Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283 Cézallier: le patrimoine de la vallée de la Sianne en Auvergne (Cantal/Haute-Loire)
  • ENERGIE HYDRAULIQUE

    Canaliser la force de l’eau pour les moulins

    La plupart des moulins taient construits l’cart de la Sianne ou de ses affluents, ils captaient l’eau par un bief d’amont. L’nergie hydraulique mettait en oeuvre les (...)

  • ELEVAGES COMPLEMENTAIRES

    Les loges porcs

    Indpendantes ou attenantes au buron ou au vdlat, les loges porcs spares en plusieurs compartiments indpendants taient de vritables petites maisons difies avec soin, toujours bien (...)

  • SALLE COMMUNE

    Pole et cuisinire remplacent le cantou (4)

    L’arrive du pole la fin du 19me sicle qu’on ne cherchait nullement camoufler pris place dans le cantou ou devant celui-ci. Plus tard il sera supplant par le fourneau et (...)

  • SALLE COMMUNE

    Le cantou, l’espace des vieux (3)

    Au milieu du 19me sicle, avec l’amlioration des conditions de vie des paysans et l’organisation de la salle commune, trs vite va se gnraliser l’habitude de disposer un (...)

  • SALLE COMMUNE

    La tablette du cantou (2)

    L’tre de la maison paysanne du Czallier tait toujours surmont d’une tablette en bois massif gnralement couverte d’un volant de tissu color ou de dentelle. Cet espace (...)

  • SALLE COMMUNE

    Le cantou, le coeur de la maison traditionnelle (1)

    On ne pouvait pas vivre sans feu dans la maison, y compris en t, pour la cuisson des aliments et la production de chaleur l’hiver. Le cantou tait donc le coeur de la vie familiale, (...)

  • MOLEDES

    La tour carre de Colombine : aspects intrieurs (3)

    La tour de Colombine possde quatre niveaux intrieurs. Malgr ses proportions modestes et l’exiguit des pices, la tour tait habite au XIIme sicle, un espace de vie spartiate, (...)

  • MOLEDES

    La motte castrale de Colombine (1)

    La motte de Colombine sur laquelle se dresse encore firement une tour carre en pierre se trouve plus de 1000 mtres d’altitude et domine la valle de la Sianne. La partie ouest (...)

  • PEYRUSSE

    Chteau de Peyrusse-Haut

  • VEZE

    Le chteau des Fortuniers

    Le chteau des Fortuniers non loin du bourg de Vze a compltement disparu depuis plusieurs sicles. Sur son emplacement un oeil exerc peut remarquer encore les traces de son (...)


Patrimoine Le Bâti
A+  A-    Imprimer

Burons du Czallier oriental

Le versant oriental du Czallier est piqu de burons aux noms enracins dans le terroir. Habitats temporaires d’altitude durant l’Estive, ces burons sont semblables aux autres constructions des montagnes de Haute-Auvergne, conus pour rsister au vent et aux rudes hivers.
Une vingtaine de burons plus ou moins en bon tat s’grennent le long de la Sianne sur les diffrentes "Montagnes".
Tous les burons proches de la Sianne sont dans le Parc Naturel Rgional des volcans d’Auvergne et sont implantes plus de 1100 mtres d’altitude : buron de Tioulouse-haut (1471m) le plus haut du Massif du Czallier, buron de Sianne-la plaine (1392m), buron de la Fauconnerie (1340m), buron de sianne-haut (1340m), buron de Chirol (1379m), buron de Moudre (1292m), buron de Sianne-bas (1275m), buron de La Vazze (1270m), buron du Bostberty (1288m), buron de Fortuniers-haut (1272m), buron de Fortunier-bas (1234m), buron de Villeneuve-haut (1247m), buron de Margemont (1216m), buron du Troucou (1147m), buron de Giniol (1212m), buron de Baladour (1195m), buron de Choisy (1189m)...

INVENTAIRE
Les trois types de burons du Czallier
Les trois types de burons du Czallier

Lors d’un inventaire architectural de prs de 200 burons du Czallier en 1989 par les architectes Philippe Magentis et Vincent Trinh, il ressort certains traits communs permettant une classification : un module de base fromagerie-cave, une superposition au module de base formant un volume en hauteur et un troisime type quand le vdlat est attenant au module de base dans un mme corps de btiment.

Si l’on repre trois types de burons sur les montagnes du Czallier, sur de nombreux sites, l’inventaire a fait remarquer que plusieurs types de burons se ctoient, formant ainsi frquemment des « villages de burons », attestant d’une utilisation collective de ces montagnes.

Le buron vdlat spar (23%)

C’est le module de base des burons du Czallier avec fromagerie et cave soit contigus, soit superposes. Peut-tre adjoint un vdlat spar. Ces burons sont de petite taille avec une toiture faible pente, couverts l’origine en lauze poses directement sur la vote. Leur implantation dpend d’un compromis entre l’exposition et le besoin d’enterrer la cave.

La porte pignon de petite dimension, souvent surmonte d’un fenestrou, donne directement dans la fromagerie vote, d’une hauteur sous cl de 2,50m en moyenne. Le sol est en terre battue. La chemine dans le pignon d’entre est dsaxe.

On pntre dans la cave par une porte ouverte dans le mur de refend face l’entre. Cette cave est vote, le sol est en terre battue, une ventilation est pratique au nord-ouest.

La plupart de ces btiments sont construits sur des sites mentionns sur le cadastre napolonien du dbut du 19me sicle. Quelques uns taient dj indiqus sur la carte de Cassini au 18me sicle.

L’inventaire architectural situe principalement ce type de buron sur le territoire des communes de Saint-Alyre-es-Montagne, Compains, Vernol, Dienne et Anzat-le-Luguet.

Le buron vdlat intgr en hauteur (43%)

Sur l’unit de base du buron de la fromagerie-cave sur un mme niveau se superpose le vdlat donnant au buron un aspect vertical en hauteur. Il est implant de prfrence perpendiculaire la pente permettant ainsi un accs ais au vdlat.

