Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283 Cézallier: le patrimoine de la vallée de la Sianne en Auvergne (Cantal/Haute-Loire)
  • COUCHOIR RUDIMENTAIRE

    Le lit-clos du vacher

    Le lit des vachers, bergers et valets de ferme tait situ en dehors de la salle commune. C’tait la couchette spcifique de l’homme charg du btail.

    Ce lit-clos est l’un des (...)

  • L’ALCOVE D’ESCALIER

    La couchette du domestique ou d’un enfant

    Frquemment appel le lit du vacher cette couchette rideau a la particularit d’tre encastre dans la monte d’un escalier. Son positionnement peu confortable a dtermin son (...)

  • OUVERTE OU CACHEE

    La couchette en alcve ferm

    On retrouve encore dans les villages du Czallier plusieurs types de couchage en lit ferm dont certains sont encore utiliss aujourd’hui : alcve ou lit-clos placard ferms par une porte (...)

  • PRESERVATION DE L’INTIMITE

    Alcve et lit-clos ferms par des rideaux

    Le lit-clos rideau gnralement trs color avec un bandeau en cantonnire est le lit le plus reprsent dans les anciennes salles communes du.nord Cantal. Les spcialistes parlent de lit-wagon (...)

  • ALCOVE ET LIT-CLOS

    Le couchage dans la salle commune

    Le fond de la salle commune de la maison paysanne traditionnelle, moins bien claire durant le jour servait la nuit comme lieu de repos en ces temps de cohabitation sous le mme toit de (...)

  • L’ESPACE DE L’EAU

    L’ayguire, un dispositif commode et astucieux

    L’ayguire reprsente une extension fonctionnelle autant qu’un lment dcoratif. Seul point d’eau l’intrieur de la maison cet vier gnralement situ sur l’axe (...)

  • PRATIQUE DE LA PROPRETE

    La fontaine-lavabo

    L’usage de la fontaine-lavabo dans le Cantal est systmatique dans la plupart des demeures anciennes depuis la fin du 19me sicle. Place prs de la porte d’entre (au plus proche du (...)

  • UN ESPACE UTILITAIRE

    L’quipement habituel du cantou

    L’quipement du cantou refltait la richesse ou la pauvret de la maison. Le fond de la chemine comprend une dalle de pierre dure ou une plaque en fonte sans ornement ou habilement orne. (...)

  • SALLE COMMUNE

    L’usage du feu dans la maison paysanne

    Le feu tait au centre des activits domestiques et des rites de la communaut paysanne. L’habitation paysanne s’organisait invariablement autour du feu : du cantou au fourneau de (...)

  • ARTS MENAGERS

    La cuisinire bouscule les habitudes

    Le fourneau de cuisine sera remplac au dbut du XXme sicle par la cuisinire qui offrait quelques fonctions nouvelles : un grand four de cuisson, la production d’eau chaude en permanence (...)


Patrimoine L'eau
A+  A-    Imprimer

Les moulins hydrauliques

Trois moulins hydrauliques se sont partags l’activit de la minoterie Auriac-l’Eglise durant une quarantaine d’annes. Ils mettaient en oeuvre des techniques radicalement diffrentes des anciens moulins meules.
Ces tablissements avaient une renomme bien au-del de la valle de la Sianne car ils concentraient diffrentes productions : bl, son, huile, cidre, scierie...
Les imposants btiments de deux tages, vids de leurs engrenages, sont encore les tmoins muets de la pratique industrielle de la meunerie sur le cours de la Sianne pendant la premire moiti du XXme sicle.

LE PRECURSEUR
Le moulin de La Croze
Le moulin de La Croze

Construit en 1898 pour prendre le relais des anciennes installations meules, le nouveau moulin situ au hameau de la Croze (Auriac-l’Eglise), fond par Monsieur Fnolhac changeait radicalement de style, en utilisant les systmes hydrauliques et l’lectricit.


La Croze, village situ mi-parcours de la Sianne (Auriac-l’Eglise), possde deux moulins qui tmoignent de deux grandes poques de la molinologie dans la valle.


LE VIEUX MOULIN


Le plus ancien btiment se trouve prs de la rivire. En 1861 Pierre Franois donna au moulin un nouvel essor aprs avoir modifi les btiments. Il a cess de fonctionner la fin du 19me sicle. Ses origines remontaient au 17me sicle.

Des papiers de famille et des actes notaris rvlent qu’au 18me sicle, le moulin du hameau de La Croze assurait la mouture des bls de la rgion et permettait la famille Vigouroux qui l’exploitait de vivre correctement. Les revenus du moulin permettaient d’orienter vers des tudes et des carrires librales les enfants de la famille. C’est ainsi que Louis Vigouroux devint avocat au Parlement en 1773. Un autre quitta la Croze en 1765 pour s’installer Molompize dans la proche valle de l’Alagnon en qualit de notaire royal et devint maire de la commune la Rvolution.

Le moulin de la Croze passa en d’autres mains. Un acte notari dat de 1770 parle d’Antoine Darse, meunier, habitant la Croze. La famille Darse exploita le moulin jusqu’au milieu du 19me sicle.

En 1861, Antoine Franois, du hameau de la Bousseloeuf se rendit acqureur des biens provenant de la succession de Pierre Darse. Par la suite, son fils Pierre Franois donna au moulin un nouvel essort aprs avoir reconstruit le btiment et l’avoir quip de matriel neuf.

Un document officiel du 2 juillet 1879 prcise que l’eau de la Sianne mettait en jeu la Croze les tournants du grand moulin deux grains et un chanvre.
Pierre Franois tait aussi un btisseur puisqu’il fit lever une grande maison d’habitation et une vaste grange-table. On lui doit aussi le grand pont de pierre sur la Sianne proche du moulin. On l’appelle toujours d’ailleurs "Le pont de Franois".
Par la suite, la famille Fenolhac exploita le moulin de la Croze.

LE PREMIER MOULIN HYDRAULIQUE DE LA REGION


A la fin du 19me sicle, et au dbut du 20me, les moulins ont chang de physionomie s’levant sur plusieurs tages de faon accueillir les installations mcaniques modernes. Ce fut le cas du nouveau moulin de la Croze, construit partir de 1898 plus prs de la route pour faciliter le transport des grains et des farines, alors que le vieux moulin bordait la Sianne.
Afin d’apprendre le faire fonctionner au mieux, Pierre Franois partira six mois se former aux moulins de Crteil en rgion parisienne.
Ce premier moulin hyraulique de la rgion tait aliment par un bief de plusieurs centaines de mtres. A son dpart, une prise d’eau force tait dirige vers le bief l’aide d’une pellire toute en pierre construite en travers la Sianne, un modle du genre.

Au moulin, une imposante roue aube, aujourd’hui disparue, faisait fonctionner plusieurs types d’activits.
Dans le btiment de trois tages, curieusement construit en faux querre (peut-tre pour tenir compte d’une petite scierie dj existante), tout un systme de machines modernes et de poulies produisait des crales de trs bonne qualit.

UN PRESSOIR POUR LES PRES-VERGERS

Adoss au moulin, une petite construction abritait un norme pressoir cidre galement mis en action par la force hydraulique.

Sur le cot du moulin, margeant sur le pr, une petite scierie permettait la coupe des planches partir d’arbres des forts des alentours.

On comprend pourquoi encore aujourd’hui, le moulin de la Croze marque le souvenir d’un grand nombre d’anciens. Le pressoir et la scierie amenaient normment de monde la Croze se souviennent les anciens, le hameau tait trs anim.


UNE MINOTERIE MODERNE HYDRO-ELECTRIQUE


Moderne, le moulin de la Croze l’tait assurment puisqu’il possdait la premire turbine lectrique de la rgion, ce qui permettait le fonctionnement du moulin mme par manque d’eau durant l’t. Fait tout fait mouveau au dbut du 20me sicle.

Par ailleurs, la turbine alimentait en lectricit la maison du meunier au hameau de la Croze quelque 300 mtres plus loin. Tmoins de cette poque la double range de poteaux lectriques dans le pr-verger entre le moulin et le hameau.

Mais dans le premier quart du sicle, le moulin fut endeuill deux reprises. Le meunier, monsieur Fnolhac fut tu alors qu’il abattait un arbre. Le moulin fut alors lou plusieurs annes monsieur Boulanger qui donna la petite entreprise tout le rendement qu’il pouvait. Mais, deuxime drame, sa petite fille fut prise dans l’engrenage de la scierie et dcda.

Plus tard, un autre meunier succda monsieur Boulanger pendant quelques annes avant que monsieur Roger Morel ne reprenne l’exploitation jusqu’ la fermeture dfinitive du moulin en 1957.


MINOTERIE MODERNE
Le moulin Tissidre
Le moulin Tissidre

La minoterie de la Sianne situe dans la partie basse du bourg, a connu une importante activit pour la fabrication de la farine, mais aussi avec son pressoir. La minoterie occupait l’emplacement d’un vieux moulin meules en activit au 19me sicle. Il fut rachet en 1910 Antoine Soulier par Pierre-Antoine Tissidre. Son fils Roger lui donnera un nouveau souffle en construisant un moulin hydraulique .


En 1936, Pierre-Antoine Tissidre mit en service un nouveau moulin hydraulique avec des machines modernes de minoterie. Par la suite son fils Roger Tissidre lui succda jusqu’ la fermeture dfinitive du moulin en 1960.

La minoterie de la Sianne connue une importante activit pour la fabrication de la farine, mais aussi avec son pressoir pommes et noix.
Dans les annes 40, avant l’installation publique de l’lectricit sur la commune, le moulin produisait du courant.
A cette poque, on faisait payer aux habitants la consommation lectrique au nombre d’ampoules par maison.



FIN D’UNE EPOQUE
Le moulin Abel-Seguy
Le moulin Abel-Seguy

Construit en 1939 sur l’emplacement de l’ancien btiment, le moulin de monsieur Franois Seguy a cess toute activit en 1965 faute de rendement suffisant. Les paysans vendaient directement leur production aux marchands de grains de Massiac, Blesle et Allanche. Ainsi disparaissait le dernier moulin hydraulique de la valle de la Sianne.

JPEG - 109.9 ko


LE VIEUX MOULIN DE LA FAMILLE ABEL CONSTRUIT AU 19me SIECLE

JPEG - 189.9 ko

LA RECONSTRUCTION DU MOULIN PAR MONSIEUR FRANCOIS SEGUY

JPEG - 169.8 ko

En 1937,le mur arrire du vieux moulin, vtuste, construit au 19me sicle, s’croula.
La dcision fut prise de construire un btiment moderne sur deux tages qui utiliserait les dernires techniques de la molinologie hydraulique. Les machines furent commandes la maison Toisset-Rose-Brault de Paris pour la somme de 120.000 francs, un investissement trs important pour l’poque.

Les travaux dmarrrent en 1938 et furent excuts par l’entreprise de maonnerie Vergain de Ferrire Saint-Mary. Il commena fonctionner en 1939. Ce fut un changement radical de mthode de travail, alors qu’avec le moulin meules, tout se faisait la main pour sprer les farines.Franois Seguy acheta son camion peut de temps aprs la mise en route du moulin.
Ds le dbut des annes soixante, l’activit du moulin connu de grosses difficults. En 1965, Franois Seguy dcida d’arrter le moulin.

UN PRESSOIR DE QUALITE

JPEG - 189.5 ko


Le pressoir accol au moulin moderne tait celui qui fonctionnait dj dans l’ancien moulin meules Abel. A cause des nombreux prs-vergers de la valle de la Sianne, il fallait, l’automne, prendre rendez-vous au pressoir pour faire son cidre. C’est par tombereaux que le pommes arrivaient au moulin. Le reste de l’anne on faisait de l’huile de colza ( partir de juillet surtout), de noix et de noisettes. On venait de trs loin pour moudre, de Feydit, de Peyrusse...

Le pressoir du moulin Seguy tait renomm pour la qualit du rendu des produits. Le mcanisme du pressoir tait un fabuleux systme tout en bois, reprsentatif des 18 et 19me sicles.

Aprs la fermeture du moulin et la dispersion des quipements techniques, le pressoir a dmont et transport dans les rserves du muse de Haute-Auvergne Saint-Flour l’initiative de l’archologue local, monsieur Alphonse Vinati. Il n’a jamais t remont et demeure toujours dans les rserves du muse.

UNE ROUE A AUBE DITE A CUILLERES POUR LE PRESSOIR

JPEG - 98.5 ko


L’imposante roue aube en fer sous la salle de l’ancien pressoir reste le dernier tmoin d’un systme efficace de production du broyage des noix, pommes, noisettes...
Cette roue hydraulique en mtal, dit systme de cuillres, assurait un trs bon rendement grce la technique de l’eau force, amene par le long bief.

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

Chenevrires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Cantal

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit