• NATURE ET GRANDS ESPACES

    Sur les Estives du Czallier

    Sur les Estives du Czallier proches du Signal du Luguet, l’histoire des pturages d’altitude se confond avec l’histoire humaine depuis plus de 600 ans. A dcouvrir et mieux (...)

  • PALHAS 2019/AURIAC-L’EGLISE

    Rencontre indite, souvenirs et photos sur la vie d’autrefois

    Venez voquer vos souvenirs sur la vie d’avant avec une photo qui a du sens pour vous dans une rencontre conviviale et indite dimanche 20 octobre (15h) la salle polyvalente (...)

  • VIE PRATIQUE

    Les objets utilitaires qui habitaient la maison

    Chaque objet avait sa place en fonction de son utilisation dans la vie quotidienne de la famille. Un grand nombre d’entre eux s’entassait dans la salle commune. Et au fil des (...)

  • S’ECLAIRER

    Du feu de l’tre l’lectricit

    Pendant trs longtemps les anciens se contentaient des flammes de l’tre du cantou pour clairer la salle commune, autant dire une faible lueur plus on s’loignait de la chemine. (...)

  • IMAGIER FAMILIAL

    Quand la famille se raconte dans toute la maison

    Le dcor de la maison paysanne marquait durablement la fiert familiale en affichant joliment sous cadre, principalement dans la salle commune, des souvenirs intergnrationnels des membres de la (...)

  • VIVRE AU QUOTIDIEN

    La salle commune, pice de vie traditionnelle

    Jusqu’ la seconde guerre mondiale la vie de famille tait concentre dans la salle commune et devait donc satisfaire tous les besoins de la vie quotidienne. C’tait la pice o (...)

  • UNE LOGIQUE D’AGENCEMENT PRATIQUE

    Le buffet intgr

    La disposition comme l’agencement de la pice commune de la maison traditionnelle rpondaient une logique dicte par le mode de vie des habitants et le souci de ne laisser vacant aucun (...)

  • UNE HABITATION PRATIQUE

    Le plafond de la salle commune, un espace utilitaire

    Aucun endroit de la pice commune de la maison rurale n’tait perdu, pas mme le plafond soutenant l’tage suprieur. Dans le Cantal le plafond tait aussi un espace utilitaire (...)

  • LE TEMPS QUI COURT

    L’horloge Comtoise adopte dans le Cantal

    Droite ou violon, d’origine franc-comtoise, l’horloge tait quasiment prsente dans tous les intrieurs anciens, place gnralement face la porte d’entre de faon pouvoir (...)

  • MANGER EN COMMUN

    Caractristiques de la table tourtire Cantalienne (3)

    La table tourtire tait un lment incontournable de la salle commune. Au fil des dcennies elle a tenu un rle bien particulier dans la vie quotidienne.


LES DERNIERES MISE EN LIGNE

A+  A-    Imprimer

AISANCE PAYSANNE

L’armoire lingre

L’armoire tait le reflet de la richesse et de la solidit du foyer. Davantage que tout autre meuble populaire, l’armoire a particip de tous les styles et refltait bien les traditions d’Auvergne. Les armoires reprsentent le tmoignage de l’ge d’or du mobilier populaire.

L’armoire n’est courante dans la maison de Haute-Auvergne qu’ partir de la fin du 18me sicle. En effet, le paysan sans richesse vestimentaire n’avait auparavant aucunement besoin d’une armoire qui faisait partie du mobilier des classes bourgeoises et aristocratiques.

On mesurait au nombre de draps l’aisance de la famille rurale dans la grande armoire. En effet, jusqu’ l’arrive de la lessiveuse en zinc vers les annes 1920, on lavait le linge deux fois par an. Ce qui exigeait de possder des piles de draps, de chemises et linge de corps.

Armoire de baptme, armoire de mariage, armoire coffre ou armoire cornes, souvent dcores avec soin, l’art populaire auvergnat durant plus d’un sicle a laiss des traces dans pratiquement toutes les maisons rurales. Parfois on ne sait plus qu’en faire des ces grandes armoires en bois massif, qui en dehors des vastes maisons rurales trouvent difficilement leur place dans les pices d’aujourd’hui.

Toutes les armoires parvenues jusqu’ nous ne comprennent pas forcment les caractristiques du Cantal. Le Czallier oriental borde la Basse Auvergne (Puy-de-Dme) et le Velay (Haute-Loire). Sur les armoires en place figurent donc les marques de diffrents terroirs. Car l’armoire pouvait autant venir de chez l’bniste local que d’un hritage ou de la dot de la marie.