• NATURE ET GRANDS ESPACES

    Sur les Estives du Czallier

    Sur les Estives du Czallier proches du Signal du Luguet, l’histoire des pturages d’altitude se confond avec l’histoire humaine depuis plus de 600 ans. A dcouvrir et mieux (...)

  • MANGER EN COMMUN

    Le banc Cantalien de la table tourtire

    La table Cantalienne tait encadre traditionnellement par deux longs bancs de bois sans dossier. Indissociable de la table de ferme, ils ont t remplacs par des chaises en paille ds lors que (...)

  • DEVOTION

    Le chapelet expos

    Le chapelet en grains de buis ou autres essences de bois prcieux tait souvent accroch bien en vidence dans la salle commune sur la faade de l’alcve ou de la chemine ils taient (...)

  • SOUS LE REGARD DE DIEU

    Les marques religieuses dans la maison

    La plupart des intrieurs anciens ont conserv la mme fidlit aux traditions hrites de sicles de pratiques religieuses : images pieuses, statues de la Vierge Marie, crucifix, bnitiers, (...)

  • VIVRE AU QUOTIDIEN

    La salle commune : un lieu de vie pratique (2)

    La salle commune des maisons paysannes de Haute-Auvergne refltent une conomie domestique bien pens du sol au plafond. Elle communique avec l’table spare par un simple cloisonnement (...)

  • RANGEMENTS PRECIEUX

    Le grand buffet

    Apparu la fin du 19me sicle, le grand buffet a intgr de nombreuses salles communes de la maison paysanne du Czallier. Les modles au corps du haut en retrait semblent tre plus anciens (...)

  • UNE LOGIQUE D’AGENCEMENT PRATIQUE

    Le buffet intgr

    La disposition comme l’agencement de la pice commune de la maison traditionnelle rpondaient une logique dicte par le mode de vie des habitants et le souci de ne laisser vacant aucun (...)

  • LA MONTEE AU LIT

    Le banc-coffre

    Le banc-coffre ou marchebanc, jamais pourvu de dossier, tait dispos devant l’alcve dont il avait la mme longueur. Indissociable des lits-clos comme de l’alcve, il permettait (...)

  • METTRE A L’ABRI

    L’enfilade de placards

    De nombreuses maisons rurales construites partir du 19me sicle intgrent frquemment dans la salle commune et dans les chambres de vastes boiseries-placards comprenant en faade jusqu’ (...)

  • LE TEMPS QUI COURT

    L’horloge Comtoise adopte dans le Cantal

    Droite ou violonne, d’origine franc-comtoise, l’horloge tait quasiment prsente dans tous les intrieurs anciens, place gnralement face la porte d’entre de faon  (...)


Patrimoine Les Activités
A+  A-    Imprimer

La production du miel

Les ruches en paille de seigle avaient fire allure autrefois aux abord des hameaux de la valle de la Sianne, bien assises sur leur lauze. Elles apportaient aux paysages un petit air de mardi gras. Seules aujourd’hui les ruchers cadres accueillent les butineuses.

TEMOIGNAGE
Les ruches d’Antoine au hameau de Fouillre (Laurie)
Les ruches d’Antoine au hameau de Fouillre (Laurie)

La fabrication des ruches en paille de seigle n’avait pas de secret pour Antoine Vidal. La technique traditionnelle des ruches en paille que l’on pratiquait dans tous les hameaux avant l’apparition des ruches en bois aprs la seconde guerre mondiale, a pratiquement disparu. Avant sa disparition Antoine nous avait transmis son tmoignage.

A Fouillre et Fontdevialle, quelques ruches en paille ont ctoy celles en bois, rappelant le temps ou ce matriaux vivant et simple connaissait son heure de gloire. La paille de seigle coiffait habitats et granges et la ruche des abeilles.

Antoine Vidal* qui habitait le hameau de Fouillre fut le dernier fabricant de ruches en paille. Il tenait son savoir-faire de son pre qui entretenait une trentaine de ces poupes de paille. « Cette ruche traditionnelle est idale disait-il pour les abeilles, car il n’y fait ni trop chaud ni trop froid. La paille de seigle est un excellent isolant qui permet de laisser les abeilles dehors toute l’anne ».
Mme si la production de miel est trois fois moins importante que dans les ruches modernes en bois, Antoine tenait toujours en 2001 mettre une partie de ses essaims dans des ruches en paille « pour perptuer une tradition », et tant pis si la rcolte du prcieux produit tait plus dlicate.

La fabrication d’une coiffe en paille de seigle s’apparentait l’art du vannier. Tout commenait l’automne par une coupe du vgtal la faucille « pour ne pas casser les tiges, sinon elles prendraient l’eau et seraient donc inutilisables ».
Confectionnes pendant l’hiver les nouvelles coiffes taient appeles remplacer les plus anciennes, celles de plus de vingt ans. « Il faut surtout bien secouer la paille, prcisait Antoine, et la dbarrasser des brins trop courts et des mauvaises herbes »

Pour fabriquer la ruche elle-mme on utilisait le mme procd que les paillats, ces corbeilles ou reposait le pain avant d’tre enfourn. On passait la paille dans un anneau de bois afin d’obtenir une sorte de boudin bien rond et rgulier qu’il suffisait d’enrouler sur lui-mme en le liant avec de trs longues ronces, dpossdes de leurs pines, sectionnes en deux et bien lisses. La ronce a un atout, elle ne pourrit pas.

De ces oprations ancestrales, naissaient la beaut et la longvit de ces ruches en paille que l’on pouvait encore dcouvrir ici et l dans la Valle de la Sianne il y a peu de temps.

Antoine nous a quitt depuis cet entretien


RUCHERS
Des ruches en paille aux ruches cadres
Des ruches en paille aux ruches  cadres

Autrefois la plupart des familles paysannes avaient quelques ruches. Le paysan par tradition se faisait aussi apiculteur sans formation particulire si ce n’est l’exprience acquise des anciens. Rcolt de faon artisanale le miel tait un prcieux apport pour les familles. Il remplaait souvent le sucre. Les vertus bienfaisantes du miel taient connues de tous.

Ralises durant l’hiver les anciennes ruches en pailles ont dsormais laiss la place aux ruches cadre. Quelques ruchers sont poss ici et l sur les ctes de la valle de la Sianne.

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitire

Modes de vie

Manger en commun

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit

Des pratiques religieuses collectives