Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283 Cézallier: le patrimoine de la vallée de la Sianne en Auvergne (Cantal/Haute-Loire)
  • TRADITIONS

    Types de chemines sur la maison paysanne (2)

    Pour tre efficace une souche de chemine doit dpasser le fatage d’au moins cinquante centimtres. Dans le Czallier elles peuvent largement dpasser cette hauteur. La souche comporte (...)

  • MULTIFONCTIONS

    L’pi rose des vents (5)

    L’pi rose des vent arbore toujours un axe pourvu d’une croix directionnelle indiquant les quatre points cardinaux. Gnralement mtallique, la girouette rose des vents est constitue (...)

  • EPI POPULAIRE

    La girouette mtallique (4)

    Popularise au 19me sicle l’pi girouette en mtal orne principalement les btisses bourgeoises du dbut du XXme sicle et s’est durant tout le 20me sicle tendu de nombreuses (...)

  • ESTHETISME

    Les pis de fatage mtalliques (3)

    L’pi de fatage en mtal, fer, zinc ou fer blanc, plomb, n’est pas antrieur au 19me sicle. Le socle de cet objet utilitaire comprend une pyramide tronque ou un cube surmont (...)

  • LA POSE

    Les deux modes de fixation de l’ardoise (3)

    Pour bien fixer les ardoises et assurer une bonne tanchit, rsister au vent, protger de la neige, ont t utiliss deux modes de fixations, le clou fixation traditionnelle en Auvergne et le (...)

  • ECAILLE OU OGIVE

    Avec l’ardoise, le bti a chang (2)

    Au 19me sicle la toiture en ardoise a conquis tous les types de btiments paysans, bourgeois, religieux. Une cohabitation plus que centenaire qui perdure encore pour les fermes, les granges, (...)

  • APPARENCE ET FONCTIONNALITE

    La grande harmonie du toit en lauze (2)

    La lauze de schiste, la plus employe dans le nord Cantal, taille en caille ou en ogive, mesure gnralement de 15 60 cm et se distingue facilement sur les toitures par son irrgularit et (...)

  • EN ATTENDANT MIEUX

    Le gent, l’autre toiture vgtale

    Ressource vgtale abondante dans le Massif Central, le gent ne couvrait pas seulement quelques btiments usage d’habitation, il tait aussi employ pour de petits difices ruraux (...)

  • EPOQUE

    Causes de la disparition du chaume dans le Czallier (4)

    Plusieurs facteurs expliquent la disparition progressive de l’utilisation du chaume pour couvrir les habitations paysannes dans le Czallier:nouvelles pratiques agricoles, nouveaux (...)

  • TRACES

    Chaume : le tmoignage prcieux de la photographie (5)

    La photographie offre un tmoignage visuel, dat, des anciens hameaux de la valle de la Sianne. Deux sources sont dsormais prcieuses pour visualiser l’tat du bti au cours du 20me (...)


LES DERNIERES MISE EN LIGNE

A+  A-    Imprimer

ALCOVE ET LIT-CLOS

Le couchage dans la salle commune

Le fond de la salle commune de la maison paysanne traditionnelle, moins bien claire durant le jour servait la nuit comme lieu de repos en ces temps de cohabitation sous le mme toit de plusieurs gnrations. Cet espace toujours sur le ct du cantou tait occup par une enfilade d’alcves ou des lits-clos en planches nues, ni peintes ni blanchies, adosse au mur face la porte d’entre.

L’introduction du lit-clos en France et son usage dans les rgions montagneuses d’Auvergne se situe dans la premire moiti du 18me sicle et parfois mme au 17me dans les fermes cantaliennes.

Les spcialistes s’accordent faire remonter au 15me sicle l’introduction du lit-clos en Europe. Il serait d’abord apparu en milieu bourgeois avant de gagner les campagnes profondes. Son usage s’est gnralis en Auvergne quelques dcennies avant l’apparition du chemin de fer. On comprend pourquoi les paysans pour qualifier l’enfilade des lits dans les salles communes parlaient de « lits en wagon ».

Le lit qui se trouvait au plus prs du cantou tait rserv au matre de maison. Dans le Cantal autrefois, le recours ce type de lit tait apprciable dans la mesure o le froid ambiant la nuit tait d’autant plus vif qu’on laissait le feu mourir dans le cantou en le recouvrant de cendre aprs la veille par crainte de l’incendie.