Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283 Cézallier: le patrimoine de la vallée de la Sianne en Auvergne (Cantal/Haute-Loire)
  • ESTIVALES 2018

    L’t arrive : voil le programme de nos animations patrimoniales

    L’Association Czallier valle de la Sianne se mobilise toujours et encore pour valoriser son territoire travers les 18mes Estivales. Des rendez-vous ne pas (...)

  • ASSEMBLEE GENERALE 2018

    Rapport d’activits 2017

    En 2017 notre association a poursuivi ses efforts pour mettre en lumire les particularits culturelles et sociales locales.Tous nos objectifs transparaissent dans les initiatives organises tout (...)

  • 24-25-26 MAI 2018

    Retrouvez-nous la fte de l’estive

    Notre association sera prsente durant trois jours cette grande fte de la transhumance avec une animation la Coptasa sur les estives et l’exposition "Estives et burons du (...)

  • VEILLEURS DE PIERRE

    Les ttes humaines

    Parmi le dcor symbolique prsent sur les maisons anciennes, le veilleur de pierre est parmi la reprsentation la plus nigmatique. Son rle est mal connu. Il s’inscrit en tout cas dans la (...)

  • VEZE

    L’habitat fortifi de La Terrisse

    Au sommet du Mont Chastel 1287m d’altitude, sur le territoire de la commune de Vze, on peut dceler trs facilement les traces d’un habitat fortifi qui a perdur selon les (...)

  • TRADITIONS

    Types de chemines sur la maison paysanne (2)

    Pour tre efficace une souche de chemine doit dpasser le fatage d’au moins cinquante centimtres. Dans le Czallier elles peuvent largement dpasser cette hauteur. La souche comporte (...)

  • MULTIFONCTIONS

    L’pi rose des vents (5)

    L’pi rose des vent arbore toujours un axe pourvu d’une croix directionnelle indiquant les quatre points cardinaux. Gnralement mtallique, la girouette rose des vents est constitue (...)

  • EPI POPULAIRE

    La girouette mtallique (4)

    Popularise au 19me sicle l’pi girouette en mtal orne principalement les btisses bourgeoises du dbut du XXme sicle et s’est durant tout le 20me sicle tendu de nombreuses (...)

  • ESTHETISME

    Les pis de fatage mtalliques (3)

    L’pi de fatage en mtal, fer, zinc ou fer blanc, plomb, n’est pas antrieur au 19me sicle. Le socle de cet objet utilitaire comprend une pyramide tronque ou un cube surmont (...)

  • LA POSE

    Les deux modes de fixation de l’ardoise (3)

    Pour bien fixer les ardoises et assurer une bonne tanchit, rsister au vent, protger de la neige, ont t utiliss deux modes de fixations, le clou fixation traditionnelle en Auvergne et le (...)


Patrimoine Les Activités
A+  A-    Imprimer

Le temps du couchage

ALCOVE ET LIT-CLOS
Le couchage dans la salle commune
Le couchage dans la salle commune

Le fond de la salle commune de la maison paysanne traditionnelle, moins bien claire durant le jour servait la nuit comme lieu de repos en ces temps de cohabitation sous le mme toit de plusieurs gnrations. Cet espace toujours sur le ct du cantou tait occup par une enfilade d’alcves ou des lits-clos en planches nues, ni peintes ni blanchies, adosse au mur face la porte d’entre.

L’introduction du lit-clos en France et son usage dans les rgions montagneuses d’Auvergne se situe dans la premire moiti du 18me sicle et parfois mme au 17me dans les fermes cantaliennes.

Les spcialistes s’accordent faire remonter au 15me sicle l’introduction du lit-clos en Europe. Il serait d’abord apparu en milieu bourgeois avant de gagner les campagnes profondes. Son usage s’est gnralis en Auvergne quelques dcennies avant l’apparition du chemin de fer. On comprend pourquoi les paysans pour qualifier l’enfilade des lits dans les salles communes parlaient de « lits en wagon ».

Le lit qui se trouvait au plus prs du cantou tait rserv au matre de maison. Dans le Cantal autrefois, le recours ce type de lit tait apprciable dans la mesure o le froid ambiant la nuit tait d’autant plus vif qu’on laissait le feu mourir dans le cantou en le recouvrant de cendre aprs la veille par crainte de l’incendie.

PRESERVATION DE L’INTIMITE
Alcve et lit-clos ferms par des rideaux
Alcve et lit-clos ferms par des rideaux

Le lit-clos rideau gnralement trs color avec un bandeau en cantonnire est le lit le plus reprsent dans les anciennes salles communes du.nord Cantal. Les spcialistes parlent de lit-wagon lorsque sont intgrs la boiserie trois ou quatre lits juxtaposs en enfilade agrment d’une horloge et auxquels on accde au moyen des marchebancs, une tradition auvergnate trs ancienne.

Une simple cloison en planches spare les units pour supporter les oreillers et une certaine intimit. Dans les plus anciens couchages la literie est maintenue en place par une traverse enjamber aprs celle du marchebanc.

Enfilade de lits-clos avec boiserie peinte comprenant une sparation par un profond placard. L’horloge de tradition Comtoise est ici remplace par un carillon mural. Les lits sont prcds d’un marchebanc (Commune de Vze)

OUVERTE OU CACHEE
La couchette en alcve ferm
La couchette en alcve ferm

On retrouve encore dans les villages du Czallier plusieurs types de couchage en lit ferm dont certains sont encore utiliss aujourd’hui : alcve ou lit-clos placard ferms par une porte ou par un pais rideau.

Lit-clos placard
Le lit-clos intgr dans un placard peut tre considr comme une sorte de lit armoire qui permettait durant la journe de le faire totalement disparatre de la salle commune en fermant une porte deux battants du mme style que le reste de la boiserie.


Alcve avec un grand rideau
Il s’agit d’un lit indpendant et amovible auquel on accde grce une large ouverture gnralement ferme par un grand rideau, signe d’une volution du couchage au 20me sicle. Ce couchage toujours utilis aujourd’hui est prsent dans certaines maisons ayant t rnoves pour accueillir le confort moderne.

SOMMEIL ET RELATIVE INTIMITE
Un couchage standard pour toute la famille
Un couchage standard pour toute la famille

Le couchage dans un alcve au fond de la salle commune est caractristique la fois de l’intrieur de la maison paysanne des 19me et de la premire moiti du 20me sicle, mais aussi d’un certain mode de vie dans le Czallier. Il a aujourd’hui disparu quelques exceptions prs dans des intrieurs encore occups par des personnes ages.

La monte au lit : le marchebanc
Le banc-coffre, marchepied jamais pourvu de dossier dispos devant l’alcve avait la mme longueur. Indissociable du lit-clos il permettait d’accder au lit tout en hauteur. Il donnait plein sens la formule bien connue « monter se coucher ».

Ce dispositif n’existait plus lorsqu’un vrai lit (lit rouleau) a remplac au dbut du XXme sicle la couchette traditionnelle en planche. La plupart des marchebancs ont disparu. Les lits clos n’tant plus utiliss.

La couchette

La couchette du lit-clos se composait d’un sommier en planches sur lequel on disposait un matelas de feuilles de htre conservant longtemps une certaine lasticit. Mais le principal inconvnient tait que ds que l’on remuait cela provoquait un bruit considrable dans le silence de la nuit., Le contenu de ces matelas fut chang au dbut du 20me sicle contre des plumes ou de la laine, notamment lorsque les lits rouleaux ont pris la place des anciennes couchettes l’intrieur mme des alcves.

Le matin, pour remettre en ordre le couchage, on utilisait un bton de lit permettant de ramener facilement les draps et la couverture sur le traversin.

L’dredon gonflant rouge

L’dredon quasiment prsent sur la couchette de tous les alcves ressemble une couette, mais de taille plus rduite. Il couvre uniquement le plateau du lit sans remonter sur l’oreiller. Il ne retombe pas du lit.

En Auvergne cet dredon traditionnellement de couleur rouge tait autrefois gonflant car rempli de duvet naturel et de plumettes. Dans l’alcve il apportait aussi une note de dcoration en plus du confort car frquemment recouvert le jour d’une parure en coton brode en dentelle.

L’dredon est n au Moyen-Age. On le plaait alors entre le dormeur et la paillasse pour l’isoler du froid et pour lui apporter un peu de moelleux. Lorsque les matelas en laine sont apparus, les dredons sont remonts sur les dormeurs pour apporter de la chaleur.

Le berceau de l’enfant

Le berceau du dernier n de la famille plac prs du lit-clos des parents tait le plus souvent suspendu au dessus du lit une potence l’extrmit droite du lit permettant de bercer l’enfant sans se lever.

Le bton de lit mi-clos

L’ALCOVE D’ESCALIER
La couchette du domestique ou d’un enfant
La couchette du domestique ou d’un enfant

Frquemment appel « le lit du vacher » cette couchette rideau a la particularit d’tre encastre dans la monte d’un escalier. Son positionnement peu confortable a dtermin son attribution un domestique ou un membre de la famille, souvent un enfant.

Comme la plupart des lits mi-clos, le lit sous l’escalier possdait un rideau comme fermeture, mais aussi dans certaines maisons une porte un ou deux battants.


(Commune de Charmensac)

COUCHOIR RUDIMENTAIRE
Le lit-clos du vacher
Le lit-clos du vacher

Le lit des vachers, bergers et valets de ferme tait situ en dehors de la salle commune. C’tait la couchette spcifique de l’homme charg du btail.
Ce lit-clos est l’un des lments mobiliers les plus frustres et d’une simplicit d’excution, sorte de grande caisse en bois sur pied, ferme par une porte ou des volets coulissants sans aucune dcoration.

Le couchage clos ou plutt cette paillasse inconfortable, sorte de caisse en planches tait place dans un coin de l’table ce qui permettait nanmoins au vacher de profiter l’hiver de la chaleur des animaux.

Ce type de lit-clos dsormais rare a progressivement t abandonn. Il a disparu des tables dans la dernire moiti du 19me sicle. Devenus inutiles et encombrants, ils ont presque tous t dtruits. Deux spcimens ont t conservs sur la commune de Peyrusse.


Lits-clos de vachers dposs dans une grange Peyrusse

La chambre d’table

Parmi la forme de logement la plus ancienne pour les domestiques d’une ferme maison-bloc, la chambre d’table ou d’curie a longtemps t en usage dans le Czallier. Cette chambre situe dans un coin de l’table ordinairement spare des animaux par une cloison en planches ou par des claies en bois, accueillait le lit-clos du vacher, un couchoir rudimentaire.

Ces lits-clos tmoignent du mode de couchage ancien utilis par l’ensemble de la famille dans les montagnes du Cantal, principalement l’hiver, avant l’avnement du fourneau et l’amlioration du niveau de vie des paysans.
Dans cet espace amnag en dehors du logement des humains, proximit du lit-clos se trouvaient diverses tagres, des porte-manteaux auxquels on accrochaient les habits pendant la nuit.
Le linge et les vtements du vacher taient rangs dans un marchebanc, sorte de banc-coffre plac devant le lit-clos et permettant en outre d’accder la couche.
Aux beaux jours, c’est un autre type de lit, mobile celui l, qui sera l’espace nuit du vacher dans les pturages.

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

Chenevrires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit