• NATURE ET GRANDS ESPACES

    Sur les Estives du Czallier

    Sur les Estives du Czallier proches du Signal du Luguet, l’histoire des pturages d’altitude se confond avec l’histoire humaine depuis plus de 600 ans. A dcouvrir et mieux (...)

  • PALHAS 2019

    Grand succs pour la rencontre-souvenirs sur la vie d’autrefois

    Une centaine de personnes ont particip la rencontre-souvenirs sur la vie d’avant dimanche 20 octobre Auriac-l’Eglise. Photos et tmoignages ont donn lieu des moments (...)

  • PALHAS 2019/AURIAC-L’EGLISE

    Rencontre indite, souvenirs et photos sur la vie d’autrefois

    Venez voquer vos souvenirs sur la vie d’avant avec une photo qui a du sens pour vous dans une rencontre conviviale et indite dimanche 20 octobre (15h) la salle polyvalente (...)

  • VIE PRATIQUE

    Les objets utilitaires qui habitaient la maison

    Chaque objet avait sa place en fonction de son utilisation dans la vie quotidienne de la famille. Un grand nombre d’entre eux s’entassait dans la salle commune. Et au fil des (...)

  • S’ECLAIRER

    Du feu de l’tre l’lectricit

    Pendant trs longtemps les anciens se contentaient des flammes de l’tre du cantou pour clairer la salle commune, autant dire une faible lueur plus on s’loignait de la chemine. (...)

  • IMAGIER FAMILIAL

    Quand la famille se raconte dans toute la maison

    Le dcor de la maison paysanne marquait durablement la fiert familiale en affichant joliment sous cadre, principalement dans la salle commune, des souvenirs intergnrationnels des membres de la (...)

  • VIVRE AU QUOTIDIEN

    La salle commune, pice de vie traditionnelle

    Jusqu’ la seconde guerre mondiale la vie de famille tait concentre dans la salle commune et devait donc satisfaire tous les besoins de la vie quotidienne. C’tait la pice o (...)

  • UNE LOGIQUE D’AGENCEMENT PRATIQUE

    Le buffet intgr

    La disposition comme l’agencement de la pice commune de la maison traditionnelle rpondaient une logique dicte par le mode de vie des habitants et le souci de ne laisser vacant aucun (...)

  • UNE HABITATION PRATIQUE

    Le plafond de la salle commune, un espace utilitaire

    Aucun endroit de la pice commune de la maison rurale n’tait perdu, pas mme le plafond soutenant l’tage suprieur. Dans le Cantal le plafond tait aussi un espace utilitaire (...)

  • LE TEMPS QUI COURT

    L’horloge Comtoise adopte dans le Cantal

    Droite ou violon, d’origine franc-comtoise, l’horloge tait quasiment prsente dans tous les intrieurs anciens, place gnralement face la porte d’entre de faon pouvoir (...)


Patrimoine L'eau
A+  A-    Imprimer

La Sianne, notre rivire

La Sianne prend sa source comme sa sœur l’Allanche dans le Massif du Czallier oriental entre le Mont Chamaroux et le Mont du Luguet prs de 1500 mtres d’altitude, dans une « sagne » terrain marcageux, d’o vient son nom.

DESTIN
Un parcours de 33 kilomtres
Un parcours de 33 kilomtres

La Sianne prend sa source comme sa sœur l’Allanche dans le Massif du Czallier oriental entre le Mont Chamaroux et le Mont du Luguet prs de 1500 mtres d’altitude, dans une « sagne » terrain marcageux, d’o vient son nom.

Sur le bord des estives le cours de la Sianne est momentanment stoppe par une retenue artificielle formant "Le lac de la Terrisse. Son cours est alors divis en deux. Une partie de ses eaux est force dans une conduite pour alimenter une petite centrale lectrique. L’autre reprend le lit historique jusqu’ la chute de la cascade.

Aprs la cascade de La Terrisse, la Sianne traverse le bassin de La Tour. Pass le pont de Vze, elle pntre des gorges boises sauvages, profondes de 300 mtres.
A plusieurs reprises la petite rivire doit se frayer un passage entre les rochers qui l’obligent faire des boucles. Elle traverse alors un formidable territoire de nature sauvage. Aprs le hameau d’Allagnon, la Sianne quitte les gorges et serpente dans le fond de la valle, ses rives deviennent verdoyantes. En 10 kilomtres, elle est descendue de 600 mtres.

Tout au long de ses vingt cinq kilomtres, elle ne cesse de grossir, alimente par d’innombrables ruisseaux. A partir d’Auriac, la Sianne profite d’un parcours sans obstacle, aborde le dernier hameau de Chazelle dans la partie la plus large de la valle et finit son voyage en arrosant les potagers en aval de Blesle. En ces lieux, aux pieds des orgues basaltiques elle rejoint la Voireuse et se jette dans l’Alagnon, affluent de l’Allier au lieu-dit « Les trois rivires ». La Sianne a rempli son destin.


La retenue sur la Sianne la sortie des estives formant le lac de la Terrisse


Le lieu-dit les trois rivires. Fin du parcours de la Sianne

MILIEU ECOLOGIQUE
La Sianne, une rivire protger
La Sianne, une rivire  protger

Institu par le Ministre de l’environnement, le Contrat de rivire s’efforce de prendre en compte l’approche globale de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques l’chelle du bassin versant.
La Sianne se jetant dans l’Allagnon au Babory de Blesle, son bassin versant est donc un sous bassin de celui de l’Allagnon et contribue son dbit et sa qualit.

La faune et la flore de la valle de la Sianne refltent parfaitement de l’tat de sant de la rivire. Selon les quelques relevs d’information concernant la rivire, la qualit des eaux et le patrimoine cologique qui en dcoulent sont considrs comme une rfrence.

Les cours d’eau du bassin versant de la Sianne ont la rputation d’tre particulirement riches du point de vue piscicole. Les espces de truites fario, d’ombres communs, d’crevisses pieds blancs, de chabot, vairon et loches franches y sont prsentes naturellement. Ces poissons sont trs sensibles la dgradation de la qualit de l’eau et au respect de leur habitat.
Les paysages de la valle de la Sianne ont fait l’objet de plusieurs zones de classifications europennes « Natura 2000 » pour les richesses floristiques (orchides) et faunistiques (oiseaux) qu’elles renferment.

Le patrimoine bti li l’eau est trs dense et particulirement vari .Mais la qualit des eaux reste surtout le fruit d’une faible densit de la populationet d’une agriculture qui ne suit pas la course l’intensif. Toutefois, la question de l’assainissement l’chelle du territoire devra trouver dans les annes venir des solutions, puisque les communes ont dsormais l’obligation de mettre en oeuvre un projet d’assainissement adapt.

Entretien et restauration des berges

La valle de la Sianne est plus que jamais concerne par la restauration du milieu. Des travaux de restauration des berges notamment ont dj eu lieu en 2002 sur la commune de Blesle et sur d’autres secteurs d’intervention en 2003 sur Blesle et Auriac-l’Eglise.

Ces interventions sont de plus en plus ncessaires. Autrefois, la Sianne tait entretenue naturellement grce aux nombreuses activits de la population qui en dpendaient.

Aujourd’hui, les riverains n’utilisent presque plus la rivire pour leurs besoins, la valorisation du bois issu de l’entretien des berges ne prsente plus d’intrt conomique, les moulins se sont tus, les travaux d’entretien sont devenus coteux.

Faute d’entretien, la rivire sera encombre de dtritus de toutes sortes et les berges seront envahies par la vgtation. L’coulement des eaux sera rduit. Les fonctions biologiques se dgraderont avec la perte de la biodiversit conduisant rduire la qualit de l’eau. Enfin, l’attrait paysager et touristique de la valle diminuerait.

UNE POESIE DE 1889
Oh belle Sionne !
Oh belle Sionne !

Le frre Mizoule, instituteur Auriac-l’Eglise entre 1888 et 1899 et pote,a compos un hymne cette belle et attachante rivire : la Sionne, dvenue depuis la Sianne...

Promne doucement tes ondes fugitives
Dans le creux des vallons, sur le bord des chemins ;
<Mle ton bruit sonore ces voix si plaintives
Qui montent des grands bois de chnes et de pins,
Et qui parlent au cœur du dernier des humains.
Tel un ruban d’acier, ma belle Sionne !
En mandres nombreux tu contournes les bois,
Tu grondes, en courant, ainsi qu’une lionne,
Sans vouloir couter, de mille et mille voix,
Les suaves concerts qu’on entend quelquefois,

Fuis, rejaillis, cume en ton grand lit de pierre.
Chaque jour je te vois, non loin de ces coteaux,
Je t’entends murmurer une longue prire :
C’est l’hymne qu’au Seigneur adressent les ruisseaux
Qui s’en vont bruyamment sous de verts arbrisseaux,

C’est mon dsir, fais trve ta route lointaine.
Suspends pour un instant ton cours prcipit.
Du brave vigneron remplis donc la fontaine.
Arrose son verger l’hiver comme l’t.
Donne ses champs, fracheur, vie et fcondit.
Je le veux, rponds-moi ? Ne prends-tu pas ta source
Au pied de ces vieux monts, tout prs du Czallier ?
Ne vas-tu pas, non plus, au terme de ta course,
Te joindre l’Alagnon et descendre l’Allier,
Dont le flot ton flot dsire s’allier.
Sur tes bords toujours frais. agrable coureuse,
Frre Loubayre et moi nous venions nous asseoir.
Sans cesse, devant nous, gentille voyageuse,
Tu passais en chantant sans nous apercevoir.
Ton onde nous baignait cependant chaque soir.
Prs de toi nous gotions les charmes de l’tude.
Nos esprits, rchauffs, se rveillaient plus forts.
Nous quittions regrets l’aimable solitude
O la nature en fte et fconde en trsors,
Nous ouvrait son grand livre o je lis sans efforts.
Il est pour l’homme pur de charmantes retraites,
D’harmonieuses voix, des accords, des clameurs ;
Il est pour deux amis des dlices secrtes,
Des chants mystrieux, des bruits et des rumeurs
Que ton culte, Sionne ! a grav dans nos cœurs.

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitire

Modes de vie

Manger en commun

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit

Des pratiques religieuses collectives