. L’pi de pierre orne galement les souches de chemine.

LA QUILLE RENVERSEE

JPEG - 12.4 ko
Quille renverse l’extrmit
d’un toit en lauze (Moldes)
JPEG - 18 ko
Quille renverse
(Hameau de la Besseyre, Moldes)
JPEG - 34.6 ko
Quille renverse sur une fontaine
du hameau de La Bastide (Moldes)
JPEG - 42.6 ko
Quille renverse sur un four pain
JPEG - 14.9 ko
Quilles renverses aux extrmits
d’une ancienne toiture en lauze
(Bourg de Moldes)
JPEG - 25.8 ko
Entre de cour arborant
de chaque ct des quilles
renverse (Hameau de Lair, Laurie)

L’EPI SIMPLE BLOC DEGROSSI
"UNE PIERRE LEVEE"

A la pierre se rattache la croyance dans la dure, en la prrnit des choses. L’homme s’est de tout temps identifi non pas la pierre, mais dans la pierre en y gravant ou bien en y mettant un caractre symbolique.
Le bloc dgrossi qui coiffe souvent les pignons de d’anciennes maisons, de chemines...Une sorte de "pierre leve" des temps anciens, celui des menhirs et des dolmens.

CODES
Les girouettes
Les girouettes

Ce n’est vritablement qu’au 18me sicle que la girouette s’est popularise. Depuis, quelques beaux spcimens ont rsist au temps et couronnent toujours les plus anciennes btisses bourgeoises de la valle de la Sianne.

Au Moyen-Age, les girouettes taient une marque de distinction rserve aux nobles, un symbole du pouvoir aux formes codifies. La noblesse avait le privilge d’en couronner les tourelles de ses chteaux et de ses maisons fortes.
Durant cette poque, les girouettes ressemblaient des oriflammes. En 1791, un dcret de la Rvolution aboli le droit seigneurial et exclusif d’avoir des girouettes sur les maisons. Chacun pouvait dsormais en placer librement son gr et dans les formes qu’il voulait.

LA GIROUETTE ETENDARD
SUR LA MAIRIE DE LAURIE

Les deux girouettes dominant la minuscule mairie de Laurie (1909) sont pour le moins surprenantes sur un difice de la Rpublique.

En effet, l’tendard sur une girouette est un symbole nobiliaire. Mais l’tendard, c’est aussi le signe du commandement, celui du ralliement. N’est-ce pas d’une certaine faon l’hritage du pouvoir communal depuis la Rvolution ?

JPEG - 43.1 ko
Hameau de Chazelles (Auriac-l’Eglise)


GIROUETTE CONTEMPORAINE

Cette girouette du XXme sicle prouve bien que cet objet populaire rpond aux besoins d’expression de toutes les poques et se plie aux modes successives.

Les girouettes reviendront-elles sur les toits de nos maisons et discrtement nous faire oublier leur pire ennemie : l’antenne de tlvision ?.

REMPART MAGIQUE
Le fer corch
Le fer corch

De rares maisons de Haute-Auvergne arborent encore des nœuds de sorcires (deux C accols dos dos). Ces pices de fer dont les asprits sont pointes vers l’extrieur, protgeaient les petites ouvertures. On les appelle aussi « corche loup ».

Fer corch caractristique avec ses deux C accols obstruant le passage aux mauvais gnies dans l’imposte d’une porte d’entre (hameau d’Anliac, Laurie)

Connaissant la malignit des forces diaboliques et des jeteurs de sorts, les anciens se dfendaient en multipliant les remparts magiques. Toutes les ouvertures de la maison et des btiments agricoles taient considres comme vulnrables. Il fallait donc les protger par des signes forts contre d’ventuelles agressions extrieures, relles ou imaginaires.

Pour barrer l’imposte d’une porte d’entre d’une maison, d’un oculus ou d’un fenestrou on plaait un fer corch appel aussi noeud de sorcire ou corche loup. Ces pices de fer avec deux C accols dos dos reprsentant les cornes d’un bouc, dont les asprits sont pointes vers l’extrieur, protgeaient les petites ouvertures. Cette dfense frquemment utilise sur le bti rural est aussi trs prsente dans le milieu urbain notamment Murat et Saint-Flour.
Outre sa fonction scuritaire pour empcher le passage d’un intrus dans le logis ou la grange, il symbolisait par extension une protection l’esprit malin et le diable.

Le bouc, associ au diable depuis le Moyen-Age

Les attributs du bouc et notamment ses cornes sont ceux qu’on a associ plus souvent au diable. Le bouc a de longues cornes en forme de lyre. Il charge quand il protge son troupeau. Il est associ au combat, au sacrifice, d’o l’expression « bouc missaire ».

Traditionnellement, image de la luxure et l’abomination, le bouc a pris sa force au Moyen-Age lorsqu’on a associ et reprsent le diable sous la forme d’un bouc. Ainsi, devenu animal ftiche, symbolis par un morceau de fer capte ici le mal, protge des influences pernicieuses, capte tous les malheurs du dehors et les empches d’entrer dans la maison.

Une ferronnerie exceptionnelle utile et symbolique


Cette ferronnerie de volet, dcorative premire vue, est la fois un fer corch et un repousse-diable, avec le symbole de la tte de bouc reproduit le long de la ferrure. Si habituellement le fer corch est utilis pour empcher d’entrer dans la maison, il rempli ici uniquement son rle symbolique contre les forces du mal.
La tte de bouc, image de Satan, est particulirement symbolise par le triangle accompagn de deux cornes et prolong d’une pointe frontale. C’est une pice exceptionnelle sur une maison du bourg d’Auriac-l’Eglise reprsentative des croyances d’autrefois contre les mauvais gnies, les sorciers, les dracs, le diable...

Fenestrou de l’table du buron de Moudre (Vze)

ASSURER LE LIEN
Le noeud
Le noeud

Les significations du nœud sont diverses : symbole d’union, signe de vie, protection. Le nœud ou la corde entourant un oculus est souvent interprt comme un moyen de dfense.

On se protgeait contre les animaux sauvages, les maladies et les sortilges, mais aussi contre les dmons et la mort qui rde.
Dans la littrature et l’art religieux, le noeud symbolise la puissance qui lie ou dlie. La corde noue rvle elle, d’une faon gnrale, de la symbolique de toute forme de lien et possde des vertus secrtes et magiques.

VEILLEURS DE PIERRE
Les ttes humaines
Les ttes humaines

Parmi le dcor symbolique prsent sur les maisons anciennes, le veilleur de pierre est parmi la reprsentation la plus nigmatique. Son rle est mal connu. Il s’inscrit en tout cas dans la panoplie des signes visbles de protection sur le bti ancien de Haute-Auvergne.

Veilleur sur une maison au hameau du Bru (Charmensac)

Dans l’antiquit dj on croyait que la tte, partie la plus noble du corps humain avait le pouvoir de conjurer le mal. Les celtes donnaient leurs habitations des dcors reprsentant des figures humaines pour repousser les mauvais esprits.
Anthropologues et historiens s’accordent pour reconnatre aux ttes sculptes sur les anciennes maisons rurales une fonction protectrice issues de ces anciennes croyances. On en trouve encore sur quelques maisons anciennes situes aux angles des constructions ou sur les faades. 

Ces ttes humaines nigmatiques ne s’imposent pas au regard cause de la modestie de leur taille. Le visage asexu, sans chevelure, la physionomie impassible, exprime la veille et la scurit. 

Un rappel des gnies bienfaisants

Veilleur discret (hameau du Bru, Charmensac)On peut passer prs d’une tte protectrice sans la remarquer. Le symbole qu’elle reprsente n’avait pas pour but d’tre particulirement visible aux yeux de la communaut villageoise. C’est pourquoi ces sculptures de pierre sont insres dans un endroit quelconque de la maonnerie de la maison.t

La petite scupture sur la photo ci-contre respecte la tradition puisqu’elle est place dans un angle du mur de la maison de l’ancien forgeron du hameau du Bru (Charmensac)

La petite taille de ces reprsentations de faces humaines aura t fatale pour beaucoup d’entre elles. Lors des rnovations des btiments et de la mode des enduits en ciment sur les faades, beaucoup de ttes protectrices ont disparu. Elles sont donc trs rares aujourd’hui en Haute-Auvergne.

Selon les spcialistes de l’architecture rurale, on peut rapprocher ces sculptures de pierre des gnies bienfaisants, garant de la scurit et du bonheur de la famille, qui prenaient place dans les maisons romaines, puis gallo-romaines. 

Les tailleurs de pierre de l’art roman utiliseront aussi les formes humaines sur les difices religieux, notamment sur les modillons de nos glises rurales.

Le veilleur de la dernire demeure


Le veilleur du cimetire de la commune de Moldes reste une nigme. A-t-il t plac sur l’angle du mur du cimetire en bonne connaissance de sa symbolique, ou provient-il d’une maison dmolie et plac l sans en connatre le sens ? Il trne et veille dsormais sur la dernire demeure des habitants du village. Une prsence troublante.

Le visage comme symbole et signe visible

Cette simple sculpture dcline les principaux traits d’un visage qui veille sur l’ouverture d’une grange (hameau Le Vau, Charmensac)

Sous la toiture : le corbeau-veilleur


Sur l’ancienne maison rural du Cantal pour supporter le dbord de la toiture en chaume ou en lauze, le corbeau tait un lment le plus frquemment utilis au sommet du mur. Si les visages de pierre sont frquent sur les corbeaux-modillons des glises, ils se retrouvaient plus rarement sur les maisons. Celui que l’on peut voir sur une maison d’habitation du 18me sicle au hameau d’Allagnon (commune de Moldes), est plac dans l’axe de la porte d’entre. Il prend ici tout son sens de veilleur.

RITUELS
Les dpouilles animales
Les dpouilles animales

Depuis la plus haute-antiquit, on utilise la dpouille animale, symbole de puissance, pour protger les habitations et les btiments agricoles, et pour se concilier les forces qui habitent la nature.

Rites ancestraux relatifs la puissance et aux vertus des animaux 

Un grand nombre de croyances relatives aux btes ont connu et connaissent encore une incroyable longvit. Les animaux sont les symboles des principes et des forces cosmiques, matrielles ou spirituelles. Les populations rurales les ont affubl d’ailleurs de vices ou de vertus sans relation avec leur vie relle.

Si aujourd’hui les animaux ne sont plus sacrifis vivants pour s’assurer une protection magique, certaines vieilles croyances ont la vie dure. Elle manifestent la permanence de l’histoire du monde rural, celle de la charge symbolique de certains animaux que les hommes ont depuis toujours l’habitude de rencontrer, d’observer, de chasser.

Aussi il n’est pas rare de voir dans la valle de la Sianne (o il y a de nombreux chasseurs), cloues sur les portes des granges et des tables, des pattes de sangliers, de chevreuils, de biches, des cornes de bovids...Mais aujourd’hui cette habitude relve plus du trophe que d’une tradition assume.


L’exposition des dpouilles animales sur les portes dans les zones rurales o la chasse est trs pratique, perptue une tradition et plus du tout des croyances de protection

L’ANNONCEUR DU JOUR
Le coq des clochers
Le coq des clochers

Le coq s’est impos au dessus des clochers partir du XIme sicle. Sa petite forme se prte admirablement bien la prise du vent avec sa large crte et sa queue aux larges plumes. Il est prsent comme partout en France sur les clochers des glises de la valle de la Sianne.

Le coq annonce la fin de la nuit, la venue du jour. Il devient ds les premiers sicles de notre re le hraut de la chrtient, en raison de son rle lors du reniement de l’aptre Pierre, qu’il a ramen sur les chemins de la fidlit.

Le coq est l’animal qui appelle l’aurore, il deviendra donc le symbole de la rsurrection puisqu’il semble avoir le pouvoir chaque matin de faire renatre le soleil aprs sa mort nocturne. On comprend donc pourquoi le coq domine la plupart des clochers des glises de France, indpendamment de son rle d’indicateur mtorologique.

Coq sur le clocher de l’glise de Laurie


DEVOTIONS POPULAIRES
Les niches Vierge protectrice
Les niches  Vierge protectrice

L’installation d’une statuette de la Vierge dans une petite niche ou la placer en faade de la maison d’habitation est une coutume frquente dans toutes les rgions, mais peu reprsentative dans nos villages du nord-Cantal.

Place en hauteur la niche Vierge veille sur l’table au milieu du village (hameau d’Aubegeac, Peyrusse)

La Vierge Marie dans la religion Catholique a eu un rle protecteur dans les rites et croyances populaires. On attribuait une niche Vierge une fonction protectrice et de scurit, notamment contre les incendies tant redouts. Ainsi, ct des riches statues des glises on trouve ici et l de petites niches creuses dans les murs des habitations. Dans les villes elles sont souvent dans les angles comme Allanche et Blesle.

La plupart des niches protectrices sont fermes par une grille en fer. En milieu rural les niches Vierge sont modestes et parfois mme rudimentaires. Elles abritent de simples statues de pltre ou en mtal peint.

Ce patrimoine discret est le reflet d’une imagerie religieuse qui venait complter des pratiques lies aux dvotions encourages par l’Eglise Catholique. Placer une niche Vierge manifestait pour les propritaires la volont de mettre la maison entire sous la protection et entre les mains de Dieu. Le 19me sicle  reprsent une priode de renouveau pour cet art religieux modeste sur le bti rural Cantalien.

FERTILITE ET CHANCE
Le fer cheval
Le fer  cheval

Les vertus symboliques de ce petit bout de mtal ont travers les sicles. On place donc encore beaucoup de fers cheval sur les portes, les linteaux, les murs... Avec le fer cheval, la chance doit faire corps avec la maison.


Le fer cheval est encore de nos jours un porte bonheur trs populaire. Sa rputation bnfique existait dj Rome au 1er sicle de notre re. Mais ce sont surtout les Grecs au IVme sicle qui introduisirent le vritable fer cheval.
Il fut ds cette poque considr comme une prcieuse amulette parce qu’il tait fabriqu en fer, un mtal repoussant les mauvais esprits. Il avait aussi la forme d’un croissant de lune, longtemps associ au symbole de la fertilit et de la chance.
Pour les chrtiens, par la suite,la forme du fer cheval fut assimile la lettre C, symbolisant le Christ, ou encore la route cleste : le fer cheval symbolisant alors le paradis.

Le vrai sens du porte bonheur

Pour porter bonheur la tradition voulait que le fer soit toujours plac les pattes vers le haut pour que le bonheur ne tombe pas. Il devait aussi tre trouv par hasard, et de prfrence avec ses clous.

Cette pratique a t oubli. En effet, la plupart des fers cheval poss sur les maisons aujourd’hui le sont dans le mauvais sens et sans leurs clous ! .

Un condens de symboles avec le fer cheval, le nom du propritaire et la date de construction de la maison

.

PORTE-BONHEUR
Le coeur
Le coeur

Le motif du cœur est l’un des symboles les plus utiliss sur le bti ancien du Czallier. Symbole de la terre mre chez de nombreuses civilisations, donc de la fcondit, le motif du coeur est li la passion, il reprsente donc l’amour, la protection et l’union du couple. Pas tonnant qu’il figure en bonne place dans le dcor symbolique des habitations rurales.

Dcoup dans le bois des volets, le motif du coeur assure un minimum d’clairage. Mais cette petite ouverture participe en fait au dispositif protecteur et porte-bonheur de la maison. C’est pourquoi il est prsent frquemment grav dans la pierre des linteaux de portes. Il marque la volont des propritaires de s’en servir comme signe magique pour carter tout ce qui pourrait nuire au bonheur de la famille.

Le coeur signifie l’union des opposs complmentaires, principe d’une symtrie parfaite runissant les deux principes en un seul. 

La forme originale du coeur issue du monde des plantes, la feuille de lierre par exemple qui a une trs longue dure de vie, est devenu au fil du temps une reprsentation parfaite de l’amour et de la fidlit runis

Le coeur renvers prsent sur certaines maisons est dsormais rare sur le bti ancien. Cette double figure symbolique (coeur et croix) fut un motif utilis autrefois par les familles protestantes qui retournaient l’envers le coeur. Le coeur ainsi renvers est tourn vers le ciel, vers les forces d’en haut.

L’ide que le coeur humain , organe essentiel du corps, est sige des sentiments et des motions est vieux comme le monde.


Le coeur renvers...tourn vers le ciel

Le coeur renvers prsent sur certaines maisons d’Auvergne est dsormais rare sur le bti ancien. Cette double figure symbolique coeur et croix fut un motif utilis autrefois par les familles de confession protestante qui retournaient  l’envers le coeur. Renvers, il est tourn vers le ciel, vers les forces d’en haut.

Sculpt dans la pierre... pour une passion qui dure


Le coeur symbole des sentiments, porte-bonheur, est sur ce linteau de porte discrtement prsent (hameau de Fondevialle, Moldes)

FERMETE ET PERSEVERANCE
Le buis bnit
Le buis bnit

Le bois de buis a toujours t rput pour sa consistance et sa solidit. Parce qu’il est un bois dur et compact, il symbolise la fermet et la persvrance. Il n’est donc pas tonnant que les diverses civilisations lui ont donn du sens.


Dans l’Antiquit, le buis fut un symbole funraire et en mme temps symbole d’immortalit parce qu’il reste toujours vert. Nos anctres les gaulois avaient eux, divinis le buis symbole d’ternit, l’image du cycle de la vie.

Avec l’avnement du christianisme, le buis a pris de nouvelles significations. En Occident, il a remplac les feuilles de palmiers ou de dattiers que la foule portait pour acclamer Jsus dans son entre Jrusalem.

Les rameaux bnis le dimanche prcdant la fte de Pques symbolisent dsormais l’immortalit et l’ternit. On les place dans diffrent endroits de la maison et sur les principales ouvertures de la maison, des curies et des granges pour se protger du mal et de la maladie.

Traditionnellement l’une des principales vertus du buis tait de protger de la foudre. Le buis servait aussi jeter l’eau bnite sur le cercueil du dfunt.

Plac derrire le crucifix il passait pour protger la maison des maladies et des pidmies.

Placer un rameau vert sur le bois sec de la croix, symbole de mort manifestait pour les croyants la rsurrection.
L’on voit encore des plantations de buis sur des tombes anciennes, pratique trs ancienne dans les campagnes.


FORCE DES VEGETAUX
La joubarbe, protectrice de la foudre
La joubarbe, protectrice de la foudre

La joubarbe, malgr son apparence anodine se trouvait frquemment sur le toit des maisons en chaume, sur le fatage principalement, puis sur des toitures en lauze. Cette pratique qui a quasiment disparu de nos villagesfut trs vivace en Haute-Auvergne.

La joubarbe se remarque encore sur des toitures en lauze, trace d’une pratique traditionnelle

Si la joubarbe rsiste encore sur certains murs de clture, non loin de la porte d’entre ou sur le bti de proximit comme le four pain ou la porcherie attestant d’une importante tradition. Autrefois c’tait une plante des toitures.

La coutume atteste par de nombreuses tudes ethnologiques rgionales se rapportait la crainte de l’orage chez les anciens notamment dans la civilisation Romaine. Ce grand phnomne cleste longtemps inexpliqu a de tous temps impressionn l’imagination et a suscit diverses mthodes de protection pour carter la foudre. La joubarbe avait cette particularit dans les croyances anciennes.

La joubarbe : protection des btiments 

S’il est maintenant difficile de retrouver les origines exactes de la croyance en la protection des btiments par cette plante, des motifs d’ordre strictement pratiques et fonctionnels ont certainement jou un grand rle. En effet, le caractre couvrant et persistant des Joubarbes, leur enracinement solide, et leur parfaite rsistance la scheresse et au froid, en faisaient des plantes idales et durables pour couvrir les fatires des toits de chaume trs nombreux en Haute-Auvergne. 

Cette coutume a travers les sicles, et quand au 18me sicle le naturaliste Linn a voulu fixer le nom de l’espce la plus utilise pour cet usage, c’est son seul usage domestique qu’il a fait rfrence et non son habitat rupestre originel : « Sempervivum tectorum », littralement : la "Joubarbe des toits".

Plante mdicinale aussi

Quand a l’utilisation mdicinale des Joubarbes, galement fort ancienne, elle tait utilise en applications locales. La Joubarbe est l’une des nombreuses "Herbes-aux-coupures", "Herbes-aux-brlures" ou "Herbes-aux-cors", du fait des proprits cicatrisantes-apaisantes ,relles ou supposes, de l’abondant suc de ses feuilles, que l’on plaait directement sur la blessure, la brlure ou l’excroissance indsirable

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

Chenevrires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Cantal

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit