Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283 Cézallier: le patrimoine de la vallée de la Sianne en Auvergne (Cantal/Haute-Loire)
  • SOMMEIL ET RELATIVE INTIMITE

    Un couchage standard pour toute la famille

    Le couchage dans un alcve au fond de la salle commune est caractristique la fois de l’intrieur de la maison paysanne des 19me et de la premire moiti du 20me sicle, mais aussi (...)

  • FOIRE DES PALHAS 2017

    Succs considrable de notre exposition

    L’association Czallier valle de la Sianne proposait l’exposition sur l’intrieur ancien des maisons paysannes du Czallier. 1260 visiteurs en deux jours. Un grand succs et (...)

  • COUCHOIR RUDIMENTAIRE

    Le lit-clos du vacher

    Le lit des vachers, bergers et valets de ferme tait situ en dehors de la salle commune. C’tait la couchette spcifique de l’homme charg du btail.

    Ce lit-clos est l’un des (...)

  • L’ALCOVE D’ESCALIER

    La couchette du domestique ou d’un enfant

    Frquemment appel le lit du vacher cette couchette rideau a la particularit d’tre encastre dans la monte d’un escalier. Son positionnement peu confortable a dtermin son (...)

  • OUVERTE OU CACHEE

    La couchette en alcve ferm

    On retrouve encore dans les villages du Czallier plusieurs types de couchage en lit ferm dont certains sont encore utiliss aujourd’hui : alcve ou lit-clos placard ferms par une porte (...)

  • PRESERVATION DE L’INTIMITE

    Alcve et lit-clos ferms par des rideaux

    Le lit-clos rideau gnralement trs color avec un bandeau en cantonnire est le lit le plus reprsent dans les anciennes salles communes du.nord Cantal. Les spcialistes parlent de lit-wagon (...)

  • ALCOVE ET LIT-CLOS

    Le couchage dans la salle commune

    Le fond de la salle commune de la maison paysanne traditionnelle, moins bien claire durant le jour servait la nuit comme lieu de repos en ces temps de cohabitation sous le mme toit de (...)

  • L’ESPACE DE L’EAU

    L’ayguire, un dispositif commode et astucieux

    L’ayguire reprsente une extension fonctionnelle autant qu’un lment dcoratif. Seul point d’eau l’intrieur de la maison cet vier gnralement situ sur l’axe (...)

  • PRATIQUE DE LA PROPRETE

    La fontaine-lavabo

    L’usage de la fontaine-lavabo dans le Cantal est systmatique dans la plupart des demeures anciennes depuis la fin du 19me sicle. Place prs de la porte d’entre (au plus proche du (...)

  • UN ESPACE UTILITAIRE

    L’quipement habituel du cantou

    L’quipement du cantou refltait la richesse ou la pauvret de la maison. Le fond de la chemine comprend une dalle de pierre dure ou une plaque en fonte sans ornement ou habilement orne. (...)


Patrimoine Les Activités
A+  A-    Imprimer

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

Le feu tait au centre des activits domestiques et des rites de la communaut paysanne. Ds lors, il ne faut pas s’tonner si le foyer dfinissait une entit familiale, et si la taille d’un village s’exprimait au nombre de ses feux.
On ne pouvait pas vivre sans feu dans la maison, y compris en t, pour la cuisson des aliments et la production de chaleur l’hiver. L’organisation de l’habitation paysanne se formait invariablement autour du feu.

SALLE COMMUNE
Le cantou, l’tre de la maison cantalienne
Le cantou, l’tre de la maison cantalienne

Le cantou tait autrefois dans la Cantal le coeur de la vie familiale, l’me de la maison. Pour leur fonction et ce qu’ils reprsentent dans la mmoire collective, de nombreux cantous sont toujours utiliss dans le Czallier.


Le cantou, espace emblmatique de la maison paysanne du Cantal

cantou 1789Avant de devenir l’lment architectural emblmatique du Cantal, la chemine toujours occup une place de choix dans la salle commune de la maison paysanne. Dans le Cantal on la nomme "Le cantou". Elle tait souvent aussi grande que celle des chteaux.

La forme la plus courante est deux montants simples, un manteau le plus souvent en pierre mais aussi en bois surmont systmatiquement d’une tablette.

Sans tre forcment au milieu du pignon, l’tre de la maison cantalienne en occupe la plus grande partie sur une longueur qui varie entre deux trois mtres. Sa profondeur mesure environ 0,75m pris dans le mur. Devant cette chemine, pas de plancher, mais le sol est recouvert de pierres tailles en rectangle dans la majorit des cas.

UN ESPACE UTILITAIRE
L’quipement habituel du cantou
L’quipement habituel du cantou

L’quipement du cantou refltait la richesse ou la pauvret de la maison. Le fond de la chemine comprend une dalle de pierre dure ou une plaque en fonte sans ornement ou habilement orne. Chenets ou landiers, trpied, pincettes, pelles, boite sel, crmaillre sont disposs l’intrieur de la chemine. Un espace bien organis pour avoir les ustensils porte de main.

La crmaillre
La crmaillre constituait l’lment essentiel de la chemine car elle supportait la marmite soupe, le chaudron rempli d’eau, les jus des confitures... Deux types de crmaillres pouvaient se trouver dans un cantou : l’anneau de chanes ou la tige munie de crochets.
En gnral la crmaillre restait en place quand la famille quittait la maison ou aprs les dcs des anciens, d’o l’expression pour les nouveaux occupants « pendre la crmaillre »


La marmite
Chaque famille possdait une marmite en fonte d’environ 20 litres, pansue et noire qui pouvait contenir un repas complet. En forme de cloche renverse, munie d’une anse et d’un couvercle, elle tait accroche la crmaillre du cantou ou bien pose sur un trpied au milieu des braises de l’tre. 

Chaque famille possdait une marmite en fonte d’environ 20 litres, pansue et noire qui pouvait contenir un repas complet. En forme de cloche renverse, munie d’une anse et d’un couvercle, elle tait accroche la crmaillre du cantou ou bien pose sur un trpied au milieu des braises de l’tre.

Les landiers
Dans le Czallier on utilisait des landiers dont les montants se terminaient par un petit panier en fer forg. La matresse de maison y maintenait au chaud une cuelle de ragot ou un pot de soupe. Par grand froid on y mettait une pierre avec laquelle on se rchauffait les mains lorsqu’on venait du dehors.


Les niches utilitaires
Le cantou possde gnralement plusieurs excavations sur le mur du fond et parfois dans les jambages. L’une assez grande recevait les cendres pour servir d’engrais ou pour la lessive. Encore chaudes, elles permettaient de maintenir au chaud les aliments du repas.
La plus importante niche tait le four pain. Des petites niches servaient entreposer porte de main des objets d’usage courants tels que les torches de rsine, les chaleils, bougies...


Le sige qui a pris le nom de son emplacement permanent
On ne peut pas dcrire l’opulente chemine cantalienne sans le sige du mme nom, le cantou. car il faisait corps avec elle. C’est le sige en bois plein typique du Cantal. Log de chaque ct du foyer il possde un dossier et deux accoudoirs.
Certains cantous mi-coffre mi-sige servaient la conservation du sel au sec prs du feu. D’autres comportent une partie du dossier rabattable formant tablette pour les gens gs.

Le sel au sec dans le cantou

Le sel, substance indispensable l’alimentation et la conservation des viandes possdait son propre mobilier et diffrents objets.
Afin de tenir le sel au sec prs du feu et servir de rserve, le sel pouvait tre plac soit dans une petite boite accroche sur le ct du cantou, soit principalement dans le Cantal dans une chaise sel dit « Sali ». Ce sel tait autrefois uniquement achet sous la forme de gros sel. Il devait donc tre cras avant d’tre consomm indistinctement pour l’usage humain et animal.


SALLE COMMUNE
Le cantou, l’espace des vieux
Le cantou, l’espace des vieux

Au milieu du 19me sicle, avec l’amlioration des conditions de vie des paysans et l’organisation de la salle commune, trs vite va se gnraliser l’habitude de disposer un banc-coffre qui servait galement de coffre sel ou un fauteuil de chaque ct de l’tre.

A une poque ou plusieurs gnrations vivaient encore sous le mme toit, le vaste cantou cantalien est devenu l’espace rserv aux vieux et au matre de maison. Pour bien se chauffer il fallait en effet mieux s’asseoir dans le cantou plutt que de faire face au feu en dehors de la chemine car on gardait le dos glac. Ce fut donc trs vite un endroit d’abord rserv aux plus anciens de la maisonne. C’est ce que montrent la plupart des anciennes cartes postales de la vie traditionnelle en Auvergne.

La carte postale du dbut du XXme sicle immortalise la place des vieux dans le cantou

Un banc porte aussi le nom de cantou

Le cantou c’est aussi un sige typique du Cantal est toujours en bois plein. Log de chaque ct du foyer il possde un dossier et deux accoudoirs.
Certains cantou mi-coffre mi-sige servaient la conservation du sel au sec prs du feu. D’autres comportent une partie du dossier rabattable formant tablette pour les gens gs. Lorsqu’il n’y a pas de banc, une grosse chaise avec acoudoire tait utilise. 

SALLE COMMUNE
La tablette du cantou
La tablette du cantou

L’tre de la maison paysanne du Czallier tait toujours surmont d’une tablette en bois massif gnralement couverte d’un volant de tissu color ou de dentelle. Cet espace offrait la possibilit d’y poser de nombreux objets domestiques tmoins des pratiques, des convictions et des valeurs des habitants de la maison.


.

La tablette du cantou supportait essentiellement une srie de pots sel et pices, pots en terre vernisse, lampes, bougeoirs, cruches en tain, vaisselle fleurie, bibelots, crucifix et statue de la Vierge, obus de 14/18 travaills par les poilus..

Au dessus de la tablette frquemment exposs sur un rtelier deux fusils de chasse rappellent la pratique gnralise dans les campagnes de la chasse.

Souvenir de la Grande Guerre

Ceux qui chapprent aux carnages de la grande guerre ramenrent des souvenirs qu’ils placrent bien en vue sur le manteau de la chemine. Parmi ces objets de l’artisanat des tranches des douilles d’obus dcores ou transforms en vase fleurs, des balles des boutons d’uniformes...Places aussi dans un cadre sous verre les mdailles militaires. Pendant des dcennies tous ces objets ont occup cette place d’honneur dans la salle commune ou le salon.


LA COMBUSTION DOMESTIQUEE
L’avnement du fourneau de cuisine
L’avnement du fourneau de cuisine

L’avnement du fourneau reprsent une vraie nouveaut dans les campagnes : le feu tant pour la premire fois contenu dans un foyer ferm domestiquant la combustion. Le fourneau remplissait plusieurs fonctions drives du four et du cantou : la cuisson et le chauffage.

Devenu un objet commun dans la dernire partie du 19me sicle dans les campagnes du Czallier, le fourneau en fer puis en fonte tait gnralement install dans le cantou mme et le conduit de fume montait directement dans la chemine.

Progressivement le fourneau en fonte sera plac hors du cantou, le tuyau d’vacuation des fumes passant au dessus de la tablette de la chemine et y pntrant un peu plus haut dans la hotte.

La modernit entre dans la salle commune

L’apparition du fourneau dans les salles communes ne donna lieu aucune tentative de camouflage, au contraire, il reprsentait la modernit et deviendra un objet de raffinement.. Sa mise en place d’abord dans l’tre puis devant le cantou, transformera les habitudes.

Fini les causeries auprs de la chemine, plus de place au coin du cantou pour l’ancien et l’invit. Fini aussi pour la femme les rudes efforts pour accrocher la crmaillre la marmite pleine et lourde. Et pour elle, avec le fourneau apparat une nouvelle faon de cuisiner debout et avec une plus grande propret.

L’enfermement du feu a radicalement chang les modes de vie

DU FEU LIBRE AU FEU ENFERME
Le fourneau qui amliore la vie quotidienne
Le fourneau qui amliore la vie quotidienne

La diffusion grande chelle du fourneau de cuisine a contribu fortement l’amlioration des conditions de vie des populations du Czallier. Appareil de cuisine beaucoup plus performant que la cuisson au feu direct dans le cantou, le fourneau permettait de cuire plusieurs aliments la fois dans des rcipients divers : marmite, casserole, pole, bouilloire, cafetire…) poss sur la table suprieure.

Invent et brevet vers 1830, le fourneau trois ou quatre marmites est mont sur des pattes troites ou en forme de pattes d’animaux, courtes, pour faciliter le maniement des lourdes marmites.
Le fourneau en fonte d’abord un trou, puis trois trous reprsentait quelques innovations techniques simples, mais trs efficaces pour son utilisation quotidiennenotamment en milieu rural.

Sous le foyer se trouvait un tiroir o tombaient les cendres qui taient rcupres et mises de ct pour les grandes lessives. La porte du feu tait munie d’une tirette et sur le tuyau un volet permettait de rgler le tirage.
A l’avant une large platine recevaient ventuellement les escarbilles, qui sans elles tomberaient sur le sol rduisant par l-mme les risques d’incendie.

Une forme caractristique

Les fourneaux conomiques de cuisine devinrent aussi d’une grande varit de tailles et de formes. On retrouva donc dans les maisons rurales des fourneaux ronds, ovales, carrs ou allongs. Mais le modle qui s’est impos fut celui trois trous puis quatre trous avec ses quatre marmites. C’est ce qui lui donne cette allure vase l’avant et rtrcie l’arrire caractristiques des fourneaux de cuisine en fonte.

L’autre nouveaut fut l’enfermement du feu dans un meuble en fonte clos chauffant par rayonnement interne et non par flamme externe beaucoup plus efficace pour le chauffage. L’essor du fourneau fut donc fulgurant et vite adopt dans les campagnes.


Le fourneau de cuisine plus de 150 ans. On imagine difficilement aujourd’hui quel point il a modifi profondment les pratiques culinaires et le mode de chauffage, tout en suscitant de nouveaux besoins d’amnagement de la maison rurale.


En ville, le choix tait grand pour trouver son fourneau (photo vers 1930). Les quatre trous du vieux fourneau permettaient la fois de chauffer l’eau pour la lessive (photo vers 1960) et la cuisson du repas. Ce qui tait impossible dans la chemine traditionnelle.


La publicit dj... le fourneau de cuisine faisait rver

L’industrialisation en 1850 a engendr une croissance conomique qui a permis une forte production et une baisse rgulire des prix permettant d’largir considrablement la catgorie des consommateurs potentiels, y compris dans les campagnes. Les fonderies se mettent produire marmites, chaudrons, plaques de chemines et des fourneaux de cuisine en fonte. On voit apparatre des catalogues de vente, des illustrations et des cartes publicitaires...

Pour une famille paysanne l’achat a constitu une vritable transformation du mode de vie dans la salle commune en offrant des possibilits nouvelles : conomie de bois, meilleure scurit contre les incendies, bonne diffusion de la chaleur dans toute la pice, autre manire de cuisiner. Ce fut le dbut du confort domestique dans la maison rurale.

ARTS MENAGERS
La cuisinire bouscule les habitudes
La cuisinire bouscule les habitudes

Le fourneau de cuisine sera remplac au dbut du XXme sicle par la cuisinire qui offrait quelques fonctions nouvelles : un grand four de cuisson, la production d’eau chaude en permanence dans un bac intgr disponible par un robinet plac en faade : un luxe inestimable et nouveau.


Triste fin pour la plupart des cuisinires qui ont apport confort et chaleur dans les salles communes des maisons cantaliennes.

Ces cuisinires multifonctions furent conues pour permettre certains types de casseroles d’tre en contact direct avec le rayonnement de la combustion. Certaines cuisinires sont devenues des oeuvres d’art.

Au fil des dcennies, la cuisinire sera encore perfectionne et couverte d’un mail blanc ou de couleur. Certaines trnes encore dans les maisons mais la plupart sont dsormais relgues dans les granges et les greniers laisses leur triste sort aprs de bons et loyaux services.

La massive cuisinire bois et charbon devant le vieux cantou de la salle commune, abandonne, reste le tmoin d’un mode de vie rvolu


CUISINIERE EN EMAIL BLANC
L’apothose du foyer de cuisson devant le cantou
L’apothose du foyer de cuisson devant le cantou

La cuisinire en mail blanc a conquis tous les intrieurs dans les annes aprs la seconde guerre mondiale. La rsistance leve de l’mail la chaleur en faisait un matriau idal pour le revtement d’appareils de cuisson et de chauffage en ce temps de dveloppement des arts mnagers.Ce fut la dernire volution du fourneau de cuisine dans la salle commune de la maison paysanne.

La cuisinire blanche est devenue l’objet symbole du bien-tre au foyer cause des services rendus pour la cuisson des aliments, les facilits de son nettoyage et le chauffage plus efficace des grandes pices d’habitation.
La cuisinire au gaz viendra complter l’quipement moderne dans toutes les maisons du Czallier, terminant un cycle d’volution de prs de deux sicles du confort domestique de la grande salle commune.

Intrieurs dans la commune de Vze (2016)

Avec la cuisinire et la gazinire le cantou fait partie du pass. Il est dfinitivement ferm. Il n’est plus l’espace essentiel de la vie quotidienne (2016)


.

Le renouveau du cantou

Dans les maisons traditionnelles du Czallier qui ont conserv leur salle commune les cantous sont rouverts et se parent de nouveaux poles bois au foyer vitr pour le spectacle des flammes. D’un haut rendement calorifique et trs propre, ces poles offrent un confort thermique et une conomie d’nergie. Ils intgrent dsormais les cantous recrant l’ambiance d’autrefois. 

Aujourd’hui, les cantous accueillent les nouveaux poles bois 

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

Chenevrires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Cantal

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit