• NATURE ET GRANDS ESPACES

    Sur les Estives du Czallier

    Sur les Estives du Czallier proches du Signal du Luguet, l’histoire des pturages d’altitude se confond avec l’histoire humaine depuis plus de 600 ans. A dcouvrir et mieux (...)

  • MANGER EN COMMUN

    Le banc Cantalien de la table tourtire

    La table Cantalienne tait encadre traditionnellement par deux longs bancs de bois sans dossier. Indissociable de la table de ferme, ils ont t remplacs par des chaises en paille ds lors que (...)

  • DEVOTION

    Le chapelet expos

    Le chapelet en grains de buis ou autres essences de bois prcieux tait souvent accroch bien en vidence dans la salle commune sur la faade de l’alcve ou de la chemine ils taient (...)

  • SOUS LE REGARD DE DIEU

    Les marques religieuses dans la maison

    La plupart des intrieurs anciens ont conserv la mme fidlit aux traditions hrites de sicles de pratiques religieuses : images pieuses, statues de la Vierge Marie, crucifix, bnitiers, (...)

  • VIVRE AU QUOTIDIEN

    La salle commune : un lieu de vie pratique (2)

    La salle commune des maisons paysannes de Haute-Auvergne refltent une conomie domestique bien pens du sol au plafond. Elle communique avec l’table spare par un simple cloisonnement (...)

  • RANGEMENTS PRECIEUX

    Le grand buffet

    Apparu la fin du 19me sicle, le grand buffet a intgr de nombreuses salles communes de la maison paysanne du Czallier. Les modles au corps du haut en retrait semblent tre plus anciens (...)

  • UNE LOGIQUE D’AGENCEMENT PRATIQUE

    Le buffet intgr

    La disposition comme l’agencement de la pice commune de la maison traditionnelle rpondaient une logique dicte par le mode de vie des habitants et le souci de ne laisser vacant aucun (...)

  • LA MONTEE AU LIT

    Le banc-coffre

    Le banc-coffre ou marchebanc, jamais pourvu de dossier, tait dispos devant l’alcve dont il avait la mme longueur. Indissociable des lits-clos comme de l’alcve, il permettait (...)

  • METTRE A L’ABRI

    L’enfilade de placards

    De nombreuses maisons rurales construites partir du 19me sicle intgrent frquemment dans la salle commune et dans les chambres de vastes boiseries-placards comprenant en faade jusqu’ (...)

  • LE TEMPS QUI COURT

    L’horloge Comtoise adopte dans le Cantal

    Droite ou violonne, d’origine franc-comtoise, l’horloge tait quasiment prsente dans tous les intrieurs anciens, place gnralement face la porte d’entre de faon  (...)


Patrimoine Le Bâti
A+  A-    Imprimer

Les murets en pierre sche

Hritage d’un monde rural ancestral, ce type de limitation des parcelles et des proprits protgeait la fois le btail et les cultures.

CIVILISATION PASTORALE
Une technique devenue un art populaire
Une technique devenue un art populaire

Aujourd’hui encore, malgr les remembrements qui ont transform les paysages, les murets de pierres sches ont laiss l’espace agricole en un patchwork de pices et de morceaux drisoirement petits parfois. Sur les plateaux proches de la valle de la Sianne peu de haies sur un talus bordant un foss ou un chemin creux, mais uniquement de la pierre.

Une multitude de petites parcelles sont enfermes dans un mur en pierre sche

Les plateaux de La Bouseloeuf entre les hameaux de La Rochette, La Bastide, Serre (Auriac-l’Eglise) et Le Bru (Charmensac), comme sur le plateau du Montignat (Blesle, Saint-Etienne-sur-Blesle) de trs longs tas de pierres amonceles, clturent les parcelles constitues pour la plupart la priode gallo-romaine. Les pierrements sont le rsultat de sicles d’accumulation qui ont transform les modestes murets des origines en de formidables remparts.

Les kilomtres de murets encore en tat qui sillonnent le territoire de la valle de la Sianne sont impressionnants. Ces murs de faible hauteur, prouvs par le temps, gardent toujours leur fonction de clture, mme-ci, ici comme ailleurs, les fils lectriques sont de plus en plus nombreux pour retenir les animaux.

La pierre sche est partout, mais lorsqu’elle est soigneusement empile pour former de longs murs, on comprend alors que c’est tout un art populaire qui s’est manifest durant plusieurs sicles.


.

Un labyrinthe de murs pour sparer les parcelles

PRATIQUE ANCESTRALE
Les limitations de parcelles en pierres
Les limitations de parcelles en pierres

En de nombreux endroits de la valle de la Sianne, l’espace est dcoup par des kilomtres de cltures en pierre sche. Ces murs, monts patiemment de gnration en gnration, sont en gnral de faible hauteur et forment par endroit un vritable labyrinthe protecteur.

Les murs en pierre sche sont particulirement nombreux sur le plateau de La Bastide (Auriac-l’Eglise), Jureuge (Laurie) et Le Montignat (Blesle).

Hritage d’un monde rural ancestral, ce type de limitation des parcelles et des proprits protgeait aussi le btail et les cultures.

Pour mettre en valeur des terres ingrates, les paysans se sont heurts la pierre affleurante qui devait tre te lors des labourages. Ces pierres sans cesse ramasses, venaient renforcer les murets sur les bords des parcelles.

Aujourd’hui prouve par le temps et les moyens mcaniques modernes, malmens par les intempries et le manque d’attention, les murs en pierre sche tmoignent des efforts raliss pour mettre en valeur un environnement vital pour l’homme. Ils nous parlent des bergers et des paysans, des pratiques agropastorales ancestrales, d’exigences imposs par le relief.

Se promener sur nos plateaux d’altitude couvert de murets en pierre sche, c’est l’assurance de plonger dans la vrit du monde rural quand la pierre tait la fois un obstacle mais galement indispensable.


RENDRE FERTILES
Les amas d’pierrages
Les amas d’pierrages

Les amas d’pierrages sont trs nombreux dans les zones de plaine o de terrasses. Ce sont pour la plupart de simples tas l’extrmit des champs, sur les rebords des plateaux. Ils sont les tmoins de l’pierrage intensif des terres de la valle de la Sianne depuis des temps trs reculs.

Devant ces tas de pierres encore observables ici et l, on peut facilement imaginer les bergers ou vachers tuant le temps en gardant les troupeaux, et les paysans durant la mauvaise saison extirpant patiemment les pierres pour rendre les terres receptives la culture et propices aux ptures.
Les amas de pierres ont donc une histoire, celle du labeur quotidien des populations d’autrefois.



SAVOIR-FAIRE
Prservation du patrimoine de la pierre sche
Prservation du patrimoine de la pierre sche

Sur le versant oriental du Czallier les murs en pierre sche se comptent par centaines de kilomtres. La restauration de ce patrimoine fait l’objet de stages qui font dcouvrir des techniques et des savoir-faire. Les stagiaires muraillers sont forms au maniement de l’outillage. Ils reoivent des notions essentielles de la construction en pierre sche.

Images sur un stage organis Auriac-l’Eglise


.

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitire

Modes de vie

Manger en commun

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit

Des pratiques religieuses collectives