• NATURE ET GRANDS ESPACES

    Sur les Estives du Czallier

    Sur les Estives du Czallier proches du Signal du Luguet, l’histoire des pturages d’altitude se confond avec l’histoire humaine depuis plus de 600 ans. A dcouvrir et mieux (...)

  • PALHAS 2019

    Grand succs pour la rencontre-souvenirs sur la vie d’autrefois

    Une centaine de personnes ont particip la rencontre-souvenirs sur la vie d’avant dimanche 20 octobre Auriac-l’Eglise. Photos et tmoignages ont donn lieu des moments (...)

  • PALHAS 2019/AURIAC-L’EGLISE

    Rencontre indite, souvenirs et photos sur la vie d’autrefois

    Venez voquer vos souvenirs sur la vie d’avant avec une photo qui a du sens pour vous dans une rencontre conviviale et indite dimanche 20 octobre (15h) la salle polyvalente (...)

  • VIE PRATIQUE

    Les objets utilitaires qui habitaient la maison

    Chaque objet avait sa place en fonction de son utilisation dans la vie quotidienne de la famille. Un grand nombre d’entre eux s’entassait dans la salle commune. Et au fil des (...)

  • S’ECLAIRER

    Du feu de l’tre l’lectricit

    Pendant trs longtemps les anciens se contentaient des flammes de l’tre du cantou pour clairer la salle commune, autant dire une faible lueur plus on s’loignait de la chemine. (...)

  • IMAGIER FAMILIAL

    Quand la famille se raconte dans toute la maison

    Le dcor de la maison paysanne marquait durablement la fiert familiale en affichant joliment sous cadre, principalement dans la salle commune, des souvenirs intergnrationnels des membres de la (...)

  • VIVRE AU QUOTIDIEN

    La salle commune, pice de vie traditionnelle

    Jusqu’ la seconde guerre mondiale la vie de famille tait concentre dans la salle commune et devait donc satisfaire tous les besoins de la vie quotidienne. C’tait la pice o (...)

  • UNE LOGIQUE D’AGENCEMENT PRATIQUE

    Le buffet intgr

    La disposition comme l’agencement de la pice commune de la maison traditionnelle rpondaient une logique dicte par le mode de vie des habitants et le souci de ne laisser vacant aucun (...)

  • UNE HABITATION PRATIQUE

    Le plafond de la salle commune, un espace utilitaire

    Aucun endroit de la pice commune de la maison rurale n’tait perdu, pas mme le plafond soutenant l’tage suprieur. Dans le Cantal le plafond tait aussi un espace utilitaire (...)

  • LE TEMPS QUI COURT

    L’horloge Comtoise adopte dans le Cantal

    Droite ou violon, d’origine franc-comtoise, l’horloge tait quasiment prsente dans tous les intrieurs anciens, place gnralement face la porte d’entre de faon pouvoir (...)


Patrimoine Les Activités
A+  A-    Imprimer

L’levage du mouton

AU PACAGE
Le temps du gardiennage des troupeaux
Le temps du gardiennage des troupeaux

C’est la course l’herbe qui guidait le berger pour conduire son troupeau d’un pacage un autre notamment aux abords des estives prs des Brches de Giniol, sur le plateau de Lair de Laurie ou encore sur celui du plateau du Bru de Charmensac..


cc

Qu’on gardait des chvres, des moutons ou encore les vaches, il fallait en permanence tirer profit de la diversit d’une offre fourragre sur son territoire afin d’assurer une alimentation suffisante ses btes pour avoir une bonne production laitire.

Garder les vaches la belle saison tait souvent le travail des enfants qui partaient pour la journe. Le gardiennage des chvres pouvait tre confi aux vieux. La garde des moutons et des chvres demandait un certain savoir-faire car il ne suffisait pas d’emmener le troupeau, il fallait tre autonome, connatre les varits fourragres, guider les btes, les empcher souvent de dpasser les limites des communaux ou des montagnes l’estive. Le gardiennage collectif fut aussi pratiqu dans la plupart des hameaux du Czallier.

Le dernier berger de Charmensac tait Monsieur Clestin Mazin qui gardait jusqu’ trois troupeaux (un seul lui appartenant). Le soir venu, les moutons se rpartissaient d’eux-mmes en trois units, lors du retour au village et rentraient dans leurs tables-bergeries respectives. 

Le recul du pastoralisme induit une profonde modification des pratiques dans des pturages clos.

c

ELEVAGE LOCAL
Le bizet, la brebis du pays de Sianne
Le bizet, la brebis du pays de Sianne

Au fil des sicles, chaque rgion a accueilli un type de mouton conforme aux exigences du terroir. Pour la valle de la Sianne, ce fut le bizet, une race particulirement bien adapte au pays..


Relanc en 1996, le bizet, malgr son pass prestigieux multi centenaire, a du mal a repeupler la campagne auvergnate.

Ne entre Sainte-Florine et Massiac, cette race de brebis de chez nous tait leve autrefois par la plupart des bergers de la valle de la Sianne.

Le bizet, brebis dote d’un caractre facile, ne rechigne pas au travail. Docile, elle est une bonne mre et peut vaquer l’air libre toute l’anne. Peu gourmande en priode sche, mais affame si l’herbe est abondante, ce fut la bte idale pour les espaces varis de la valle de la Sianne.

Le bizet est facilement reconnaissable a sa tte fine chanfrein busqu et sa face noire qui porte une liste blanche. Ses membres sont fins et solides, noirs avec des balzanes blanches. Les agneaux naissent noirs et blanchissent ensuite. Le bizet avait son march spcifique Massiac.Un seul exploitant assure dsormais sur notre territoire l’levage du bizet (Trmoulet, plateau de La Bastide)


SURVEILLANCE MOBILE
La cabane de berger
La cabane de berger

Tsabona di pastre (prononciation locale), Chabana del pastre (occitan). Pour passer la nuit au milieu des pturages de montagne, proximit de ses btes rassembles au parc, le berger disposait d’un abri mobile rudimentaire : la chabonne.

L’levage du mouton tait jusqu’ la moiti du XXme sicle une activit prsente dans chaque village sur le versant oriental du Czallier. Le mtier de berger s’exerait dehors et par tous les temps.Grce ses roues et au timon, le berger pouvait dplacer sa cabane au fur et mesure de la rotation du parc. Ce qui tait bien pratique. La cabane avait t conduite de la ferme aux pturages par deux boeufs attels.

Gure plus confortable qu’une niche chien, le berger disposait toutefois d’un endroit ferm pour se reposer et rassembler quelques objets personnels et des victuailles.

Dans ce refuge fait de planches, le berger avait juste la place de se coucher. Il y accdait par une porte coulissante. Certaines cabanes possdaient aussi une petite fentre d’aration.

Cette roulotte fut d’abord recouverte en chaume. Par la suite beaucoup seront recouvertes en zinc. Dans cet espace clos l’isolation thermique tait inexistante et en cas de grle le martelage de la tle tait insoutenable.


HABITAT RUDIMENTAIRE
Le lit clos mobile du berger
Le lit clos mobile du berger

La technique de fumure des prairies et des ctes par les moutons parqus pendant la nuit loin de la ferme obligeait le berger pratiquer un levage ambulant. Il devait donc coucher prs de son troupeau dans un habitat mobile rudimentaire souvent baptis en Auvergne « le carosse ».

L’on sait par les documents d’archives que la cabane de berger existait dj la fin du Moyen-Age dans nos contres.

Toute les parties de la cabane comme l’atteste les spcimens inventoris dans le Czallier taient ralises en planches. Pose sur un chssis rectangulaire de deux mtres par un mtre, monte sur deux roues de char, raidie par des traverses d’un bois rsistant, la cabane de berger y tait fixe solidement.

Les parois et la toiture taient gnralement en sapin cloues sur la structure de base. La couverture deux pentes (parfois une pente) tait souvent en chaume, puis au 20eme sicle en tle ou en zinc. La porte d’accs l’intrieur du modeste abri, coulissante, s’ouvrait sur une des parois latrales.
Sous le longeron du chssis tait fixe le porte essieu qui recevait l’axe des roues. Aprs avoir t mont les roues en bois, pleines ou rayonnes, il ne restait plus qu’ atteler la cabane en fonction du lieu de pturage.

Durant l’hiver, la cabane tait installe dans certaines fermes dans un coin de l’table pour que le berger profite de la chaleur de ses btes. Dans le Czallier il n’existait pratiquement pas de btiments affects l’usage exclusif du mouton. La plupart du temps les btes taient loges dans l’table, spares des vaches par des claies en bois. Souvent nourris sur les ptures communales durant l’hiver, l’table servait seulement faire coucher les moutons pendant les nuits froides.

Mais depuis bien longtemps, dans les annes 1950 selon les anciens du pays, la cabane de berger est tombe en dsutude. Certaines ont t converties en clapier ou poulailler, d’autres ont t remises dans un coin de la grange. Beaucoup ont train dehors et ont progressivement pourris. Ce lit clos mobile du berger est dsormais introuvable

PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

L’usage du feu dans la maison traditionnelle

L’eau dans la salle commune

Le temps du couchage

Ranger et conserver

La conscription

Production laitire

Modes de vie

Manger en commun

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Czallier cantalien

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse

Les objets de pit

Des pratiques religieuses collectives