• NATURE ET GRANDS ESPACES

    Sur les Estives du Czallier

    Sur les Estives du Czallier proches du Signal du Luguet, l’histoire des pturages d’altitude se confond avec l’histoire humaine depuis plus de 600 ans. A dcouvrir et mieux (...)

  • PALHAS 2019

    Grand succs pour la rencontre-souvenirs sur la vie d’autrefois

    Une centaine de personnes ont particip la rencontre-souvenirs sur la vie d’avant dimanche 20 octobre Auriac-l’Eglise. Photos et tmoignages ont donn lieu des moments (...)

  • PALHAS 2019/AURIAC-L’EGLISE

    Rencontre indite, souvenirs et photos sur la vie d’autrefois

    Venez voquer vos souvenirs sur la vie d’avant avec une photo qui a du sens pour vous dans une rencontre conviviale et indite dimanche 20 octobre (15h) la salle polyvalente (...)

  • VIE PRATIQUE

    Les objets utilitaires qui habitaient la maison

    Chaque objet avait sa place en fonction de son utilisation dans la vie quotidienne de la famille. Un grand nombre d’entre eux s’entassait dans la salle commune. Et au fil des (...)

  • S’ECLAIRER

    Du feu de l’tre l’lectricit

    Pendant trs longtemps les anciens se contentaient des flammes de l’tre du cantou pour clairer la salle commune, autant dire une faible lueur plus on s’loignait de la chemine. (...)

  • IMAGIER FAMILIAL

    Quand la famille se raconte dans toute la maison

    Le dcor de la maison paysanne marquait durablement la fiert familiale en affichant joliment sous cadre, principalement dans la salle commune, des souvenirs intergnrationnels des membres de la (...)

  • VIVRE AU QUOTIDIEN

    La salle commune, pice de vie traditionnelle

    Jusqu’ la seconde guerre mondiale la vie de famille tait concentre dans la salle commune et devait donc satisfaire tous les besoins de la vie quotidienne. C’tait la pice o (...)

  • UNE LOGIQUE D’AGENCEMENT PRATIQUE

    Le buffet intgr

    La disposition comme l’agencement de la pice commune de la maison traditionnelle rpondaient une logique dicte par le mode de vie des habitants et le souci de ne laisser vacant aucun (...)

  • UNE HABITATION PRATIQUE

    Le plafond de la salle commune, un espace utilitaire

    Aucun endroit de la pice commune de la maison rurale n’tait perdu, pas mme le plafond soutenant l’tage suprieur. Dans le Cantal le plafond tait aussi un espace utilitaire (...)

  • LE TEMPS QUI COURT

    L’horloge Comtoise adopte dans le Cantal

    Droite ou violon, d’origine franc-comtoise, l’horloge tait quasiment prsente dans tous les intrieurs anciens, place gnralement face la porte d’entre de faon pouvoir (...)


Patrimoine L'eau
A+  A-    Imprimer

Les sources ferrugineuses

Le dpartement du Cantal est l’une des contres de France ou l’on observe le plus grand nombre de sources minrales acidules, salines et ferugineuses, mais la plupart fournissent trs peu de dbits et ne peuvent donc devenir objet d’une exploitation importante.
La prsence d’une dizaine de sources sales dans la valle de la Sianne n’est d’ailleurs pas un phnomne rare en Auvergne, mais il reste tonnant lorsqu’on le dcouvre au point d’mergence la surface de la terre.Prsentation des trois principales sources ferrugineuses du fond de valle.

COUPE JAMBES
Source de Chantejail
Source de Chantejail

La source, toujours rpertorie sur les cartes de l’IGN, est connue depuis fort longtemps par les habitants du secteur et bien au-del, Blesle et Massiac.

La source ferrugineuse du bois du four est situe dans un site sauvage en contrebas du village de Chantejail sur le ruisseau du Roulier entre Chazelles et Terret.

Entoure par un mur en pierre, ferme par une grille en fer, la rsurgence est par intermittence agite par des bulles de gaz. Canalise, l’eau arrive dans une sorte de rservoir carr en pierre recouvert d’une crote rouge sang signe de sa forte teneur en fer.