Certains btiments ont des dimensions importantes avec parfois plus de 20 mtres de faade. La toiture est deux pentes. L’accs orient de prfrence sud-est se fait par une porte en pignon surmonte parfois d’une imposte ou d’un fenestrou donne directement dans la fromagerie vot. Le sol est en terre battue ou parfois d’un dallage de pierre ou de ciment. La chemine s’appuie sur le mur pignon d’entre. La cave vote est toujours contigu la fromagerie. Deux fenestrous dans le pignon nord-ouest la ventilent. Un placard prsure est amnag entre les deux ouvertures.

Ce type de buron est toujours isol dans sa montagne manifestant une exploitation individuelle.
Plus de la moiti des burons inventoris sont construits sur des sites mentionns sur le cadastre napolonien. Prs d’un quart de ce type de burons tait dj mentionn sur la carte de Cassini au 18eme sicle.

Ces btiments sont gnralement situs sur le territoire des communes de Landeyrat, Saint-Saturnin, Vernol, Chavagnac, Pradiers, Anzat-le-Luguet, Vze.

Le buron vdlat intgr terre (34%)

A l’unit de base fromagerie-cave est accol le vdlat formant un seul et mme btiment (Villeneuve-Bas, Moudre, La Vigouroune...). Ces difices, l’aspect de ferme, comprennent gnralement une grange au-dessus du vdlat qui prend ici des allures de vaste table.

Ces burons de trs grande dimension, jusqu’ 50 mtres de longueur par 10 mtres de largueur, sont tous implants paralllement aux courbes de niveaux, l’accs se faisant par la faade de prfrence orient au sud. Le toit deux pentes est couvert en ardoise et souvent complt d’une ou deux croupes.

La fromagerie se situe l’extrmit du btiment. La cave est gnralement rapporte l’arrire ou quelquefois place sous la fromagerie accessible alors par une trappe (Moudre). A l’tage, souvent une ou deux fentres derrires lesquelles sont amnages des chambres

Ces burons sont essentiellement localiss sur le territoire des communes de Montgeleix, Marcenat, Pradiers, Vze, Moldes, Anzat-le-Luguet.

HABITAT D’ESTIVE
Les trous-cabanes, anctres des burons
Les trous-cabanes, anctres des burons

Autour des burons en pierre actuels o sur les crtes alentours, on remarque encore des creux nigmatiques. Ce sont d’anciens habitats temporaires, anctres de burons construits par la suite en pierre. Et ce sont les archologues qui les ont appel « trous de cabane », constructions sommaires implantes dans un dcaissement du sol.

Ces cavits et ces bourrelets sont particulirement bien reprables dans les herbages du Czallier sous les clairages rasants que soulignent les microreliefs, ainsi qu’au printemps lorsque la neige qui s’est accumule dans les dpressions laisse apparatre des enfoncements.

Ces creux de cabanes sont visibles notamment prs des burons de Villeneuve-haut, sur la Montagne de la Jarrige et des Fortuniers, Vins-Haut, Anzat-le-Luguet non loin de la Sianne. Ils sont trs reprables dans le paysage de certaines « Montagnes » sous forme d’alignements de cavits herbages, en chapelets paralllement aux courbes de niveau.

Ces cabanes sont les premiers burons qu’on utilisait en certains endroits jusqu’au 19me sicle. Monsieur Job, n Moldes en 1885, interrog pour une enqute en 1952, datait la disparition des burons creuss dans le sol sur les « Montagnes » du Czallier oriental aux annes 1890-1900. Les deux types de burons ont donc pu cohabiter par endroit sur nos estives.

Dans les « Montagnes » lait, les ptres-paysans creusaient dans le sol un trou peu profond autour duquel ils difiaient des murs de mottes gazonnes, quelques piquets de bois pour former une charpente qu’ils recouvraient le plus souvent de mottes d’herbe tournes vers l’intrieur. Ces anctres des burons, faits de terre, bois, pierres et mottes de gazon qui provenaient d’un environnement proche, taient simples travailler avec les outils de tous les jours et faciles renouveler car la plupart taient prissables.

Les btiers vivaient donc « sous la motte », selon une expression courante au 19me sicle dans notre rgion.

A ct de cette hutte rudimentaire ils en construisaient trois autres qui servaient de cave fromage, d’table veaux, de loge cochon. Rgulirement ils changeaient l’emplacement pour fumer les diverses parties des pturages, enlevaient les portes des cabanes, arrachaient les bois (prcieux cette altitude) qui maintenaient le toit et ils allaient creuser ailleurs de nouveaux trous sans combler ceux qu’ils abandonnaient. A quoi bon ! La mobilit des abris permettait par ailleurs l’implantation successive dans des secteurs choisis pour fumer la montagne.

Les intempries on l’imagine soumettaient tout l’difice des contraintes particulirement svres. Les toitures en particulier souffraient chaque anne du poids de la neige durant plusieurs mois, tandis que les parois en partie creuses dans le sol taient endommages par les infiltrations et le ruissellement. Ce genre de btiment ne pouvait tre que de courte dure et on en changeait donc souvent comme le rappellent les nombreux entonnoirs dans les pturages d’estive.

De cette pratique subsiste de petits fosss que l’on peut observer dans la « Montagne » de Vze, Pradiers et Anzat-le-Luguet. Certains de ces trous ont pu servir de base des constructions ultrieures de certains burons de pierre que nous connaissons. Ces constructions rationnelles en dur sont en fait les rpliques pastorales qui existent depuis le 13me sicle dans le Czallier.

Il existe aussi ici et l des trous de taille rduite isols au milieu des herbages, et certains de ces trous parpills peuvent avoir t de simples abris plus ou moins improviss et mobiles que les ptres construisaient pour se protger momentanment des intempries, la faon de ces nombreuses cabanes en pierre sche que nous trouvons sur les plateaux d’Auriac-l’Eglise, de Blesle, de Charmensac et Peyrusse.

Reconstitution des trous de cabanes l’exposition "Enqute sur l’histoire d’une montagne Cantalienne" au Muse d’art et d’archologie d’Aurillac (2013)

FONCTIONNALITES
Des btiments d’altitude et des contraintes
Des btiments d’altitude et des contraintes

Lie la fabrication et la conservation du fromage, la construction d’un buron tait soumise des contraintes difficiles concilier entre elles : l’humidit, la fracheur et l’obscurit.

-l’humidit : la production du fromage amenait une humidit importante l’intrieur du btiment, renforce par son enfouissement. Une rigole d’vacuation au sol de la fromagerie et la ventilation par un fenestrou taient indispensables.

-la fracheur : la conservation du fromage demandait une fracheur constante d’environ 12 degrs. Le caractre souterrain de la cave y contribuait en grande partie, complt par l’utilisation de la vote en pierre reconnue pour ses qualits thermiques. La prsence d’un volume l’tage et l’ombre prodigue par quelques arbres compltaient ce dispositif.

-l’obscurit : elle tait absolument ncessaire dans la cave pour une bonne volution des fromages.


ESPACE DE VIE ET DE TRAVAIL
Procds de construction et matriaux adapts l’estive
Procds de construction et matriaux adapts  l’estive

Pour construire des btiments fonctionnels adapts l’altitude, la rudesse du climat, les burons en pierre depuis le 18me siecle rpondent un certain nombre de critres : vote en berceau, murs pais, charpente rsistante, couverture en lauze, chemine intgre, ouvertures discrtes. Un savoir-faire qui a permis un grand nombre de burons d’tre toujours debout.

Votes en bereau
Les votes utilises dans les burons du Czallier sont des votes en berceau. Bien que ncessitant une main d’oeuvre importante, elles permettaient l’emploi de matriaux trouvs proximit, l’assurance d’une bonne rsistance au temps et aux intempries et pour sa forte inertie thermique. La vote se montait en pierre sche sur un coffrage cintr en planches jusqu’ la cl de vote.

Murs pais
Btis en pierres lies la terre ou assembls au mortier de chaux, les murs des burons sont de forte paisseur jusqu’ 1,20m leur base avec des pierres prleves sur place.

Charpentes rsistantes
Les charpentes pour soutenir le toit du buron ont fait leur apparition avec les vdlats afin de pouvoir mnager un volume important l’tage. Elles sont en majorit composes de couples de bois de sapin.
La pente tait en gnral de l’ordre de 45 degrs. L’assemblage entre l’arbaltrier et la jambe tait renforce par une jambette. Sur les arbaltriers tait pose un pais douellage qui recevait la couverture.

Couvertures en lauze
Lauzes de shiste et ardoises se sont partages les couvertures des burons. Un trou tait pratiqu dans la lauze qui venait alors s’accrocher sur une cheville de chne fixe dans le douellage.
L’ardoise a t galement largement utilis sur les burons-fermes car elle prsentait l’avantage d’tre moins lourde et moins onreuse. Utilise gnralement sur les constructions les plus rcentes, dans les travaux de rfection, et en substitution progressive des anciennes lauzes. Ce qui donne certains toits des couvertures panaches.
Plus rcemment, de nombreux toits de burons ont reu de la tle ondule ou du bac acier, permettant malgr tout d’en prserver un certain nombre.

Chemines intgres
On faisait du feu dans tous les burons pour avoir de l’eau chaude pour nettoyer le matriel, pour la prparation des repas et pour se chauffer parfois. La chemine, intgre au btiment ds sa construction n’tait jamais implante dans le mur de sparation de la fromagerie et de la cave, elle se situait toujours dans le mur pignon, qui comportait le conduit. Le feu pouvait tre fait directement dans la chemine, mais le plus souvent dans une cuisinire en fonte ou en tle maille.
La partie haute du conduit, la souche en pierre, pouvait prendre diffrentes formes. Gnralement dans le prolongement du mur pignon, dans l’axe du fatage ou dcal sur l’un des deux versants de la toiture.
Des lauzes formant larmiers taient prises dans la maonnerie et disposes de manire assurer l’tanchit au raccord de la couverture.

Ouvertures discrtes
Dans les plus anciens burons, aucune ouverture n’tait pratique sur l’extrieur en dehors de la porte d’entre. Les fentres que l’ou trouve sur certains btiments rvlent leur constructions beaucoup plus tardive.
En effet, dans les btiments vots, l’amnagement d’une fentre travers l’extrados de la vote ncessitait la ralisation d’une voussure, une opration complexe dans un mur traditionnel

Donne-jour ou fenestrou
La plupart du temps on les trouvait sur le linteau de la porte d’entre. Ce petit donne-jour ne comportait jamais de menuiserie. Il servait en mme temps ventiler la fromagerie ou la cave, clairer et laisser chapper la fume. Souvent un barreau mtallique protgeait l’ouverture.

Porte d’entre unique
La porte d’entre du buron est gnralement situe diffremment selon l’orientation du btiment, toujours par rapport la courbe de niveau :
-sur le long pan si le buron est parallle
-sur le pignon s’il est perpendiculaire
Cette ouverture donne accs travers l’pais mur de pierre directement la fromagerie qui est aussi l’espace de vie des buronniers.
Les jambages et le linteau sont en pierre de taille . Les encadrements sont simplement raliss. Une date grave sur le linteau indique parfois l’anne de construction.
On constate toutefois que plus les burons sont anciens, plus la porte d’entre est restreinte. Les seuils sont quelquefois plus haut que le sol, une grosse pierre facilite alors l’accs l’intrieur.
La porte du buron est gnralement faite de simples planches fixes par de gros gongs scells dans le mur. Elle s’ouvre toujours sur l’intrieur dans une large embrasure. La poigne est faite d’un morceau de bois ou bien d’un crochet en fer.
En ces lieux d’estive, pas de recherche d’esthtisme particulier la diffrence des portes d’entre des maisons des villages.

INVENTAIRE
Datation des burons proches de la Sianne
Datation des burons proches de la Sianne

L’inventaire des burons du Czallier de 1989 par les architectes Magentis et Trink a relev les dates inscrites sur les burons visits. Il permet d’tablir une chronologie des diffrentes familles de burons sur le Czallier et leur typologie, notamment dans le territoire proche du bassin versant de la Sianne et de ses affluents.

- Buron vdlat spar (1782 1826), petite taille, construction et organisation simple
(Chirol (Anzat-le-Luguet, 1379m), Sianne-bas (Anzat-le-Luguet, 1275m), Sianne-haut (Anzat-le-Luguet, 1370m), Sianne-la-Plaine (Anzat-le-Luguet, 1292m), Le troucou (Vze, 1147m), Coudour (Vze, 1247m)

- Buron vdlat intgr en hauteur (1804 1908), grand btiment, fonctions regroups sous le mme toit, prsence parfois sur des zones inaccessibles, tmoins du dveloppement de l’exploitation des montagnes lait.
Le Baladour (Feydit/Allanche, 1195m), Fortuniers-bas (Vze, 1241m), La Vigouroune (Vze, 1275m), La Fauconde (Anzat-le-Luguet, 1405m), Villeneuve-haut (Vze, 1282m), Villeneuve-bas (Vze, 1212m), Margemont (Moldes, 1279m), Chazelou (Vze, 1271m), Le chteau (Vze, 1215m), La Souchoune (Pradiers, 1286m)

- Buron vdlat intgr terre (1829 1947), l’organisation des fonctions se rapproche de la ferme. Btiments imposants localiss sur la partie sommitale de la montagne
Paillassre-bas (Anzat-le-Luguet, 1397m), Tioulouze-haut (Anzat-le-Luguet, 1460m), Le Caire (Vze, 1346m), Fortuniers-haut (Vze 1272m), Moudre (Vze, 1292m), La Souche-basse (Vze, 1270m)...

ESPACE DE VIE ET DE TRAVAIL
La fromagerie, la salle commune des buronniers
La fromagerie, la salle commune des buronniers

La fromagerie tait le principal espace de vie et de travail au personnel du buron. Cette pice essentielle du buron avait une double particularit, celle d’tre le lieu de fabrication du fromage et aussi de salle commune pour les repas des buronniers et souvent de chambre pour le vacher.


On accdait gnralement la fromagerie d’un buron par une porte basse de plain-pied directement depuis l’extrieur. Le faible clairage ainsi que la ventilation taient assurs par un donne-jour, ou fenestrou, et parfois une simple imposte.
Dans certaines fromageries, une ou deux petites fentres apportaient un surcroit de lumire. Dans la plupart des cas, la fromagerie tait vote.

Le sol de la fromagerie tait soit en terre battue ou bien recouvert d’un dallage en pierre. Une chemine tait implante contre le pignon. Une niche murale avec ou sans porte servait conserver quelques denres alimentaires et quelques bouteilles.

Tout l’outillage ncessaire la fabrication du fromage se trouvait concentr dans la pice, de mme que la table manger, les bancs, la cuisinire bois. On trouvait aussi des tagres, des crochets mtalliques pris dans la maonnerie qui servaient de support une barre laquelle taient accrochs les saucissons, jambons, pices de lard, cloches. Certains burons possdaient de grands bacs en pierre, rendus ncessaire par l’loignement du point d’eau.
Dans un coin de cette salle commune-fromagerie, tait plac le lit du vacher. La fromagerie tait donc durant toute la priode de l’estive le centre de vie et de travail de la montagne.


EXPACE DE VIE ET DE TRAVAIL
La cave fromage
La cave  fromage

La cave fromage tait le lieu du buron qui bnficiait le plus d’une construction parfaitement adapt la bonne volution des tomes. D’une bonne cave, la fois fraiche et bien are dpendait la qualit de la production fromagre. On comprend pourquoi la cave du buron devait rpondre de nombreuses exigences.

Destine la conservation du fromage produit sur place, la cave ncessitait une temprature frache et constante (12 degrs environ). Pour obtenir cette temprature, notamment durant l’estive, on employait la vote procurant par sa masse une forte inertie thermique, d’autant plus si cette partie du buron tait totalement ou partiellement enterre.

Suivant la topographie du terrain, la cave pouvait tre implante diffremment. Lorsque le terrain prsente une dclivit suffisante, la partie enterre abrite la cave qui tait toujours de plain-pied avec la salle commune-fromagerie. Lorsque le terrain est plat, la cave pouvait-tre en sous-sol de la salle commune, accessible par une simple trappe et un escalier ou dans son prolongement.

Le sol de la cave tait uniquement fait de terre battue o taient disposs des plateaux de bois reposant sur de grosses pierres qui accueillaient les fromages au fur et mesure de leur fabrication.

L’unique lumire diffuse dans la cave provenait d’un minuscule fenestrou assurant la ventilation. Trs humide, la cave ncessitait en effet une bonne ventilation.L’implantation du fenestrou dpendait de l’orientation du buron, mais le plus souvent au nord. Un barreau en fer protgeait l’ouverture.

Une niche dans le mur de la cave permettait de ranger le prsurier. La porte de la cave contigu la fromagerie est toujours situ dans un pais mur sparatif.

L’ETABLE A VEAUX
Le vdlat, deux types pour une mme fonction
Le vdlat, deux types pour une mme fonction

Le vdlat est la petite table qui abritait les veaux et les btes malades. Apparu tardivement sous l’influence de l’amlioration de l’levage, on ne le retrouve pas dans les burons les plus anciens, moins qu’il n’ait t rajout par la suite. Avant son apparition, les btes pouvaient se protger des intempries dans les creux de cabanes et derrires les claies.

Deux types de vdlat sont prsents sur les estives du Czallier

Vdlat intgr au buron :

il est bti au-dessus de la salle commune lorsque celle-ci est vote. La porte d’accs se situe gnralement au-dessus de la cave dans le pignon arrire profitant ainsi du remblai permettant d’y pntrer de plain-pied. Une montade en facilite souvent l’accs (exemple : buron de Villeneuve-haut)

Dans ce type, le vdlat occupe la partie basse de la charpente couples, tandis que la partie haute sert stocker une rserve de foin. Ce vdlat peut aussi tre de plain-pied avec la fromagerie.
Le sol du vdlat est pav. Une petite fentre permet la ventilation. Des crches sont disposes sur les longs pans. La porte peut tre un seul vantail ou deux vantaux cintrs.

Vdlat indpendant du buron :

l’table veau peut tre aussi l’objet d’une construction indpendante. Le vdlat occupe alors le niveau bas du btiment. L’accs de plain-pied par une porte, quelques petites ouvertures sur les longs pans ventilent et donnent un peu de lumire. Sous la charpente tait stock le fourrage, soit par une porte fenire ou directement par le vdlat.

ELEVAGES COMPLEMENTAIRES
Les loges porcs
Les loges  porcs

Indpendantes ou attenantes au buron ou au vdlat, les loges porcs spares en plusieurs compartiments indpendants taient de vritables petites maisons difies avec soin, toujours bien exposes. Lorsque la configuration du terrain le permettait, l’entre des loges tait au sud.

L’levage d’un grand nombre de porcs tait quasiment gnral dans les burons du Czallier. Incorpor l’levage des bovins il contribuait la rentabilit de l’estivage pour les propritaires des montagnes.
Il y avait, plusieurs dizaines de porcs et de porcelets dans les burons engraisss pour les besoins de la ferme et ceux destins la vente la fin de l’t. Ils taient achemins sur les montagnes en mme temps que les vaches par le train et par la suite en camion. Certaines vacheries montaient les porcs plusieurs jours aprs les vaches et les descendaient plus tard afin d’achever les provisions de petit-lait.

Des porcherie construites avec soin

Les porcs levs la montagne et vendus aprs l’estive taient trs apprcis notamment par les bouchers des grandes villes du Cantal. Lors des foires Allanche, Maillargues et Pradiers, les porcs y figuraient par centaines sur les foirails.

Durant l’estive, les cochons, parfois lchs dans la montagne proximit du buron, mangeaient principalement dans la fumade o ils soulevaient les mottes de gazon et les djections dessches des vaches.
Au buron, c’tait au ptre ou l’aide vacher de s’occuper quotidiennement des cochons. Le petit-lait issu de la fabrication du fromage, mlang avec du son concass, fournissait la majeure partie de leur nourriture. Ainsi, rien n’tait perdu du produit issu de la traite des vaches Salers.

L’accs se faisait gnralement par l’intermdiaire de petits enclos btis l’avant des loges. Ces courettes taient ceintes d’un muret d’environ 1,10m de hauteur dans lequel tait pratique une porte ouvrant sur l’extrieur.
Les entres des loges, toujours trs basses, s’ouvraient sur les courettes, et ne dpassaient pas 1,50m de hauteur. L’intrieur tait vot ou parfois couvert d’une charpente. Le sol des loges et des courettes tait frquemment pav.

Dans les burons les plus anciens, les loges taient construites de faon beaucoup plus sommaire. Dans les plus rcents, un couloir pouvait desservir une batterie de loges.

Loges accoles (Buron du Caire, Vze) Loges spares (Buron de Souche-Haute, Vze)

Srie de loges (Buron de Siane-bas, Anzat-le-Luguet) Porcherie indpendante (Buron de Chirol, Anzat-le-Luguet)

Pierres petit-lait

Dans certaines porcheries, des pierres tailles prises dans la maonnerie ds la construction des courettes, permettaient de vider la nourriture des porcs directement dans les auges depuis l’extrieur. On appelait ce systme la pierre petit-lait.

VEZE
Buron de Chazelou
Buron de Chazelou

  

Accs au vdlat en hauteur


VEZE
Buron de la Terrisse
Buron de la Terrisse

Le buron de La Terrisse dont il ne reste que la cave voute tait totalement encastr dans la pente de la montagne. Malgr son tat de ruine (la fromagerie disparu) il tmoigne de la qualit des constructions d’autrefois.

MOLEDES
Buron de Margemont, relais de la Rsistance
Buron de Margemont, relais de la Rsistance

Le buron de Margemont, prs des Brches de Giniol, point culminant du Pays de Massiac implant sur le bord des estives sur la commune de Moldes, o l’on a fabriqu « le Cantal » jusqu’aux annes 60, a connu durant la seconde guerre mondiale un destin particulier. Il fut un relais de la Rsistance en 1944.


Situ l’cart des grands axes et accessible uniquement par un chemin, le buron de Margemont (1279m), situ sur la commune de Moldes, d’Avril Mai 44, a t un lieu de passage pour 3000 combattants volontaires qui rpondaient l’appel de « Leve de masse » lanc par les chefs de la Rsistance.

« Les combattants volontaires, dont beaucoup arrivaient au buron vlo, taient surtout originaires du bassin minier de Brassac et de Montluon » se souviennent les tmoins des villages environnants.

« Le ravitaillement tait assur par la population et par de rares parachutages allis. Ils taient logs sommairement durant quelques jours dans les granges et les autres burons tout proches, en attendant leur dpart, pieds, vers le Mont-Mouchet ».
Le Maquis du Mont-Mouchet, l’un des cinq grands Maquis de France, avait pour instruction de retarder par tous les moyens la jonction des troupes allemandes du sud avec celles de Normandie, afin de faciliter l’avance des Allis.

En 1946, un monument, hommage aux Volontaires, a t rig au Boberty, non loin du buron de Margemont, indiquant que 3000 hommes courageux sont passs ici pour combattre l’occupant.

Un buron peu loign des villages qui a connu une intense activit

Plan de l’ensemble du buron (Type buron vdlat intgr en hauteur)


VEZE
Le buron-ferme de Moudre
Le buron-ferme de Moudre

Estive de Moudre la sortie de l’hiver



VEZE
Buron de Villeneuve-bas
Buron de Villeneuve-bas

Buron vdlat intgr terre




VEZE
Buron de Villeneuve-Haut
Buron de Villeneuve-Haut

Le buron de Villeneuve-Haut est situ sur la commune de Vze quelques centaines de mtres au dessus de la dpartementale 39 (Allanche-Anzat-le-Luguet) face au hameau de Chazelou. Il tait dj mentionn sur le cadastre napolonien du dbut du 19me sicle. Il s’agit ici d’un buron type intgr en hauteur.

Implant une altitude de 1282m, sur le versant sud de la Montagne de La Jarrige, lgrement en contrebas du sommet, le buron de Villeneuve bnficie d’un lger abri du vent ce que n’avaient pas les anciennes cabanes, antrieures la construction en pierre, dont subsistent les creux au sommet. Les dimensions du buron ne sont pas imposantes (11,10m par 6,40m). Il n’y a plus de chemin permettant d’y accder depuis la route travers la montagne. Absence galement d’un point d’eau proximit du buron. L’accs l’eau semble donc tre le ruisseau de la Fontaine Saint-Martin qui serpente tout de mme quelques centaines de mtres l’Est.

Le btiment est couvert d’un toit deux pentes orient Nord-Ouest/Sud-Est. Sur le mur gouttereau Sud-Ouest vient s’accrocher perpendiculairement un petit btiment, plus bas, couvert galement d’une toiture deux pentes qui abrite deux loges cochons qui sont formes d’une vote clavaux. La hauteur intrieure est faible : 1,75m. Chaque loge est accessible par une porte basse (1,10m par 0,60cm de large) s’ouvrant dans le mur gouttereau Sud-Est, suffisantes pour le passage des porcs. A l’origine, ces portes ouvraient sur des courettes aujourd’hui disparues. Autrefois, les deux constructions taient couvertes en lauzes comme en attestent les spcimens rpandues la priphrie du buron. Actuellement, le buron est hors d’eau grce une protection en tles ondules.

La souche chemine, btie dans le prolongement du pignon Sud-Est, est implante mi-pente du versant Sud-Ouest. Pour parfaire son tanchit, les maons l’ont agrmente de lauzes prises dans la maonnerie, formant ainsi des larmiers. Les eaux provenant du dernier palier de la souche et de la partie suprieure de la toiture taient ainsi rcupres et loignes du pignon par un cintre de pierre retourn.
Dans la partie haute de ce pignon, toujours dans l’axe, s’ouvre un fenestrou protg par un barreau en fer forg, en fait, un noeud de sorcires (voir notre fiche).

La porte d’entre du buron, modeste accs de 1,70m par 0,80cm, est lgrement dsaxe sur la droite du pignon Sud-Est. D’une part et d’autre de l’ouverture, 3trois grosses pierres tailles supportent le linteau qui forme l’allge du fenestrou qui lui, est dans l’axe du pignon.
La porte est comme la plupart des burons en planches contraries, ferre sur gonds forgs pris dans les pierres du jambage droit. La porte vient se loger dans la feuillure taille dans la pierre. Autrefois, elle tait immobilise par une serrure en applique aujourd’hui disparue. Elle n’est actuellement ferme que par quelques brins de « ficelle de lieuse », signe de l’absence de « richesse » protger derrire les murs pais.
Au-dessus de la porte d’entre, au raz de la vote, le traditionnel fenestrou diffuse un peu de lumire dans la pice.

L’accs l’intrieur du buron n’est plus de plain pied comme l’origine. En effet, l’amoncellement de fumier et de boue devant la porte oblige dsormais descendre (0,40cm) dans la pice principale, la fromagerie.

La fromagerie

Le sol de la fromagerie vote (2,47m de hauteur), qui tait aussi le lieu de vie des buronniers, est entirement recouvert de dalles de pierre taille d’environ 0,40 cm carrs.
A gauche en entrant, on trouve la chemine dont le foyer pris dans l’paisseur du mur est ferm par un linteau de bois, d’une part support par un corbeau en pierre et, d’autre part pris dans la maonnerie de la vote.
A l’oppos de l’autre ct de la porte, un placard est mnag dans l’paisseur du mur. Il tait garni d’tagres.

Face l’entre, dans l’axe du mur de refend se trouve la porte en bois qui donne accs la cave fromage. Elle est de dimensions proches de celle de la porte d’entre du buron (1,74m par 0,74m). Les jambages et le linteau sont galement en pierres de taille. Au-dessus du linteau a t amnage une minuscule niche qui pouvait contenir un bougeoir ou une statue de la vierge.

La cave fromage

Dans ce lieu sombre qu’est la cave o reposaient les meules de Cantal, le sol est en terre battue.
Face la porte, encastre dans le pignon Nord-Ouest, on devine la niche qui recevait le prsurier (1,02m par 0,95m). Dans ce sanctuaire du fromage, on trouve encore les plateaux de bois destins accueillir les fromages pendant leur maturation.

Sur la gauche s’ouvre la ventilation (0,33cm par 0,22cm) munie d’une protection en fer forg, l aussi un noeud de sorcire pour chasser les mauvais esprits. Cette ouverture tait maintenue en permanence hors de terre et assur par le mur de soutnement de la montade du vdlat.

Le vdlat

Lorsqu’on contourne le btiment par l’Est, on monte progressivement et l’on dcouvre dans le pignon Nord-Ouest la porte du vdlat. Le seuil est une trentaine de centimtres au-dessus de l’extrados de la vote du niveau bas de la cave fromage. Cette porte, relativement haute (2,10m par 0,80m), devait en effet permettre le passage des claies du parc.
Le sol du vdlat est pav, une rigole centrale s’vacuant par le seuil de la porte y est mnage.

La charpente du buron, dont les couples ont t scrupuleusement numrots de I X, t ralise avec soin. Son observation est un rgal. Bien que l’assemblage des jambettes et des arbaltriers soit relativement bas (0,80m), la forte pente (50°) permet de dgager une hauteur utile de 2,32m sous entrait. De nombreuses chevilles prises dans le douellage tmoignent encore de l’ancienne couverture en lauzes du buron.
Face l’entre, dans le pignon Sud-Est, s’ouvre le fenestrou du vdlat protg par un noeud de sorcire. Oppos la porte d’entre du vdlat, en crant un courant d’air, il permettait de ventiler correctement l’espace qui accueillait les veaux.

Sources : Burons pour mmoire, Philippe Magenties et Vincent Trinh



VEZE
Buron du Troucou
Buron du Troucou

Etat du buron en 1989



FEYDIT/ALLANCHE
Buron du Balladour
Buron du Balladour
VEZE
Buron de Caire
Buron de Caire


Buron communal restaur dans les annes 2000

Plan gnral du buron


VEZE
Buron de Souche-Basse
Buron de Souche-Basse
ANZAT-LE-LUGUET
Buron de Sianne-Bas
Buron de Sianne-Bas

Buron en 2008, tomb en ruines depuis.



ANZAT-LE-LUGUET
Buron de Sianne-La Plaine
Buron de Sianne-La Plaine

Le buron de Sianne-La Plaine est implant sur le versant sud du Signal du Luguet (ancien nom Mont Czallier) 1392m d’altitude. Il doit sa dnomination la proximit des sources de la Sianne.


Le cadastre napolonien de 1838 fait mention d’un buron sur ce site.L’accs au buron est difficile et exige l’emprunt de servitudes de passages pour traverser d’autres Montagnes, aucune piste n’y menant directement.Le buron est adoss par son pignon Est un monticule rocheux orient au Sud-Ouest comme c’est frquemment le cas. Son toit deux pentes (environ 40°) encore couvert en ardoise dans les annes 1980, est aujourd’hui en bac acier bleu. Il se prolonge en appenti sur le devant du btiment au Sud afin de couvrir deux loges porcs.

La souche de la chemine d’origine tait en maonnerie de pierre agrmente de lauzes formant larmiers, implante cheval sur le fatage, au sommet du pignon Ouest. La chemine est aujourd’hui diminue de moiti.

La porte d’entre du buron se trouve sur le mur gouttereau au sud et permet un accs ais (1,82m par 0,82m). De son seuil les buronniers pouvaient contempler la valle de la Sianne son commencement sur les Estives du Czallier. Les jambages et le linteau en pierres tailles plates bandes prsentent un lger relief.
Une grande fentre (1,02m par 0,70m), protge par quatre barreaux en fer, apporte la fromagerie aration et bonne lumire.

La fromagerie

Dans la fromagerie qui tait aussi le lieu de vie des buronniers, le sol est fait d’un dallage en ciment alors que le couvrement de la pice est compos d’un plancher en bois sur poutres. La chemine, dont le linteau est en bois, est partiellement encastre dans le mur pignon Ouest.

La cave fromage

La cave voute (2,46m de hauteur) contigu est spare de la fromagerie par un mur en face de la chemine, dans lequel se trouve la porte d’accs en bois. Le sol est en terre battue. Un fenestrou dans le pignon Est permet la ventilation de la cave.
Au dessus de la fromagerie, dans la charpente couples, se trouve un espace ayant t utilis en couchage. Son accs se faisait par une trappe dans le plancher.
De ce volume, en enjambant le haut du mur sparatif de la cave, on pouvait accder sur l’extrados de la vote de la cave laiss apparent. Aucune utilisation prcise ne semble avoir t faite de ce volume.

Le vdlat

A quelques mtres au Sud du buron se trouve le vdlat, accessible dans son mur gouttereau Sud par une porte deux vanteaux autour de laquelle s’ouvrent deux fenestrous.
Une observation attentive fait apparatre qu’il a t profondment modifi. Avant ces travaux, une grange devait se trouver l’tage car on peut encore voir les traces de la partie basse de la porte d’accs sur le pignon Est. Le vdlat est couvert en tles ondules. Aprs toutes les modifications, le vdlat a perdu toute son allure d’origine.

Des restes de murs l’ouest du buron tmoignent de la prsence d’un enclos.

Sources : Burons pour mmoire, Philippe Magenties et Vincent Trinh


VEZE
Buron de Fortuniers-Haut
Buron de Fortuniers-Haut

L’imposant buron restaur en 2003 est situ dans la partie haute de la Montagne des Fortuniers 1272m d’altitude. On y accde partir de la dpartementale Allanche-Anzat-le-Luguet grce une vague trace permanente dans la montagne sur environ 700 mtres, ancien chenim de transhumance vers les hautes estives.


Le site est assez favorable. L’implantation du btiment sur un replat mi-pente d’un versant Est permet de bnficier d’une bonne orientation Sud et d’tre trs peu expos au vent d’ouest arrt par le relief. La traite au buron s’est arrte en 1965.

Le buron de Fortunier-Haut est de grande dimension (19m par 8,50m). La cave hors du volume vient en appentis contre le mur gouttereau Nord. Avant la restauration de 2003, six loges cochons se disputaient les places les plus favorables au Sud, laissant les deux accs la fromagerie et au vdlat l’extrmit de la faade du btiment. Elles taient couvertes en ardoises et possdaient sur le devant les entres des petites courettes dmolies depuis.

Le buron restaur ne comporte plus que deux loges porcs. Au coin des loges, quelques mtres de la fromagerie se trouvaient les abreuvoirs.

La fromagerie

On pntre dans le buron par une porte en bois classique de belle dimension (1,82m par 0,80m). Le sol de la fromagerie est cimente (7m par 4m). Un plancher en bois couvre la pice.
Sur le pignon Ouest est adosse la chemine au linteau en bois dans laquelle est encastre une petite niche la faon des cantous.

La cave fromage

Face la porte d’entre, se trouve l’accs la cave fromage. Encadr de bois, le passage dbouche sur cinq marches qui descendent la cave vote, dont l’axe est parallle au fatage du btiment principal.
Le sol de la cave est en terre battue. Cette cave est d’une rare superficie et sa grande dimension tonne (9,25m par 3,20m). La hauteur sous la vote et normale (2,35m). Elle est ventile par l’unique fenestrou qui sort l’arrire du btiment, ct Est.

Le vdlat

Le vdlat est contigu la fromagerie. Avant les restaurations, l’accs tait impossible par l’espace de vie. Les cloisons de planches d’origine ayant t remplaces par une cloison de briques sans porte.
L’accs au vdlat se faisait donc dans la dernire priode de fonctionnement du buron par l’extrieur. Une porte cintre encadre de pierres de tailles conduisait la grange accessible par une chelle situe sur la fromagerie dont une partie tait rserve au couchage des buronniers. Quelques dessins sur les planches de leur chambre rudimentaire tmoignaient encore il y a quelques annes de leur prsence ce niveau du buron. La grande porte surmonte d’une petite fentre permettait d’engranger le fourrage.
Un second accs au vdlat dans le pignons directement sous la porte de la grange a probablement t perce plus rcemment pour faciliter dans les annes 60 le chargement des bovins dans les btaillres.
Les ouvertures du vdlat avaient t condamnes lors de la construction des loges (rouvertes lors des restaurations de 2003)


VEZE
Buron de Fortuniers-Bas
Buron de Fortuniers-Bas

Le buron de Fortuniers-Bas est situ sur une montagne enclave appele La Montagnoune sur la commune de Vze 1241 m d’altitude. L’accs se fait partir d’un ancien chemin qui part du hameau de Coudour sur la commune d’Allanche et traverse plusieurs montagnes.


Le site qui est proche de la Roche de Baroncle (lire la lgende associe au lieu) est trs peu favorable car il est sur un versant Nord. La range de sapin qui domine l’endroit est une plantation rcente. Une source coule 50m au Nord du buron. On remarque une diffrence de volume au niveau du btiment.
Sur l’orientation Est-Sud, plus favorable, ont t construites dix loges cochons.

Un buron-ferme

La couverture est essentiellement en ardoises. On accde au buron par le mur gouttereau Nord par une porte place entre deux fentres protges par des volets.
Dans la fromagerie, un cloisonnement en planches dlimite une petite salle commune o se trouve la chemine, adosse au pignon Est. Cet espace spcialement ddi aux buronniers est clair par les deux fentres (1,50m par 0,80m). On est en prsence d’un style de buron-ferme.
Un chevtre mnag entre les poutres en bois permet l’accs, grce un escalier, la grande chambre (6,70m par 4,80m) qui est mitoyenne du vdlat l’tage. Deux fentres sur le pignon Est clairent largement cet espace. Les buronniers disposaient l d’un rare espace ddi au repos.

La cave fromage

Ce lieu de maturation du fromage se fait se fait partir de la salle commune face la chemine. Une marche spare les deux espaces. Le linteau de la porte d’accs la cave porte la date de 1833, mais semble avoir t rutilis.
La cave vote est ventile par une petite ouverture au Nord. Sa grande dimension (8,20m par 4,15m) permet de supporter un grand vdlat (10,85m par 6,75m) auquel on accde par le pignon OuestL La large porte (2m par 1,78m) a sans doute t largie et ne semble pas d’origine. La partie haute de la charpente servait stocker un peu de fourrage.

La partie cave et le vdlat est assurment la plus ancienne mais ne semble pas constituer le btiment mentionn ici sur le cadastre napolonien du dbut du 19me sicle.
Toujours est-il que la taille du btiment avec ses diffrentes extensions et ses lieux de vie indpendants laissent imaginer l’importance de la superficie de la « Montagne » dont il dpend.

ANZAT-LE-LUGUET
Buron de Paillasre-bas : l’estive moderne s’y poursuit
Buron de Paillasre-bas : l’estive moderne s’y poursuit

Le buron de Paillasre-bas (1400m), qui domine l’amorce de la valle de la Sianne, en position centrale sur l’estive a t entirement dtruit par un incendie en 1997. Reconstruit l’identique extrieurement en 1998, la totalit du btiment sert dsormais d’habitation aux gardiens et l’accueil des agriculteurs adhrents de la Coptasa.

A proximit du buron a t construit un hangar technique de 240m2. Le buron est dsormais le seul dans ce secteur du Czallier l’estive. A noter par ailleurs que le buron fut le lieu tragique d’un fait divers meurtrier au dbut du XXme sicle.


Voir notre fiche sur la Coptasa dans le portail "Activits", rubrique "L’estive sur le Czalier Cantalien"

Le buron avant son incendie en 1997


UN COMBAT INEGAL
Les burons contre le temps
Les burons contre le temps

Robustes, les burons sont pourtant sujets de nombreux dommages dus aux rudes conditions climatiques sur le Czallier, mais surtout depuis la dernire moiti du XXme sicle leur dlaissement de la part de leurs propritaires.Des dizaines de btiments ont ainsi disparu du paysage du Czallier.

Les ruines parsment ici et l les montagnes du Czallier. Les burons luttent contre le temps dans un combat ingal, l’issue incertaine.

Les points faibles des burons sont souvent l’origine des dgradations. Tout d’abord, lorsqu’ils sont attaqus par le vent et la neige chaque hiver. Quand l’eau s’infiltre par une lauze ou une ardoise dplace, le douellage pourrit, puis la charpente ne tarde pas faire effondrer toute la toiture. L’eau s’infiltre aussi dans les murs pignons, dans la maonnerie de la vote. En un rien de temps, c’est le buron tout entier qui tombe terre.

Les animaux sont aussi l’origine de la dmolition des burons. Les vaches trs 

nombreuses l’t frquentent les abords des burons dsormais sans vie et qui ne bnficient pas de clture de protection. Quand la couverture d’un buron descend prs du sol, les btes tentent de l’escalader, elles se grattent aussi parfois contre le btiment au risque de desceller quelques pierres.

Ajoutons tous ces dangers la foudre et les orages violents en t, les pilleurs de lauzes...et aussi la vente des lauzes et des ardoises par quelques propritaires, dont les btiments de leurs montagnes sont devenus pour eux inutiles, voire coteux.


PATRIMOINE

L’eau

La Sianne, notre rivire

Cascades : la magie de l’eau

Mmoire d’eau

Les abreuvoirs

Les sources ferrugineuses

Les puits

Les moulins de la valle de la Sianne

Les ponts de pierre

Les passages gu

Les passerelles primitives sur la Sianne

Les lavoirs du XXme sicle

Les meules des moulins

Les moulins hydrauliques

Les moulins rservoir

Les moulins de communauts villageoises

L’irrigation le long de la Sianne

Les fontaines

Les milieux humides

Les biefs sur la Sianne

Le pays

Les gens

Le plateau du Czallier

Sucs et volcans

Routes et chemins

Des sites et des lgendes

La faune

La flore

Sites d’intrt europen

Le paysage de la valle de la Sianne

Toponymie

Les grottes

Roches et rochers

Les communes et leurs villages

Mobilier et art populaire

Les Activits

La production du miel

Les charbonnires

Chenevrires

L’estive sur le Czallier Cantalien

Les mines

Traditions culinaires

Objets et machines

Activits traditionnelles

Les Palhs

Le ferrage des animaux

Les fours chaux

L’levage du mouton

La vie scolaire

Le travail agricole

Les prs-vergers

Le portage

Les activits itinrantes

La vie dans la maison traditionnelle

Le Bti

Les maisons de berger

Les abris colombins

Les fermes traditionnelles

Les chteaux

Les maisons fortes

Les maisons d’coles

Les abris vernaculaires

Les symboles sur le bti ancien

Les fours pain communaux

Burons du Czallier oriental

Les petits btiments d’levage

Les toitures du Cantal

Les murets en pierre sche

Les sols en pierre

Les fours pain privatifs

Le Sacr

La Rsistance

Les glises

Les chapelles

Les retables

Cloches et clochers

Les croix

Plerinage Notre-Dame de Laurie

Les vitraux

Les Tumulus

Les cimetires

Les monuments aux morts

La statuaire

Les bannires
de procession

Plerinage
Saint-Jacques
du Bru

Les oratoires

Les vtements liturgiques

L’imagerie mdivale religieuse