Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283 Cézallier: le patrimoine de la vallée de la Sianne en Auvergne (Cantal/Haute-Loire)
  • TRADITIONS

    Types de chemines sur la maison paysanne (2)

    Pour tre efficace une souche de chemine doit dpasser le fatage d’au moins cinquante centimtres. Dans le Czallier elles peuvent largement dpasser cette hauteur. La souche comporte (...)

  • MULTIFONCTIONS

    L’pi rose des vents (5)

    L’pi rose des vent arbore toujours un axe pourvu d’une croix directionnelle indiquant les quatre points cardinaux. Gnralement mtallique, la girouette rose des vents est constitue (...)

  • EPI POPULAIRE

    La girouette mtallique (4)

    Popularise au 19me sicle l’pi girouette en mtal orne principalement les btisses bourgeoises du dbut du XXme sicle et s’est durant tout le 20me sicle tendu de nombreuses (...)

  • ESTHETISME

    Les pis de fatage mtalliques (3)

    L’pi de fatage en mtal, fer, zinc ou fer blanc, plomb, n’est pas antrieur au 19me sicle. Le socle de cet objet utilitaire comprend une pyramide tronque ou un cube surmont (...)

  • LA POSE

    Les deux modes de fixation de l’ardoise (3)

    Pour bien fixer les ardoises et assurer une bonne tanchit, rsister au vent, protger de la neige, ont t utiliss deux modes de fixations, le clou fixation traditionnelle en Auvergne et le (...)

  • ECAILLE OU OGIVE

    Avec l’ardoise, le bti a chang (2)

    Au 19me sicle la toiture en ardoise a conquis tous les types de btiments paysans, bourgeois, religieux. Une cohabitation plus que centenaire qui perdure encore pour les fermes, les granges, (...)

  • APPARENCE ET FONCTIONNALITE

    La grande harmonie du toit en lauze (2)

    La lauze de schiste, la plus employe dans le nord Cantal, taille en caille ou en ogive, mesure gnralement de 15 60 cm et se distingue facilement sur les toitures par son irrgularit et (...)

  • EN ATTENDANT MIEUX

    Le gent, l’autre toiture vgtale

    Ressource vgtale abondante dans le Massif Central, le gent ne couvrait pas seulement quelques btiments usage d’habitation, il tait aussi employ pour de petits difices ruraux (...)

  • EPOQUE

    Causes de la disparition du chaume dans le Czallier (4)

    Plusieurs facteurs expliquent la disparition progressive de l’utilisation du chaume pour couvrir les habitations paysannes dans le Czallier:nouvelles pratiques agricoles, nouveaux (...)

  • TRACES

    Chaume : le tmoignage prcieux de la photographie (5)

    La photographie offre un tmoignage visuel, dat, des anciens hameaux de la valle de la Sianne. Deux sources sont dsormais prcieuses pour visualiser l’tat du bti au cours du 20me (...)


LES DERNIERES MISE EN LIGNE

A+  A-    Imprimer

VEZE

Le chteau des Fortuniers

Le chteau des Fortuniers non loin du bourg de Vze a compltement disparu depuis plusieurs sicles. Sur son emplacement un oeil exerc peut remarquer encore les traces de son implantation.

La montagne de Fortuniers ou se trouvait l’habitat fortifi

L’habitat fortifi qui a appartenu depuis le 13me sicle la famille des Rochefort d’Ally, mais qui ne l’habitait pas, tait bti sur une butte isole dominant sur le cot nord la fort de Chamalires (voir la photo arienne ci-contre).

Dans son tude sur Amrigot Marchs, Rmi Raignoux rapporte qu’autour du chteau des Fortuniers "il n’y avait seulement quelques chaumires basses . demi enterres, adosses aux talus d’un foss trs large, profond de trois mtres, qui entourait la butte. Les traces de plusieurs d’entres elles sont dcelables au milieu desquelles un monticule recouvert de gazon indique l’emplacement du four banal"

Le but du chteau tait d’assurer la protection de Vze, de veiller sur les vacheries du Czallier et de garantir la scurit des voyageurs sur les routes frquentes du secteur.
Durant la guerre de cent ans, le chteau fut pris plusieurs fois et fut l’objet de bien des tractations. En effet, durant le XIVme sicle, la Haute Auvergne a t le thtre d’oprations de bandes de pillards appeles "hordes anglaises ou compagnies de routiers". Le trait de Brtigny du 8 Mai 1360, qui reconnaissait aux Anglais des droits sur certaines contres seulement, apporta la paix, et de nombreux mercenaires au service des Anglais perdirent leurs emplois.

Des pisodes sanglants pendant la guerre de Cent ans

L’un des plus dangereux routiers de cette poque fut Amrigot Marches qui ds sa jeunesse avait t lev dans une famille du parti Anglais. Il n’avait pas 25 ans lorsqu’il pris la tte d’une bande de routiers, semant la terreur et prenant de nombreux chteaux dont celui des Fortuniers.

Au printemps 1376, une expdition conduite par le Viconte de Polignac repris le chteau aux hordes anglaises, mais en 1379, Amrigot Marches sachant que le fort tait mal gard s’en empara et y tablit son quartier gnral. C’est de l. que partirent en 1381 trente routiers signale Rmy Raignoux, avec Amrigot Marches . leur tte. Ils prirent le chteau des Mercoeurs par la ruse.

En 1382, les Etats de la Province d’Auvergne, du parti Franais, rachetrent plusieurs chteaux. Celui des Fortuniers fut rachet en 1383.
Amrigot Marches fut cartel Paris le 12 Juillet 1391 et sa tte fut mise au bout d’une lance. (Miniature de la BNF sur l’xcution, ci-contre).
Par la suite, on ne sait pas trop comment le chteau fut dtruit. Les Rochefort d’Ally n’tant pas en mesure de le reconstruire se contentrent de le remplacer par une simple maison au bourg de 

Vze. Elle servait a recueillir les redevances en grains et autres taxes dues la Seigneurerie. Cette maison flanque d’une tour ronde existe toujours (Photo ci-contre).

Selon d’anciens documents Guillaume de Rochefort est le seigneur possdant le chteau des Fortuniers de Vze en 1302. A cette poque, les petits seigneurs ont contribu au regroupement des populations trs disperses et la mise en valeur de terres places jusque l en marge de toute occupation humaine depuis la priode gallo-romaine.

Des traces et des indices

La fortification, dont il ne reste rien aujourd’hui, tait construite 1230 mtres d’altitude sur une butte rocheuse qui lui servait d’assise, la Montagne de Fortunier-bas. Sa prsence est atteste sur les anciens plans parcellaires par « Le chteau ».
Le point le plus lev du site est une motte dont les terres rapportes entourent un enrochement, prcise l’historien Bruno Phalip qui a effectu des relevs de terrain en 1985 et 1986. Il a remarqu des traces de logis au sommet de la butte selon un plan octogonal. Autour de la motte subsistent les traces d’un foss et une leve de terre en arc de cercle formant un rempart.
A l’intrieur de cette fortification l’historien a comptabilis une quarantaine de maisons .Une vue arienne prise en 1990 permet de voir quelques uns de ces indices de constructions.
Lors de prcdentes recherches, les spcialistes de l’archologie mdivale avaient not la prsence de mortier de chaux au sommet de la butte et trouv des fragments de cramiques de la fin du Moyen-Age sur ses pentes.

Vue arienne du site des Fortuniers qui rvle les creux attestant l’occupation ancienne des lieux