• NATURE ET GRANDS ESPACES

    Sur les Estives du Czallier

    Sur les Estives du Czallier proches du Signal du Luguet, l’histoire des pturages d’altitude se confond avec l’histoire humaine depuis plus de 600 ans. A dcouvrir et mieux (...)

  • PALHAS 2019/AURIAC-L’EGLISE

    Rencontre indite, souvenirs et photos sur la vie d’autrefois

    Venez voquer vos souvenirs sur la vie d’avant avec une photo qui a du sens pour vous dans une rencontre conviviale et indite dimanche 20 octobre (15h) la salle polyvalente (...)

  • VIE PRATIQUE

    Les objets utilitaires qui habitaient la maison

    Chaque objet avait sa place en fonction de son utilisation dans la vie quotidienne de la famille. Un grand nombre d’entre eux s’entassait dans la salle commune. Et au fil des (...)

  • S’ECLAIRER

    Du feu de l’tre l’lectricit

    Pendant trs longtemps les anciens se contentaient des flammes de l’tre du cantou pour clairer la salle commune, autant dire une faible lueur plus on s’loignait de la chemine. (...)

  • IMAGIER FAMILIAL

    Quand la famille se raconte dans toute la maison

    Le dcor de la maison paysanne marquait durablement la fiert familiale en affichant joliment sous cadre, principalement dans la salle commune, des souvenirs intergnrationnels des membres de la (...)

  • VIVRE AU QUOTIDIEN

    La salle commune, pice de vie traditionnelle

    Jusqu’ la seconde guerre mondiale la vie de famille tait concentre dans la salle commune et devait donc satisfaire tous les besoins de la vie quotidienne. C’tait la pice o (...)

  • UNE LOGIQUE D’AGENCEMENT PRATIQUE

    Le buffet intgr

    La disposition comme l’agencement de la pice commune de la maison traditionnelle rpondaient une logique dicte par le mode de vie des habitants et le souci de ne laisser vacant aucun (...)

  • UNE HABITATION PRATIQUE

    Le plafond de la salle commune, un espace utilitaire

    Aucun endroit de la pice commune de la maison rurale n’tait perdu, pas mme le plafond soutenant l’tage suprieur. Dans le Cantal le plafond tait aussi un espace utilitaire (...)

  • LE TEMPS QUI COURT

    L’horloge Comtoise adopte dans le Cantal

    Droite ou violon, d’origine franc-comtoise, l’horloge tait quasiment prsente dans tous les intrieurs anciens, place gnralement face la porte d’entre de faon pouvoir (...)

  • MANGER EN COMMUN

    Caractristiques de la table tourtire Cantalienne (3)

    La table tourtire tait un lment incontournable de la salle commune. Au fil des dcennies elle a tenu un rle bien particulier dans la vie quotidienne.


LES DERNIERES MISE EN LIGNE

A+  A-    Imprimer

FAIRE SON PAIN

La maie de ferme

La maie ou ptrin fut le mobilier le plus populaire une poque ou la plupart des maisons rurales disposaient d’un four pain privatif dans le cantou ou l’extrieur de l’habitation. Sans four les familles pouvaient utiliser le four communal.

Dans la maie, meuble strictement utilitaire d’une rusticit gnralise et sans dcor dans le Czallier, on ptrissait la pte, faisait lever le pain toute les deux ou trois semaines.

La maie de Haute-Auvergne tait donc un meuble de service, frustre et de forme classique, la pyramide tronque, gnralement sans aucune dcoration car depuis le 19me sicle elle ne faisait plus partie des meubles de la salle commune. On la plaait dans une pice voisine, soit dans la souillarde, le dbarras ou dans la cave.

La maie, appele aussi ptrin, ptire ou encore coffre boulange , est en fait une simple caisse en sapin, htre, orme ou cerisier qui repose sur quatre pieds. Elle est couverte par un plateau amovible. Elle pouvait conjuguer deux fonctions : meubles ptrir la pte pain ainsi que huche pain pour conserver la fourne.

La maie tiroir

Ceraines modles de maie qui taient utiliss en Haute-Auvergne sont un peu plus labors et sont pourvus d’un tiroir en faade, mna g dans la partie infrieure, ce qui en faisait un vritable meuble de service pour ranger des ustensiles divers comme la raclette ptrin qui servait pour ne rien laisser de la ptre dans la maie.

Le placard huche

Certaines fermes importantes ayant du personnel avaient besoin de beaucoup de pain. Elles disposaient alors d’un placard huche permettant d’entreposer les tourtes, paillasses, bennetons en paille et clisses de ronce dans lesquelles la pte tait mise lever.