L’accumulation du gaz carbonique expuls vers la surface ne se concentre pas uniquement la source. Le phnomne se reproduit aussi dans le ruisseau du Roulier d’o s’chappent dans un mouvement perptuel des myriades de bulles gazeuses.

Au dbut du 20me sicle on pouvait se procurer l’eau gazeuse et ferrugineuse de Chantejail Blesle et Massiac. Les anciens qui se rappellent y avoir got disent que l’eau de cette source ouvre l’apptit, mais coupe les jambes de celui qui fait un gros effort aprs sa consommation . Elle semble meilleure avale sur place que ramene dans une bouteille.

De nombreuses familles de Chazelles et Terret se souviennent d’avoir bu l’eau de la source, les points d’eau n’taient pas trs nombreux dans cette partie de la valle. Mais il fallait la recueillir avec prcaution. "On prenait soin disent-elles de vider le rservoir pour laisser revenir une eau propre avant de remplir quelques bouteilles".

Si sa date d’exploitation artisanale est incertaine, l’on sait par contre que vers 1910, une femme de Massiac venait avec son cheval et sa carriole remplir des bouteilles qu’elle revendait sur le march.


L’EAU DE LA MINE
La source de la Pyronne
La source de la Pyronne

La source ferrugineuse bien cache dans le bois de Combalut (Feydit/Chanet), prs de l’ancienne mine d’antimoine, est connue depuis de nombreux sicles sous le nom de « Source de la Pyronne de Conches ».

Pour dcouvrir aujourd’hui la source de la pyronne, il faut emprunter le pont en dos d’ne sur la Sianne et suivre un troit chemin qui conduit mi-pente du versant prs d’une ancienne mine d’antimoine (Chanet/Feydit) dont l’ouverture porte encore le bois de soutnement de la galerie.

Un abri en pierre, autrefois ferm par un portail, protge la source. Au fond, une margle accueillait durant l’exploitation de la mine une statuette de la vierge, mise l par les mineurs.

La couleur rouge, au niveau de la rsurgence et de l’coulement des sources, est lie aux oxydes de fer forms lors du contact du fer dissous dans l’eau minrale avec l’oxygne de l’air.

Une description de 1828

L’dition de 1828 du Dictionnaire statistique du Cantal dcrivait ainsi la source de la Pyronne : "La source de la Pyronne, qui est trs anciennement connue, est situe vers la partie la plus basse d’un taillis de htres qui recouvre les pentes du communal de Combalu. A sa sortie du granite, elle est divise en plusieurs filets qui se runissent dans un petit bassin, au-dessus duquel est construite une cabane en maonnerie.

L’eau minrale est claire, limpide, inodore, d’une saveur piquante et agrable ; sa temprature est de plus de 10 degrs centigrades. On remarque sur son passage une boue rougetre assez abondante.

Les eaux de la Pyronne renferment de l’acide carbonique, du bicarbonate de fer, et de petites quantits de bicarbonates alcalins et terreux. On n’a point encore fait une analyse complte de ces liquides.

Les observations recueillies par les docteurs Farradesche-Chaubasse, Labranche et Mourguye, tendent prouver que ces eaux sont utiles dans l’atonie du tube digestif, la chlorose, la leucorrhe, le catarrhe vsical chronique et la convalescence des fivres intermittentes. Elles sont assez frquentes pendant la bonne saison : les buveurs trouvent des logements l’htel du Moulin-de-la-Pyronne. (lui est situ 400 mtres au dessous du communal de Combalu".

La source et sa fontaine inonde en permanence l’ancien carreau de l’ancienne mine d’antimoine

LA FONTAINE SALEE
Source de Favarde
Source de Favarde

La source du bois de Favarde, en partie canalise, facilement reprable par les traces rougetres qui marquent son passage sur la roche, est situe en fond de valle, non loin de la Sianne.

La fontaine sale de Favarde, accessible quelques mtres de la dpartemental du fond de valle, est communment appele par les anciens de Vze et de Moldes « la fontaine sale ».

Cette source est en partie canalise par un petit tuyau install par les utilisateurs des villages environnants. Le conduit laisse chapper en permanence un lger filet d’eau au fort got de sel.


PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitire

Modes de vie

Manger en commun

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit

Des pratiques religieuses collectives