Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283 Cézallier: le patrimoine de la vallée de la Sianne en Auvergne (Cantal/Haute-Loire)
  • EDITION

    Dans le train de l’histoire : le nouveau cahier des Amis du Vieil Allanche

    On reste de nouveau pris par les diffrentes thmatiques abordes sur des morceaux d’histoires du Czallier souvent indits.

  • ESTIVALES 2017

    Thmes des 32 panneaux de l’exposition

  • ESTIVALES 2017

    Notre exposition 2017 lablise par le Parc des Volcans d’Auvergne

    L’exposition intrieurs anciens de la maison traditionnelle du Czallier" a t lablise au titre du programme des manifestations des 40 ans du Parc des Volcans (...)

  • ESTIVALES 2017

    Communiqu de presse

  • ESTIVALES 2017

    Affiche de l’exposition intrieurs anciens

  • 11 JUIN 2017 AURIAC-L’EGLISE

    La dferlante s’arrte dans la valle de la Sianne

    La Dferlante s’arrte dans la valle de la Sianne dimanche 11 juin pour une journe dtente ouverte tous ddie la musique, la dcouverte des patrimoines et de (...)

  • FETE DE L’ESTIVE 2017

    Grand succs pour nos initiatives autour des estives et des burons

    Evnement marquant au coeur du Czallier Cantalien, la 26me fte de l’Estive Allanche le samedi 27 mai a attir la foule. Grand succs de notre (...)

  • ALLANCHE 25-27 MAI

    Retrouvez-nous la fte de l’Estive 2017

    Notre association sera prsente cette grande fte de la transhumance avec une soire cinma du patrimoine et l’exposition "Estives et burons du (...)

  • ESTIVALES 2017

    Un programme culturel et patrimonial indit

    L’Association Czallier valle de la Sianne se mobilise une nouvelle fois pour valoriser son territoire travers les 17mes Estivales. Des rendez-vous ne pas (...)

  • ASSEMBLEE GENERALE 2017

    Rapport d’activits 2016

    Durant l’anne 2016 notre association s’est une nouvelle fois associe la vie culturelle de la rgion en mettant en valeur les richesses patrimoniales, les traditions et les (...)


Patrimoine Le pays
A+  A-    Imprimer

Des sites et des lgendes

En ses lieux tourments, secrets, parcourus par des centaines de ruisseaux, avec ses sources et ses fontaines mystrieuses et magiques, ses croix, ses sites protohistoriques, ses histoires de trsors enterrs, la valle de la Sianne recle des foules de rcits issus de la tradition orale, raconts lors des veilles qui rassemblaient les villageois. Mais les vieilles histoires d’autrefois disparaissent avec les anciens. Combien de temps encore resteront-elles dans les mmoires ?

TRADITIONS
Un pays de lgendes
Un pays de lgendes

Certains disent aujourd’hui qui ces tres imaginaires et ces endroits entours de mystres qui peuplent les lgendes de la valle de la Sianne ont totalement disparu. D’autres pensent que non. Mais qui peut savoir dans ce vieux pays d’Auvergne !


Une lgende doit tre traite aussi respectueusement qu’un livre d’histoire aimait rpter le grand crivain pote auvergnat Henri Pourrat. Car une lgende, comme l’histoire, est en gnral tisse par la majorit des gens d’un village ou d’un petit territoire.

La lgende se distingue du conte. Elle a un sens. Elle se donne pour un fait arriv, une sorte d’explication. Grce elle, l’homme rpond au besoin de rendre raison de tout ce qui se prsente lui de curieux ou d’extraordinaire : la brche d’une montagne, les vertus d’une fontaine, la forme trange d’un rocher.

Un conte est connu dans un ensemble de rgions, quand une lgende se rattache un sol prcis et rvle intimement un peuple et ses ides fondatrices.

En Pays de Sianne, les lgendes parvenues jusqu’ nous, transmises de gnration en gnration, sont souvent rattaches aux croyances anciennes et aux superstitions populaires dont certaines ont t actualises par le christianisme. La plupart de ces histoires se sont formes au Moyen-Age, en un temps o tout tait parfaitement ordonn pour comprendre le monde visible et invisible.

Concernant la foi chrtienne on prfre parler de « Tradition » pour voquer des faits extraordinaires. C’est le cas notamment de l’histoire de Notre-Dame de Laurie et de la chapelle Saint Jacques du Bru.

Les lgendes recueillies dans la valle de la Sianne mettent en scne des personnages lgendaires, des tres surnaturels comme les Dracs ou les fes, ns de la mtamorphose des dieux et des desses de l’antiquit, des btes fantastiques, des prouesses extraordinaires. Les histoires de gants sont nombreuses dans la rgion ; en tte, Gargantua un familier des deux rochers basaltiques qui se font face Massiac.

Les rochers propres frapper les imaginations ne manquent pas dans ce coin d’Auvergne ou les fracas des volcans ont dessin les paysages. Plusieurs lgendes se rapportent donc aux roches, aux pierres sonnantes comme aux pierres aux vertus mdicinales.

Prenant racine la fois dans les superstitions et la pit populaire, le diable, caractrisant l’esprit du mal dans la Tradition chrtienne, est souvent au centre de rcits marquants. Il use soit de la sduction, soit de l’or, et toujours de son pouvoir pour accaparer les mes.

Parfois des actes accomplis par des tres considrs comme suprieurs, des saints ou des seigneurs locaux, laissent la surface du sol les empreintes de leurs passages.

Certains disent aujourd’hui qui ces tres imaginaires et ces endroits entours de mystres ont totalement disparu. D’autres pensent que non. Mais qui peut savoir dans ce vieux pays d’Auvergne !


HISTOIRES A PARTAGER
Stimuler la mmoire populaire
Stimuler la mmoire populaire

Il est urgent de partager la mmoire collective. Avec la disparition des anciens, les savoirs sur les croyances populaires en milieu rural aux sicles passs ne sont plus transmis aprs avoir t trop mpriss pendant des dcennies au XXme sicle.


La valle de la Sianne possde un grand nombre de sites naturels originaux, petits lieux sans prtention mais qui dgagent une atmosphre particulire. Il n’est donc pas tonnant d’apprendre de la part des anciens , que sur un certain nombre de ces lieux courent des histoires souvent tranges.

L’association vous offre un panorama sur des lgendes parvenues jusqu’ nous. Fruit d’un premier travail de collectage, ce travail retrace les principaux thmes associs des sites naturels de la valle de la Sianne. Il essaye de mettre en lumire les correspondances, de dgager les sens cachs de ces histoires. On peut en effet considrer que ces rcits populaires renseignent sur les racines culturelles et l’identit de notre territoire de Haute-Auvergne.

Cette prsentation crite des lgendes et la mise en image des sites concerns n’a d’autres buts que de faire connatre et transmettre cet hritage capital, partie intgrante de notre territoire. En effet, nous considrons comme urgent le fait de partager cette mmoire collective. Avec la disparition des anciens, ces savoirs sur les croyances populaires en milieu rural aux sicles passs ne sont plus transmis aprs avoir t mpriss pendant des dcennies au XXme sicle.

FAIRE CONNAITRE UN ASPECT DU PATRIMOINE IMMATERIEL

Les sites avec des lgendes rvlent chaque fois une part d’imaginaire cause de leurs formes, leur emplacement, l’motion qui se dgage, l’histoire qui s’y rapporte.

Le public intress est invit partir la dcouverte de ces lieux qui relatent l’histoire singulire des rapports des populations anciennes avec la nature, la religion, les forces obscures et malfiques.

Connatre ces lgendes devrait donner envie au public de parcourir notre valle, de s’approprier la magie de ces lieux et de se laisser interpeller sur les modes de la pense autrefois qui sont aux antipodes de la pense contemporaine.
Les paysages ne sont pas neutres, ils possdent un caractre, une sensibilit. Ils sont habits. Enfin, les sites possdant une lgende mritent une protection particulire. Nous voulons participer la prise de conscience de la sauvegarde de l’environnement, richesse pour aujourd’hui et pour demain


TERRITOIRE
Lgendes et tradition orale
Lgendes et tradition orale

Les lgendes de la valle de la Sianne rejoignent bien souvent les thmes universels adapts la ralit d’un terroir. Ces ensembles de rcits, gestes, symboles, croyances rvlent l’identit de notre territoire. Ils nous intressent donc au mme titre que le patrimoine matriel


UNE VALORISATION DE LA TRADITION ORALE

Les lgendes populaires constituent une richesse car elles sont issues de la tradition orale. Rcits libres, purs produits de l’imagination, elles puissent aux sources de la vie quotidienne d’autrefois, franchissent souvent les limites du surnaturel et du prodigieux. Les anciens avaient du talent.
La tradition orale est l’une des plus anciennes formes d’expression de la socit paysanne dont nous sommes issues, particulirement utilise lors des veilles ou chacun relatait sa manire et selon son auditoire les histoires entendues.
Cette forme de culture est malheureusement en pril car la socit moderne a sous-estim cette forme d’expression. C’est tout l’intrt du travail de collectage dmarr par l’Association Czallier-valle de la Sianne pour remettre en lumire ce patrimoine immatriel.

RAVIVER LES MEMOIRES

Les lgendes taient trs prsentes dans la socit rurale jusqu’ la guerre de 14/18. Cette tragdie a compltement boulevers les traditions. Elle a fait merger de nouveaux modes de penses plus urbains qui ont fait disparatre progressivement les mythes populaires de la mmoire des gens.
La structure de notre socit s’est depuis radicalement modifie en l’espace d’un sicle. Les histoires traditionnelles ont t oublies avec la disparition des anciens qui les avaient entendu ou racont. Si quelques unes de ces lgendes de la valle de la Sianne sont parvenues jusqu’ nous, on le doit aux plus anciens d’entre nous qui les on entendu de leurs grands parents.

COMPRENDRE L’IDENTITE DU TERRITOIRE

La remonte dans le temps dcline par les lgendes propose un voyage au coeur de l’ancienne socit agraire, encore perceptible en de maints endroits de la valle de la Sianne. En dcouvrant ces histoires localise et personnifies, pour la premire fois crites, c’est aussi une faon de se laisser entraner dans le monde des gnrations qui nous ont prcd.


REVES HABITES
Thmes des lgendes dans la valle de la Sianne
Thmes des lgendes dans la valle de la Sianne

Les lgendes parvenues jusqu’ nous, transmises de gnration en gnration, sont souvent rattaches aux croyances anciennes et aux superstitions populaires dont certaines ont t actualises par le christianisme. La plupart de ces histoires se sont formes au Moyen-Age, en un temps o tout tait parfaitement ordonn pour comprendre le monde visible et invisible.

LES ROCHERS

- La roche de la Graneyre (Auriac-l’Eglise)
Surnomme le chteau, une roche entoure de mystre : bruit sourd des lavandires la nuit et phnomne magique au moment de tnbres le jeudi saint.

- La roche de la Rochette (Auriac-l’Eglise)
Une roche la forme trange cacherait la benne d’un vendangeur.

- Le rocher de Saint-Roman (Moldes)
Un rocher qui s’ouvre, une ancienne abbaye, des pices d’or et une fillette prisonnire.

LE DIABLE

- L’observatoire du diable Allagnon (Moldes)
Au sommet d’un pic, prs de la Sianne, le diable surveillait le passage confortablement assis dans sa chaise en pierre.

- Les quatre filles du diable (Vze)
Un moulin, un souterrain, une nuit de la chandeleur et les filles du diable tentatrices.

- L’arbre gros de La Tour (Vze)

LES EMPREINTES ENIGMATIQUES

-  Le saut du cheval sur le ruisseau de la Fontaine Saint-Martin (Vze)
Un seigneur attaqu par les brigands, une fuite, un trsor et un cheval performant.

-  Le sige de Pierre l’Ermite (Vze)
Un belvdre dominant les gorges de la Sianne, un sige en pierre o se serait repos le prdicateur de la premire croisade.

-  Le pas de la mule de la Vierge (Laurie)
Sur le chemin des plerins entre Blesle et Laurie la Vierge aurait fait une halte.

ETRES SURNATURELS

-  Le Drac factieux
Le diablotin au corps fluide et transparent, tourmenteur des ptres et des laboureurs

-  L’homme flout du bois de Chamalire (Vze)
La fort mythique habite par des forces malfiques o un mystrieux lutin effrayait les promeneurs.

-  Les bonnes fes de la valle de la Sianne
Des fes aux pouvoirs surnaturels transformant le chanvre en fil d’or

- La dame blanche de Luzargues (Moldes)
Apparition fantastique de la fe malfique au pont de Lavergne

MEMOIRE

-  La cloche d’argent du chteau des Fortuniers (Vze)
Le tintement lugubre d’une cloche le vendredi saint.

- Les six vaches de Chanet (Feydit/Allanche)
O comment six vaches ont nourri les ouvriers qui construisaient l’glise.

LES PIERRES MAGIQUES

- La pierre sonnante de la Roche de Baroncle (Vze)
Une roche qui sonne car elle cache des sonnailles voles par un gardien de troupeau.

- La pierre de Tintarelle Giniol (Moldes)
Au milieu d’un impressionnant chaos de pierres volcaniques, une pierre sonnante aux vertus surnaturelles de fcondit.

- La pierre de la Gourme (Anzat-le-Luguet)
Une roche aux vertus mdicinales particulires. Pierre
gurisseuse objet de rites et de prires.

MYTHES LIES AUX ANCIENS CHATEAUX

- Les perdrix d’or de Chavagnac (Auriac-l’Eglise)
La motte castrale de Chavagnac et son histoire de perdrix en or toujours enfouies dans une galerie secrte.

- Le souterrain de Colombine (Moldes)
Quand le mythe du souterrain enflamme les esprits.

- Le feu follet du Suc de Lussaud (Laurie)
Un phnomne provocant une sensation trange engendrant la peur dans un lieu o se seraient drouls des vnements tragiques.

TRADITION RELIGIEUSE CHRETIENNE

- La vierge en Majest du Martulet (Laurie)
Ou comment la dcouverte sur un pr communal d’une statue du XIIme sicle va devenir l’objet d’un culte et d’un plerinage depuis 800 ans.

- La fondation de la chapelle Saint-Jacques du Bru (Charmensac)
On prte au puissant seigneur Jacques de Mercoeur une victoire miraculeuse sur les Anglais en 1389 et la construction de la chapelle suite au voeux Saint Jacques le Majeur.

- La vierge de la Pyronne (Charmensac)
Une statuette de la vierge protectrice et une fontaine jamais sec.

COLLECTAGE
Une mmoire locale qui reste encore explorer
Une mmoire locale qui reste encore  explorer

Les lgendes connues dans le pays sont probablement beaucoup plus nombreuses que celles que nous avons recueilli ces dernires annes. Appel a ceux qui peuvent participer au collectage.

Il est de plus en plus difficile de faire appel aux souvenirs de la population susceptible de se rappeler les histoires locales anciennes. Elles n’ont jamais t crites. Ce genre littraire n’est plus adapt aux modes d’expressions contemporaines, et il a t trop longtemps considr comme des balivernes et des sornettes.

Lors de notre collectage auprs des ans (2003-2005), plusieurs lgendes ont t voques, mais il n’a pas t encore possible de se les faire raconter :

- La marmite d’or de Bteil (Hameau de Feydit/Allanche)
- Le rocher de la rose du Voygues (Hameau de Laurie)
- Le veau d’or du plateau de Lair (Hameau de Laurie)
- Le trou des Anglais Riol (Hameau d’ Auriac-l ’Eglise)
- Le menhir magique de la Borie-Grande (Hameau d’Auriac-l’Eglise)
- Le ptre du Lac (Hameau de Vze)
- Le cur sans tte d’ Aubevio (Hameau de Vze)
- Le rocher du renard (Moldes)

Amis visiteurs du site internet, si vous les connaissez, merci de le faire savoir l’association.

LEGENDES
Les rochers
Les rochers

Les rochers propres frapper les imaginations ne manquent pas dans notre petit territoire de Haute-Auvergne o les fracas des volcans ont dessin les paysages.
Plusieurs lgendes se rapportent aux roches, ou se mlent des histoires de trsors, de diable et de superstitions. A dcouvrir trois histoires : la roche chteau de Lagranay, la roche du hameau de La Rochette, le rocher de Saint-Roman. A dcouvrir...et frmir !



Au fond du vallon sauvage du ruisseau de l’glise, non loin du village du Bouchet se dresse la Roche de Lagranay, dont la forme rappelle une tour.
Les gens des hameaux d’en haut, Serre et au Bouchet, comme les gens d’en bas Auriac-l’Eglise, la nomment aussi le chteau.

Sa forme et sa situation, au coeur d’un endroit isol, entour de mystres, donnaient la roche une mauvaise rputation.
L’on disait mme qu’il fallait passer son chemin plutt que de faire une halte cet endroit, car le murmure des eaux du ruisseau engendrait les plus folles hallucinations. Particulirement la nuit , car l’on entendait le bruit sourd du battoir des lavandires tapant le linge.

Un jour par an, toutefois, on pouvait s’aventurer prs de la roche, arm de son courage et pouss par son dsir de faire fortune.

Le Jeudi-Saint, au moment des tnbres, le rocher s’ouvre la hauteur du vol d’un coq

Le Jeudi Saint, au moment des tnbres, la Roche de Lagranay s’ouvrait la hauteur du vol d’un coq. Et celui qui se rendait sur les lieux pouvait ramasser de belles pices d’or.
Mais le Jeudi Saint, cette heure sacre, personne n’a jamais os entreprendre l’escalade du chteau pour vrifier l’exactitude de la lgende, de crainte d’y rencontrer le diable en personne.



La roche volcanique en contrebas du village de la Rochette sur la commune d’Auriac-l’Eglise, a l’aspect d’une grosse morille noire. Sa forme bizarre, sa prsence insolite en ce lieu o elle semble avoir t place par la main d’un titan, a toujours suscit la curiosit. Mais d’o pouvait bien venir cette grosse roche ?

Les anciens de La Rochette avaient bien une explication donner aux enfants. Autrefois, dans l’ancien temps, disait-on, un homme trs fort du village, qu’on appelait Jean-Dominique, s’en fut Blesle la chercher avec sa benne de vendangeur. Il se proposait d’en faire « la lionta de sa souta », le linteau d’une loge cochons.

Arriv par le chemin de Chazelle, en haut de la cte, prs du village, la pierre tomba, crasant l’attelage. Depuis, elle est reste sur place.
Voil pourquoi des gnrations d’enfants sont alls faire le tour de la roche dans l’espoir de dcouvrir la benne du pre Jean-Dominique de la Rochette.

On racontait aussi dans les veilles qu’au temps o le hameau de La Rochette possdait un chteau, les seigneurs se battaient en duel au sommet du rocher. Le vaincu, bless mort, tait toujours jet au bas du rocher.



Chaque anne Moldes, le dimanche des rameaux, lorsque le cur bnissait les vents pour obtenir de bonnes rcoltes, le rocher de Saint Roman situ entre les hameaux de La Bastide et Fouillre s’entrouvrait.
Une anne, une mre et sa fille ramassant du bois mort passrent devant le rocher bant. L’enfant s’approcha de l’ouverture et vit l’intrieur du rocher un tas de pices d’or qui scintillait. Elle se prcipita pour en prendre une poigne, mais aussitt le rocher se referma brusquement sur elle.

La mre pouvante appela un solide gaillard nomm Poil sec, rput pour sa force. Il essaya en vain d’ouvrir le rocher la pioche.
Dsespre, la mre alla trouver le cur du sanctuaire de Notre Dame de Laurie pour lui demander de dlivrer sa fille. Celui-ci lui conseilla d’attendre le jour des rameaux suivants et de lui verser une somme d’argent pour assurer la nourriture de sa fille. Ce qu’elle fit sur le champs.
Un an aprs, le jour des rameaux, le rocher s’entrouvrit de nouveau et la petite fille fut dlivre.


LEGENDES
Les empreintes nigmatiques
Les empreintes nigmatiques

La mmoire orale garde encore des histoire d’actes accomplis par des tres considrs comme suprieurs, des saints ou des seigneurs locaux. Ceux-ci ont laiss la surface du sol les empreintes de leurs passages. Ces endroits entours de mystres n’ont pas disparu. Trois histoires dcouvrir : le saut du cheval sur le ruisseau de la Fontaine Saint-Martin (Vze), le sige de Pierre l’Ermite (Vze), le pas de la mule de la Vierge Chteauran (Laurie).


Le seigneur du chteau de la Terrisse, sur le Mont Chastel, au bord des Estives du Czallier oriental, abandonna sa demeure attaque par les brigands. Il emporta avec lui pour seul bagage son plus prcieux trsor, une sculpture en or massif reprsentant un char tir par une paire de boeufs.

La fuite cheval du seigneur fut rapidement dcouverte. Les assaillants le poursuivirent avec acharnement. Le chtelain trouva son salut grce la force de son cheval qui sauta par dessus le ruisseau grossi par la fonte des neiges.

Et l’on voit encore, inscrite dans le rocher, les marques des quatre fers du cheval dans le lit du ruisseau de la Fontaine Saint-Martin, non loin de la cascade.

Le seigneur en fuite enterra son trsor dans la valle de la Sumne. Il n’a toujours pas t retrouv.

Dans cette mme valle on recherche encore le trsor d’Amrigot Marchs, clbre « routier » franais du XIVme sicle au service des Anglais, qui cuma l’Auvergne et pris de nombreux chteaux dont celui des Fortuniers de Vze.



Au lieu-dit les « Roches de Porte » dominant les gorges de la Sianne, non loin du village de Vze, se dresse un rocher nigmatique, lieu de rendez-vous de gnrations d’enfants. Sur une trs grande pierre lisse, lgrement en pente, les coliers usaient leur fond de culotte.

Aride et sec, l’endroit offre un belvdre vers les gorges de la Sianne. C’est l que se serait arrt Pierre l’Ermite, le plus clbre prdicateur de la premire croisade lors de son passage en Auvergne vers la fin du Xme sicle.

Au sommet du rocher, on remarque encore les traces des sabots de son cheval et le sige taill dans le roc, l o le moine se reposa.




Le vieux chemin qui relie Blesle Laurie est emprunt depuis des sicles par les plerins du lundi de Pentecte accomplissant la promesse des habitants de la ville de Blesle Notre Dame de Laurie qui les protgea de la peste en 1618.

Prs du lieu-dit le Chteauran, l o les seigneurs pendaient malfaiteurs et opposants, on pouvait voir les empreintes des sabots de la mule de la Vierge.

On racontait dans le pays que la Vierge Marie en marche vers Laurie arrta sa mule sur une grosse pierre au milieu du chemin et que par la suite la roche a gard les empreintes des sabots de l’animal.

Chaque anne, les plerins ne manquaient jamais de faire une halte cet endroit. Il tait annonc par de petites croix tailles dans les rochers environnants.


LEGENDES
Les tres surnaturels
Les tres surnaturels

Parmi les lgendes recueillies dans la valle de la Sianne, certains rcits issus de la tradition orale mettent en scne des personnages lgendaires, des tres surnaturels ns de la mtamorphose des dieux et des desses de l’Antiquit, des btes fantastiques, des prouesses extraordinaires. A dcouvrir quatre histoires : le Drac factieux , l’homme flout (Vze), les bonnes fes du Pays de Sianne, la Dame blanche de Luzargue (Moldes).

L’ENQUIQUINEUR DES PATRES ET DES LABOUREURS

Le Drac factieux

JPEG - 15.2 ko
Le drac, toujours plein de ruse

Parmi les lgendes du Cantal, celles mettant en scne les Dracs, sont trs populaires et remontent l’re gauloise.

Un Drac tait un diablotin au corps fluide et transparent, espigle, agile et plein de ruses. Il mettait tous ses efforts tourmenter les laboureurs et les ptres.

Le Drac avait sa retraite prs des fontaines et des bosquets silencieux. Il se reposait le jour et agissait la nuit, cherchant quelques bons tours jouer.

A l’occasion de leurs ennuis quotidiens, les habitants de la valle de la Sianne pestaient contre le Drac. C’est lui qui tourmentait le sommeil des bergers dans leur « cabane » roulettes.

Au hameau de Terret, sa spcialit tait de tresser la crinire des chevaux, on appelait la « trve ».

Un bruit curieux du vent, c’tait son rire malfaisant. Et si par hasard vous rencontriez un Drac, il se mtamorphosait en loup pour vous faire peur.

Parfois, ce drle de lutin avait aussi des bons cts. Lorsqu’on lui portait discrtement une jatte de lait l’angle de la maison, il pouvait venir le soir raviver la flamme du foyer de la chemine, bercer les enfants, consoler les malades.

L’HOTE MYSTERIEUX DU BOIS DE CHAMALIERE

L’homme flout

JPEG - 16.2 ko
Le bois de Chamalire

La fort est un lieu mythique, un labyrinthe o il ne fait pas bon se perdre. Au Moyen-Age dj, on imaginait les bois et les bosquets habits par des forces malfiques. Qui s’y perdait n’en ressortait jamais le mme.

Les anciens du pays pntraient dans le bois de Chamalire, prs du village de Vze, avec prudence, voire avec inquitude, de crainte d’y rencontrer « l’Homme Flout ».

Certains l’ayant crois le dcrivaient prcisment. L’Homme Flout » est tout petit, habill d’une blouse de maquignon, porte des sabots et un petit chapeau et ne se spare jamais de sa canne.

Il apparat subitement, passe entre les jambes des promeneurs, file comme un cureuil au raz du sol et grimpe aux arbres.

Une grosse frayeur s’emparait alors de ceux qui avaient os s’aventurer dans le bois sombre de Chamalire.

LES MAGICIENNES DU JARDIN VERT

Les bonnes fes du Pays de Sianne

JPEG - 7.4 ko
Le Mont Chamaroux sur les Estives
abritait le jardin des fes

Autrefois on croyait fermement aux esprits immatriels. On pensait que les fes disposaient d’un pouvoir tendu.

Les lgendes des fes rappellent les histoires de l’Antiquit remplies de sirnes et de magiciennes.

Les fes sont frquemment mentionnes dans la rgion. On disait qu’elles avaient lu domicile non loin de l au « chteau des fes » dans la grotte de Massiac, sous la chapelle sainte Madeleine et que le sommet du Mont Chamaroux, prs des sources de la Sianne, abritait leur jardin. Le lieu a d’ailleurs t longtemps appel « le jardin des fes ».

Autrefois dans la valle de la Sianne, quelques habitants privilgis ont rencontr, dit-on, les fes dans quelques grottes isoles.

La lgende raconte que les fes rendaient transform en fil d’or le chanvre que les femmes dposaient devant leurs demeures.

LES APPARITIONS FANTASTIQUES DE LA FEE MALEFIQUE

La Dame Blanche de Luzargue

JPEG - 20.2 ko
La Dame blanche apparaissait au pont de Luzargues

La lgende de la Dame Blanche a essaim dans de nombreuses rgions franaises dont la valle de la Sianne.

La lgende de la Dame Blanche n’est autre que celle de Mlusine, fe moiti humaine et moiti monstre, pouse du seigneur de Luzignan dans le Poitou.
Cette Mlusine est entre dans l’histoire la fin du XIVme sicle dans un roman de Jean d’Arras, crit pour le Duc de Berry. La Dame Blanche a depuis fortement marqu les esprits populaires.

Elle apparat familirement en plusieurs endroits de la valle de la Sianne. Au pont de Lavergne, prs du hameau de Luzargues sur la commune de Moldes et sur le ruisseau de Ferrire-Bas qui se jette dans la Sianne prs de Blesle.

Dans les familles de la valle, les parents dcrivaient aux enfants les apparitions fantastiques de la Dame Blanche pour faire peur.
Cette fe malfique embarquait dans son monde, jusqu’au Jugement dernier, les imprudents qui la drangeaient dans son bain.

LEGENDES
Le diable
Le diable

Prenant racine la fois dans les superstitions et la pit populaire, le diable, caractrisant l’esprit du mal dans la Tradition chrtienne, est souvent au centre de rcits marquants. Il use soit de la sduction, soit de l’or, et toujours de son pouvoir pour accaparer les mes. Trois histoires dcouvrir : L’observatoire du diable prs du hameau d’Allagnon (Moldes), les quatre filles du diable (Vze), l’arbre gros du hameau de La Tour (Vze).

LA SENTINELLE ENDORMIE SUR LA ROUTE DU SEL

L’observatoire du diable prs du hameau d’Allagnon

JPEG - 17.1 ko
La roche du Diable dominant la Sianne

Pour sortir des gorges sauvages de la Sianne, il faut franchir la passe de Combaneyre, prs du village d’Allagnon.

La Roche du diable, dont la base repose directement dans le lit de la Sianne, semble fige l jamais, comme une sentinelle permanente poste en contrebas du Bois d’Anliac.
Du haut de son sommet plat, la vue s’tend d’un cot vers La Croze (Auriac-l’Eglise), de l’autre vers Allagnon (Moldes).

Sur cette grosse roche, le diable aurait lu domicile pour surveiller le passage et pour importuner les voyageurs.

Au sommet de la paroi verticale, on remarque toujours sa chaise, taille dans la masse du rocher qui lui servait d’observatoire, et l’empreinte dans le roc du sabot de son cheval.
On ne tranassait pas longtemps du ct de la Roche du diable et les anciens racontaient ceux qui voulaient bien l’entendre cette rengaine : « Quand tu vas Allanche chercher ton sel blanc, en passant Allagnon, attention tu feras la queue du diable ».

JPEG - 21 ko
Une chaise pour surveiller le passage
JPEG - 24.3 ko
Empreinte dans le rocher du sabot
du cheval du diable
JPEG - 58.3 ko
Ruines du moulin de la Rasse o les filles du diable dansaient nues


LA DIABOLIQUE SEDUCTION SUR LES MEULES A GRAIN

Les quatre filles du diable

Le moulin de la Rasse, situ sur le chemin entre le hameau du Lac et le village de Vze, aujourd’hui en ruine, relevait du chteau des Fortuniers.

On raconte qu’un souterrain partait du chteau pour rejoindre le moulin sur le ruisseau de la meule. Ce mystrieux souterrain tait l’objet de curieuses histoires qui effrayaient la population des alentours.

JPEG - 24.7 ko
Les diablesses dansaient sur les meules du moulin

Le mardi gras, le souterrain s’ouvrait dans un bruit pouvantable de chanes tranes rageusement sur le sol. Plus terrible encore, la nuit de la chandeleur les quatre filles du diable sortaient du souterrain et dansaient nues pendant des heures, au son de la lyre, sur les vieilles meules du moulin.

Un soir de la Chandeleur, un vacher press d’aller soigner ses btes passa prs du moulin. Il rencontra les quatre filles du diable, quatre rousses trapues munies de deux cornes chacune. Elles tentrent de le sduire.

Mais un pais brouillard enveloppa le moulin et attira les monstrueuses diablesses dans le souterrain qui se referma dans un affreux vacarme.

Le vacher horrifi s’enfuit et alla raconter sa msaventure au hameau du Lac. Il en oublia ce jour l de soigner ses btes.

LE RENDEZ-VOUS NOCTURNE AU VENERABLE GEANT

L’arbre gros du hameau de La Tour

JPEG - 53.5 ko
L’arbre-gros, autrefois un sapin remarquable

Autrefois, la Haute-Auvergne possdait des arbres remarquables. Parmi ces arbres d’exception couraient certaines histoires. L’un de ces arbres imposants dominait le hameau de La tour, prs du chemin menant Vze.

A quelques pas de la Sianne, se dresse encore le tronc de ce qui devait tre un superbe sapin bicentenaire. Mais la foudre l’a par deux fois terrass et mutil jamais pour le rendre aujourd’hui l’tat de squelette.

L’arbre gros des quatre chemins porte bien son nom. Il ne faut pas moins de trois personnes pour entourer le tronc sa base. Un premier coup de foudre dvastateur est tomb sur le sapin en 1918 ne lui laissant qu’une majestueuse branche. Celle-ci continua puiser sa force dans ses fabuleuses racines quand durant l’t 1993, la foudre acheva l’arbre vnrable.

Mais le gant reste toujours fier avec son tronc mutil et rappelle qui veut bien y croire la lgende qui s’attache sa prsence.

On raconte que, pour faire fortune, il fallait venir minuit pile prs de l’arbre gros en ayant pris soin de mettre sous son bras une poule noire. A minuit, le courageux visiteur devait crier « Argent la poule noire ». Alors le diable sortait de l’arbre gros et remettait la somme demande.

Le diable ayant pay sa dette, l’me de celui qui venait de faire fortune lui appartenait jamais.

LEGENDES
Les pierres magiques
Les pierres magiques

La pierre prend des formes parfois propices frapper les imaginations. Dans un monde attach aux croyances anciennes pour comprendre le monde visible et invisible, la pierre joue un rle de mdiation comme les pierres sonnantes et les pierres aux vertus mdicinales. Deux histoires dcouvrir : la pierre de Tintarelle de Giniol (Moldes), la pierre de la Gourme.


SUR LE POINT CULMINANT DU PAYS DE MASSIAC

La pierre de Tintarelle de Giniol

On attribue un rle magique aux pierres sonnantes, principalement dans les rgions fortement influences par la tradition mythologique et dans les secteurs nettement archologiques. C’est le cas de la valle de la Sianne.

La pierre sonnante des Brches de Giniol, connue sous de nom de « La pierre de Tintarelle » est la seule roche du sommet du Pays de Massiac a rendre une sonorit aux coups. Elle est pose l comme par enchantement au milieu d’un impressionnant chaos de pierres volcaniques sur la partie sud des Brches.

L’endroit est mystrieux, balay en permanence par le vent, isol au milieu d’une nature sauvage 1304 mtres d’altitude.

La tradition voulait que les jeunes femmes maries ou striles viennent se frotter sur la pierre, y recherchant son contact la contagion d’une fcondit surnaturelle.
Le rite se rduisait plus ou moins la friction contre la pierre du ventre des candidates la maternit.

JPEG - 65.6 ko
La pierre sonnante des Brches de Giniol (Moldes)
LA DISCRETE PIERRE GUERISSEUSE DE RAVELLE

La pierre de la gourme

JPEG - 24.6 ko
Une banale pierre gurisseuse

La croyance populaire a attribu aux pierres et aux roches des vertus mdicinales particulires. La pierre de la gourme qui merge peine au milieu d’un champ prs du hameau de Vins-Haut semble tre l’une de ces pierres gurisseuses disperses dans la France entire.

Cette pierre dont l’aspect n’attire pas l’attention serait profondment enfouie dans le sol. Les anciens affirment mme que six boeufs ne suffiraient pas la dplacer. D’ailleurs, ceux qui ont essay n’ont jamais russi la faire bouger. Elle passerait donc inaperue sans les inscriptions qui la couvrent : une croix, le chiffre 18 et un coeur sculpts la surface du rocher.

Cette pierre aurait la particularit de gurir les enfants de la gourme (ecxema). Aussi venait-on de tout le pays dans l’espoir que les malades bnficient d’une gurison rapide (et l’on y vient encore nous l’avons constat).

JPEG - 24.8 ko
Avant de quitter l’endroit, on mettait quelques pices de monnaie dans l’enfoncement...

On ne se rappelle pas dans la rgion l’origine de cette pratique, mais selon les tmoignages des anciens, on connaissait dj le rle magique de la pierre au milieu du 19me sicle.

Les parents d’un enfant atteint d’une maladie de peau se prsentaient la pierre de la gourme accompagne d’une veuve. Si par chance la petite cavit creuse dans la pierre contenait de l’eau, on s’empressait de l’appliquer sur les lsions du malade en le badigeonnant dlicatement. Si l’excavation tait sche, l’eau apporte avec soi pouvait suffire.

L’application effectue, les personnes prsentes rcitaient neuf Pater et neuf Ave Maria, tout en marchand autour de la pierre. Avant de quitter l’endroit, on mettait des pices pour les pauvres dans un petit enfoncement situ la base mergente de la pierre. En respectant ce rite, la gurison survenait au bout de quelques jours

LEGENDES
Les mythes lis aux chteaux
Les mythes lis aux chteaux

Le mythe du chteau renfermant un trsor ou cachant de sombres et mystrieux souterrains marquent depuis des sicles les imaginations et les deux sites fodaux de la valle n’chappent pas des rcits fantastiques. Deux histoires dcouvrir : les perdrix d’or de Chavagnac (Auriac-l’Eglise), le souterrain de Colombine (Moldes).

LE TRESOR PERDU DE L’OPPOSANT DU CARDINAL

Les perdrix d’or du chteau de Chavagnac

JPEG - 17.8 ko
Sous les ruines de l’ancien chteau : un trsor ?

La fin tragique du chteau de Chavagnac, dtruit en 1642 sur l’ordre du Cardinal de Richelieu a marqu trs longtemps la mmoire collective.

Les histoires sur le chteau courent toujours le pays et l’on raconte l’existence d’un souterrain qui aboutissait au chteau d’Aurouze, l bas prs de l’Alagnon.

Mais l’histoire la plus tonnante est celle des perdrix d’or toujours caches dans la motte castrale depuis des sicles et que personne n’a jamais encore trouv. Mais c’est sr, elles sont l quelque part dans une galerie secrte. Celui qui en dcouvrira l’accs, celui l deviendra riche.

LA TOUR ORGUEILLEUSE DU PAYS DE SIANNE

Le souterrain de Colombine

La tour de Colombine, l’une des 20 tours carres de Haute-Auvergne, situe l’est de Moldes, se dresse isole, menaante encore sur sa motte 1034 mtres d’altitude. Elle est le seul vestige d’un chteau du XIIme sicle et de sa motte castrale entoure d’une palissade en bois.

Ce chteau fodal, premier symbole du pouvoir seigneurial dans le pays, aurait bnfici selon la lgende d’une sortie secrte. Un vaste souterrain reliait Colombine la Sianne non loin du moulin seigneurial de Fournial. Ce souterrain tait si grand que mme les chevaux pouvaient l’emprunter pour aller boire la rivire.

Mais jusqu’ prsent, personne n’a pu dcouvrir ni l’entre ni la sortie du mystrieux souterrain. Les seules galeries qui existent sont celles de l’ancienne mine argentifre de Fournial qui mergent ici et l sur la montagne.

LEGENDES
Mmoire
Mmoire

Purs produits de l’imagination, les rcits populaires taient puiss dans la vie quotidienne et franchissaient souvent les limites du surnaturel et du prodigieux. Quatre histoires dcouvrir : la pierre sonnante de la Roche de Baroncle (Vze), la cloche d’argent du chteau des Fortuniers (Vze), les six vaches de Chanet (Feydit/Allanche), le feu follet du suc de Lussaud (Laurie).

BRISEUSES DE SILENCE SUR LES ESTIVES DU CEZALLIER

La pierre sonnante de la roche de Baroncle

JPEG - 11 ko
La roche de Baroncle sur les Estives

Avant la Rvolution un gardien de troupeau sur les estives de la Montagne de Parent, non loin du village de Vze , convoitait les superbes cloches des vaches de ses voisins.

Tout le monde reconnaissait que les cloches avaient un son trs fin et agrable l’oreille. Grce leur sonorit, il tait facile de rassembler le troupeau, d’effrayer les btes sauvages et d’entreprendre la dvalade.

Un jour, le troupeau par de ses cloches incomparables se trouvait sur la Montagne de Ciment. Le vacher fut pris d’une irrsistible envie de possder les sonnailles. Il s’en empara.

Trs vite souponn par les gens du village il enterra les cloches sous la pierre et les laissa enfouies par crainte d’tre dcouvert.

C’est ainsi que depuis ce temps l, lorsqu’on frappe sur la roche de Baroncle, elle produit le son des cloches disparues.

BRISEUSES DE SILENCE SUR LES ESTIVES DU CEZALLIER

La cloche d’argent du chteau des Fortuniers

JPEG - 13.3 ko
Le site des Fortuniers o dominait autrefois le chteau fort

Le chteau des Fortuniers tait construit sur le bord des Estives plus de 1250 mtres d’altitude. La bute rocheuse qui lui servait d’assise surplombait le bois de Chamalire prs du village de Vze

Malgr ses fosss, une leve de terre formant un rempart, la forteresse fut assige par les hordes anglaises qui ravageaient l’Auvergne.

Prise en 1377 malgr son impressionnante garnison, elle fut par la suite dmolie.

On raconte depuis, qu’une cloche d’argent fut ensevelie, avale par les boulements lors de la destruction du chteau. On l’entendait tinter chaque anne le vendredi saint, jour de la mort du Christ.

LES ASSOCIES DE LA CHAPELLE DU BOUT DU MONDE

Les six vaches de Chanet

JPEG - 16.5 ko
La chapelle millnaire du bout du monde

Autrefois la population rurale vivait difficilement parfois rduite la misre pendant que les nobles, toujours presss par le besoin d’argent, faisant rendre leurs droits tout ce qu’ils pouvaient.
La construction ou la reconstruction des glises fut difficile et souvent les ouvriers taient mal pays.

On raconte que lors de la construction de l’glise de Chanet, six vaches venaient clandestinement nourrir de leur lait les ouvriers.

LA PEUR HEREDITAIRE AU PASSAGE DU VOLCAN

Le feu follet du suc de Lussaud

Au coeur du pays coup, propice aux mystres, il est des lieux marqus par des histoires d’un autre temps dont se souviennent encore ceux qui ont particip aux dernires veilles qui rythmaient les saisons.

Au village de Lussaud, sur la commune de Laurie, qui conserve encore son atmosphre de « bout du monde », l’on raconte un bien trange phnomne qui se produisait au « Suc », lieu de passage sur le chemin de liaison entre Lussaud et Le Breuil, vers Blesle. Sur ce sol dsol aurait exist un monastre et un cimetire, ou des vnements tragiques se seraient drouls il y a bien longtemps.

Les gens du « sicle de l’empereur parlaient dj de  ». Une histoire de revenant disait-on. Et lorsqu’un habitant de Lussaud disait « j’ai vu le feu follet », tout le monde savait qu’il tait pass au « Suc ».

On vitait de rentrer de Blesle la tombe de la nuit, car ds qu’on apercevait le « Suc », une sensation trange s’emparait des hommes, les btes frmissaient, certaines refusaient d’avancer. Au loin s’levaient des flammes, accompagnes d’un crpitement de gents secs enflamms. Mais lorsque l’quipage arrivait sur les lieux de l’incendie, tout tait intact, rien n’avait brl.

La peur envahissait le passant qui s’loignait au plus vite du « Suc », toujours avec l’impression d’avoir un feu derrire lui.

JPEG - 34.5 ko
Le suc brul

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

Chenevrires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

La vie dans la maison traditionnelle

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Cantal

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse