• NATURE ET GRANDS ESPACES

    Sur les Estives du Czallier

    Sur les Estives du Czallier proches du Signal du Luguet, l’histoire des pturages d’altitude se confond avec l’histoire humaine depuis plus de 600 ans. A dcouvrir et mieux (...)

  • PALHAS 2019

    Grand succs pour la rencontre-souvenirs sur la vie d’autrefois

    Une centaine de personnes ont particip la rencontre-souvenirs sur la vie d’avant dimanche 20 octobre Auriac-l’Eglise. Photos et tmoignages ont donn lieu des moments (...)

  • PALHAS 2019/AURIAC-L’EGLISE

    Rencontre indite, souvenirs et photos sur la vie d’autrefois

    Venez voquer vos souvenirs sur la vie d’avant avec une photo qui a du sens pour vous dans une rencontre conviviale et indite dimanche 20 octobre (15h) la salle polyvalente (...)

  • VIE PRATIQUE

    Les objets utilitaires qui habitaient la maison

    Chaque objet avait sa place en fonction de son utilisation dans la vie quotidienne de la famille. Un grand nombre d’entre eux s’entassait dans la salle commune. Et au fil des (...)

  • S’ECLAIRER

    Du feu de l’tre l’lectricit

    Pendant trs longtemps les anciens se contentaient des flammes de l’tre du cantou pour clairer la salle commune, autant dire une faible lueur plus on s’loignait de la chemine. (...)

  • IMAGIER FAMILIAL

    Quand la famille se raconte dans toute la maison

    Le dcor de la maison paysanne marquait durablement la fiert familiale en affichant joliment sous cadre, principalement dans la salle commune, des souvenirs intergnrationnels des membres de la (...)

  • VIVRE AU QUOTIDIEN

    La salle commune, pice de vie traditionnelle

    Jusqu’ la seconde guerre mondiale la vie de famille tait concentre dans la salle commune et devait donc satisfaire tous les besoins de la vie quotidienne. C’tait la pice o (...)

  • UNE LOGIQUE D’AGENCEMENT PRATIQUE

    Le buffet intgr

    La disposition comme l’agencement de la pice commune de la maison traditionnelle rpondaient une logique dicte par le mode de vie des habitants et le souci de ne laisser vacant aucun (...)

  • UNE HABITATION PRATIQUE

    Le plafond de la salle commune, un espace utilitaire

    Aucun endroit de la pice commune de la maison rurale n’tait perdu, pas mme le plafond soutenant l’tage suprieur. Dans le Cantal le plafond tait aussi un espace utilitaire (...)

  • LE TEMPS QUI COURT

    L’horloge Comtoise adopte dans le Cantal

    Droite ou violon, d’origine franc-comtoise, l’horloge tait quasiment prsente dans tous les intrieurs anciens, place gnralement face la porte d’entre de faon pouvoir (...)


Patrimoine Les Activités
A+  A-    Imprimer

Activits traditionnelles

Pendant des sicles, des gnrations de Cantaliens ont pu vivre de faon autonome et en adquation avec leur environnement : culture de la terre, levage, fabrication d’outils, soins base de plantes mdicinales, taille des arbres, construction et entretien de l’habitat, jeux traditionnels, rle essentiel des femmes dans la vie quotidienne...
Quand la photographie restitue ces moments de vie, c’est toute une histoire locale qui ressort des albums de famille et de la mmoire des anciens...

VIE LOCALE
Mtiers traditionnels
Mtiers traditionnels

Les mtiers font partie intgrante du patrimoine culturel. Au-del des gestes et des comptences, des principes et des rgles des diffrentes activits professionnelles, c’est tout un savoir-faire et un art de vivre venus du fond des ges. Doucement ces mtiers de proximit se perdent dans l’oubli collectif. Les images sont l pour faire mmoire.

Un travail de mmoire peut se construire en rassemblant diverses traces des mtiers pratiqus dans les villages de la valle de la Sianne. Aujourd’hui, la plupart des mtiers traditionnels ont disparu :
charron, vannier, fileuse, chaudronnier, rtameur, gentianaire, meunier, cordonnier, menuisier, chaumier, scieur de long, bcheron, bouvier, berger, buronnier, bourrelier, tonnelier, laitier, marchal-ferrand, forgeron, faucheur, laboureur, maon, mineur, sabotier, vigneron, conducteur de battage, distillateur, chaufournier....

 Le pre Laurent sur le chemin muletier prs du bourg de Vze (1991)

ACTIVITES LOCALES
Le temps des mtiers de voisinage
Le temps des mtiers de voisinage

On trouvait autrefois dans les villages et les bourgs une grande diversit d’activits et de commerces polyvalents indispensables la vie en milieu rural.

Lorsqu’on avait besoin d’aides particulires selon les saisons on n’allait pas bien loin chercher les personnes comptentes comme le bucheron, le conducteur de la locomobile pour les battages, des journaliers pour les moissons et les vendanges, le tondeur de moutons, le couvreur, l’alambic ambulant....

On vivait en autarcie dans un territoire bien connu avec son caf-picerie, parfois la boulangerie, ses mtiers du bois et du fer..
La vie moderne a branl toutes ces assises des villages communautaires. Jusque dans les annes 1960 qui ont marqu une rvolution agricole et socitale par l’ampleur des transformations de toutes les activits traditionnelles, les progrs de la mcanisation, les nouveaux modes de vie, l’exode vers les villes. Seules restent les photos de ce temps des mtiers de voisinage, traces de la mmoire de la vie d’avant.

Machine vapeur place la demande dans les villages pour la batteuse ou l’allambic (dbut 20me sicle)

Transport des arbres vers la scierie (Vze, vers 1910, sur plaque de verre)

LE TEMPS DES FOURS COMMUNAUX
Quand le village cuisait son pain
Quand le village cuisait son pain

Dans chaque hameau un four communal, imposant par sa masse, mlait rgulirement les habitants avec une tonnante convivialit les jours de chauffe. Le four avait un rle essentiel dans la vie quotidienne. Et les anciens se souviennent encore de la mobilisation des familles pour « le jour du pain ».

Pour la cuisson du pain il fallait d’abord faire provision de bois sec et prparer la pte la veille, puis chauffer le four durant plusieurs heures, ensuite faire tomber la braise, balayer le foyer, rassembler les paillassons, puis enfourner les tourtes prpares par les femmes. Aprs le pain le four recevait la fourne de pts de viande, de tartes, de pompes aux pommes...

Longtemps laisss l’abandon, les fours pain du territoire sont progressivement restaurs. Certains sont remis en marche occasionnellement. Par leur prsence ils marquent l’espace et rappellent la vie d’avant


Au four communale de Laurie (1943)


g


Au four du hameau de Bonarme (Moldes)



CONVIVIALITE
Aubergiste
Aubergiste

Caf Paulhan (Bourg d’Auriac-l’Eglise)


xxx

Caf-htel Andr (Bourg de Moldes, 1930)

xxx

Caf-htel au hameau de Fournial-bas, proximit de la mine argentifre


LE TEMPS DES BIDONS DE LAIT
Avec l’ne pour le transport du lait
Avec l’ne pour le transport du lait

C’est l’tablissement des premires laiteries dans le Czallier ds la fin du 19me sicle qui a incit les petites fermes se pourvoir d’un ne. A la belle saison, comme la traite avait lieu dans les prs, pour transporter les bidons de lait (d’abord en fer puis en aluminium) l’ne fut utilis comme animal de traction, les chemins tant souvent peu carrossable.

Brave bte et de bon service, patiente, peu exigeante en nourriture, sa prsence est devenue une ncessit pour la commercialisation du lait aux laiteries avant que ne soit instaur le ramassage par camion citerne. Pour ramener le lait de la traite cette corve quotidienne tait donc dvolue l’ne qui portait les bidons de chaque ct sur un bt en bois ou tirait un « charretou ».

L’ne transportait sa cargaison jusqu’ la laiterie la plus proche et souvent rapportait dans ses bidons du petit-lait pour les porcs. Une relle proximit existait avec l’animal qui l’on donnait des noms sympathiques comme Pompon, Baptistou... On l’attelait aussi parfois une voiturette pour aller faire les commissions au bourg.

Chaque jour aprs la traite la famille est mise contribution pour le transport du lait (Hameau de Bteil ; Feydit/Allanche, 1961

Pompon, une aide prcieuse pour le transport du lait aprs la traite quotidienne (Hameau de Bteil, Feydit/Allanche, 1960)

LOISIR TRADITIONNEL
Jeu de quille de 8
Jeu de quille de 8

Le jeu de quille de 8 a connu un grand succs dans la premire moiti du XXme sicle en Auvergne. Cette discipline tait rustique et physique car la boule pesait plus de quatre kilos. Ce jeu traditionnel tait pratiqu dans les villages de la valle de la Sianne. Images souvenirs...

Partie de jeu de quille sur la route du fond de valle (D9 aujourd’hui) qui servait d’aire de jeu vers 1920 au hameau d’Allagnon (Moldes) 


X

La pause dans une partie de jeu de quille au bourg de Vze (vers 1930)


Berger de montagne
Berger de montagne

 Gabriel Vernire, hameau de Bresolles (Moldes, annes 30)

 Alphonse Roux aux Brches de Giniol (Moldes 1928)

 Berger sur la D9 prs du hameau de La Croze (Auriac-L’Eglise,1960)

 Le pre Mangin et sa chvre au dbut du 20me sicle (Chavanon)

TRAVAIL DU METAL
La forge de Robert (Auriac-l’Eglise, 1997)
La forge de Robert (Auriac-l’Eglise, 1997)
ROUISSAGE
Le gour chanvre du hameau de Serre-bas
Le gour  chanvre du hameau de Serre-bas

Le gour chanvre du hameau de Serre Bas (Auriac-l’Eglise), non loin d’un petit moulin rservoir est encore visible sur le Ruisseau de l’Eglise. Il est le tmoignage de l’utilisation du chanvre dans le pays et de la proximit de chenevrires ou de horts chanvre autrefois.

Lorsque les tiges de chanvre taient bien sches, il fallait les « rouir », c’est dire les faire sjourner dans l’eau assez longtemps. Cette opration avait pour but de produire de la fermentation, la dissolution de la matire mucilagineuse qui unit les fibres entre elles et qui forment la contexture de la tige. Cette opration s’appelait le rouissage. (Photo prtexte)

On utilisait donc les diffrents cours d’eau sur lesquels avaient t amnages des flaques d’eau dormante des « gours chanvre » appells aussi « routoir ». Le chanvre y tait maintenu au fond du « gour » par de grosses pierres et y restait jusqu’ ce que les fibres fussent entirement dsagrges.

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitire

Modes de vie

Manger en commun

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit

Des pratiques religieuses collectives