Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/public/www/config/ecran_securite.php on line 283 Cézallier: le patrimoine de la vallée de la Sianne en Auvergne (Cantal/Haute-Loire)
  • TRADITIONS

    Types de chemines sur la maison paysanne (2)

    Pour tre efficace une souche de chemine doit dpasser le fatage d’au moins cinquante centimtres. Dans le Czallier elles peuvent largement dpasser cette hauteur. La souche comporte (...)

  • MULTIFONCTIONS

    L’pi rose des vents (5)

    L’pi rose des vent arbore toujours un axe pourvu d’une croix directionnelle indiquant les quatre points cardinaux. Gnralement mtallique, la girouette rose des vents est constitue (...)

  • EPI POPULAIRE

    La girouette mtallique (4)

    Popularise au 19me sicle l’pi girouette en mtal orne principalement les btisses bourgeoises du dbut du XXme sicle et s’est durant tout le 20me sicle tendu de nombreuses (...)

  • ESTHETISME

    Les pis de fatage mtalliques (3)

    L’pi de fatage en mtal, fer, zinc ou fer blanc, plomb, n’est pas antrieur au 19me sicle. Le socle de cet objet utilitaire comprend une pyramide tronque ou un cube surmont (...)

  • LA POSE

    Les deux modes de fixation de l’ardoise (3)

    Pour bien fixer les ardoises et assurer une bonne tanchit, rsister au vent, protger de la neige, ont t utiliss deux modes de fixations, le clou fixation traditionnelle en Auvergne et le (...)

  • ECAILLE OU OGIVE

    Avec l’ardoise, le bti a chang (2)

    Au 19me sicle la toiture en ardoise a conquis tous les types de btiments paysans, bourgeois, religieux. Une cohabitation plus que centenaire qui perdure encore pour les fermes, les granges, (...)

  • APPARENCE ET FONCTIONNALITE

    La grande harmonie du toit en lauze (2)

    La lauze de schiste, la plus employe dans le nord Cantal, taille en caille ou en ogive, mesure gnralement de 15 60 cm et se distingue facilement sur les toitures par son irrgularit et (...)

  • EN ATTENDANT MIEUX

    Le gent, l’autre toiture vgtale

    Ressource vgtale abondante dans le Massif Central, le gent ne couvrait pas seulement quelques btiments usage d’habitation, il tait aussi employ pour de petits difices ruraux (...)

  • EPOQUE

    Causes de la disparition du chaume dans le Czallier (4)

    Plusieurs facteurs expliquent la disparition progressive de l’utilisation du chaume pour couvrir les habitations paysannes dans le Czallier:nouvelles pratiques agricoles, nouveaux (...)

  • TRACES

    Chaume : le tmoignage prcieux de la photographie (5)

    La photographie offre un tmoignage visuel, dat, des anciens hameaux de la valle de la Sianne. Deux sources sont dsormais prcieuses pour visualiser l’tat du bti au cours du 20me (...)


LES DERNIERES MISE EN LIGNE

A+  A-    Imprimer

ELEVAGES COMPLEMENTAIRES

Les loges porcs

Indpendantes ou attenantes au buron ou au vdlat, les loges porcs spares en plusieurs compartiments indpendants taient de vritables petites maisons difies avec soin, toujours bien exposes. Lorsque la configuration du terrain le permettait, l’entre des loges tait au sud.

L’levage d’un grand nombre de porcs tait quasiment gnral dans les burons du Czallier. Incorpor l’levage des bovins il contribuait la rentabilit de l’estivage pour les propritaires des montagnes.
Il y avait, plusieurs dizaines de porcs et de porcelets dans les burons engraisss pour les besoins de la ferme et ceux destins la vente la fin de l’t. Ils taient achemins sur les montagnes en mme temps que les vaches par le train et par la suite en camion. Certaines vacheries montaient les porcs plusieurs jours aprs les vaches et les descendaient plus tard afin d’achever les provisions de petit-lait.

Des porcherie construites avec soin

Les porcs levs la montagne et vendus aprs l’estive taient trs apprcis notamment par les bouchers des grandes villes du Cantal. Lors des foires Allanche, Maillargues et Pradiers, les porcs y figuraient par centaines sur les foirails.

Durant l’estive, les cochons, parfois lchs dans la montagne proximit du buron, mangeaient principalement dans la fumade o ils soulevaient les mottes de gazon et les djections dessches des vaches.
Au buron, c’tait au ptre ou l’aide vacher de s’occuper quotidiennement des cochons. Le petit-lait issu de la fabrication du fromage, mlang avec du son concass, fournissait la majeure partie de leur nourriture. Ainsi, rien n’tait perdu du produit issu de la traite des vaches Salers.

L’accs se faisait gnralement par l’intermdiaire de petits enclos btis l’avant des loges. Ces courettes taient ceintes d’un muret d’environ 1,10m de hauteur dans lequel tait pratique une porte ouvrant sur l’extrieur.
Les entres des loges, toujours trs basses, s’ouvraient sur les courettes, et ne dpassaient pas 1,50m de hauteur. L’intrieur tait vot ou parfois couvert d’une charpente. Le sol des loges et des courettes tait frquemment pav.

Dans les burons les plus anciens, les loges taient construites de faon beaucoup plus sommaire. Dans les plus rcents, un couloir pouvait desservir une batterie de loges.

Loges accoles (Buron du Caire, Vze) Loges spares (Buron de Souche-Haute, Vze)

Srie de loges (Buron de Siane-bas, Anzat-le-Luguet) Porcherie indpendante (Buron de Chirol, Anzat-le-Luguet)

Pierres petit-lait

Dans certaines porcheries, des pierres tailles prises dans la maonnerie ds la construction des courettes, permettaient de vider la nourriture des porcs directement dans les auges depuis l’extrieur. On appelait ce systme la pierre petit-lait.